En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 1 heure 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 1 heure
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 8 heures 54 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 9 heures 29 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 1 jour 2 heures
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Géopolitico-scanner

Quelle stratégie française et occidentale vis-à-vis de l'Iran ?

Publié le 13 septembre 2019
Alexandre del Valle évoque cette semaine la question de la stratégie française et occidentale envers l'Iran.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle évoque cette semaine la question de la stratégie française et occidentale envers l'Iran.

La fin du mois d’août a été marquée par la surprenante visite du ministre des Affaires étrangères iranien, Mohamed Javad Zarif, à Biarritz lors du G7. Toute la bonne volonté d’Emmanuel Macron, déterminé à endosser le beau rôle de médiateur entre Washington et Téhéran, n’a pourtant pas suffi à apaiser les tensions entre le régime des Mollahs et les Occidentaux. Quelques jours après seulement, le rapport trimestriel publié par l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) faisait état de la reprise des activités d’enrichissement en uranium de l’Iran à un degré supérieur au seuil prévu imposé par l’accord nucléaire de 2015.  Alexandre del Valle fait le point de la situation et expose les différentes options et visions géopolitiques de chaque acteur. Une question cruciale et récurrente qui n'est pas prête d'être résolue, tant elle cristallise l'antagonisme qui oppose de plus en plus les Occidentaux ("The West"), aux nations émergentes et empires ré émergeants du monde en voie de multipolarisation ("The Rest").

Pour rappel, l’accord de Vienne, ou Plan d’action global commun (PAGC) signé par l’Iran, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni) ainsi que l’Allemagne, en juin 2015, visait à imposer une limitation du programme nucléaire iranien pour au moins une décennie en "échange" d'une levée des sanctions économiques et diplomatiques contre la République islamique d’Iran. Cependant, le retrait américain de l’accord annoncé par Donald Trump en mai 2018 et la ligne « dure » adoptée par ce dernier ont été suivis d’une escalade de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran qui a menacé la survie de l’accord ainsi que la stabilité de cette région hautement sismique et stratégique qu'est le Golfe persique: dans le détroit d'Hormuz, transitent chaque année 20% du commerce mondial du pétrole et 2500 navires, lesquels sont d'ailleurs souvent menacés par la marine iranienne et les Pasdarans. Ce détroit permet en fait l'accès au marché mondial non seulement de l'Iran mais aussi des pays producteurs d'hydrocarbures arabes ennemis de Téhéran, notamment l'Arabie Saoudite, le Koweït, Bahreïn, ainsi que l'Irak et l’Émirat du Qatar. La récente déclaration, le 4 septembre dernier, du président iranien Hassan Rohani annonçant la reprise de la recherche et du développement en matière nucléaire a par conséquent inquiété ces États arabes autant, voire encore plus que les Occidentaux et Israël, et cela a contribué à raviver les tensions déjà existantes. Le débat autour des conséquences géopolitiques de l’acquisition éventuelle du feu atomique par le régime des Mollahs est donc au centre des préoccupations. Et la principale question qui se pose est la suivante: cette éventualité constituerait-elle une menace pour la stabilité et paix dans la région ? 

La dissuasion comme frein à la guerre ? 

Pour les "pro-Iraniens", le fait que l’Iran se dote tôt ou tard de l’arme nucléaire ne serait pas une menace en soi pour la paix dans la région. Certains affirment même qu’il serait désirable que le régime des Mollahs détienne l'arme atomique afin de réduire les risques d’un affrontement régional dont les conséquences seraient désastreuses, ceci dans le cadre d'une "dissuasion régionale" qui "équilibrerait" les alliés que sont (de facto) d'un côté Israël et les monarchies sunnites arabes du Golfe, et, de l'autre, un éventuel État iranien nucléarisé/sanctuarisé. Ce "camp" favorable à un Iran détenteur d'une force de frappe nucléaire militaire et balistique affirment que des États pouvant à première vue apparaître comme belliqueux, dotés de l’arme nucléaire, tels que la Corée du Nord ou le Pakistan, voire jadis l'Union soviétique et la Chine, n’en ont pourtant jamais fait usage de peur de représailles "définitives" des adversaires en atome. On retrouve ici la vieille thèse de mon maître, le général Pierre Marie Gallois, initiateur de la "force de frappe française" et des théories stratégiques de la "dissuasion du faible au fort" et du "pouvoir égalisateur de l'atome". Il n'est toutefois pas certain que cet illustre géostratège/conseiller de Charles De Gaulle sur le nucléaire (et grand résistant historique) serait aujourd'hui un partisan zélé d'une nucléarisation militaire de l'Iran, lui qui tenait ce régime pour un danger régional depuis ses origines et qui a reproché aux États-Unis leur stratégie anti-Saddam Hussein au profit de Téhéran dans les années 1990-2000. Toujours est-il que du point de vue de la République islamique iranienne, la guerre anglo-américaine et occidentale déclarée unilatéralement contre l’Irak souverain, en 2003, occupe toujours une place importante la mémoire des dirigeants iraniens, lesquels sont convaincus que si Saddam Hussein avait possédé cette arme dissuasive, l’invasion de l’Irak ainsi que le renversement de son régime n’auraient pas été possibles. Certes, le premier bénéficiaire de la folle guerre du Golfe - qui a par la suite déstabilisé durablement l'Irak, renforcé dans ce pays l'implantation d'Al-Qaïda, puis ensuite permis la montée en puissance de Daech - a été la République islamique iranienne puisque celle-ci a augmenté considérablement sa "profondeur stratégique" dans les régions majoritairement chiites de l'Irak. Mais la leçon sur le rôle protecteur/sanctuarisant de l'arme atomique est plus que confirmée. Plus récemment, la guerre anglo-franco-américaine menée contre la Libye de Kadhafi en 2011 a conforté les dirigeants iraniens (mais aussi nord-coréen ou autres) dans cette idée assez fort réaliste d'ailleurs, que si Kadhafi n'avait pas renoncé à son programme d’armes de destruction massive (dont le nucléaire) dans les années 2000, son régime n'aurait peut-être pas été éradiqué... Kim Jong In l'a lui-même rappelé à maintes occasion pour justifier le maintien de son propre programme balistico-nucléaire militaire nord-coréen. Les partisans de Téhéran avancent ainsi l'idée que le risque de voir la région s’embraser dans le scénario hypothétique d’un conflit opposant l’Iran aux Etats-Unis ou à Israël serait diminué par le principe de dissuasion nucléaire et du "pouvoir égalisateur de l'atome", c'est-à-dire du risque de « destruction mutuelle assurée » qu'aucun dirigeant aimant la vie terrestre et les plaisirs matériels ne voudrait courir. Cependant, ce cas de figure n’aurait bien entendu de sens que si l’Iran venait à disposer d’une capacité nucléaire suffisante pour pouvoir survivre et riposter à une première frappe d’un ennemi bien plus puissant. Or si l’Iran parvenait à se doter in fine de l’arme atomique, sa capacité nucléaire et balistique demeurerait longtemps très loin de pouvoir rivaliser avec la force de frappe nucléaire et balistique d’Israël, et encore moins avec celle des États-Unis, première puissance militaire mondiale. Enfin, il est clair que le passage de la République islamique iranienne dans le camps restreint des puissances atomiques militaires pousserait inévitablement l’Arabie Saoudite, puissance rivale pour des raisons religieuses (clivage sunnisme-chiisme), géopolitiques (hégémonie régionale) et économiques (hydrocarbures et contrôle du Golfe arabo-persique), à accélérer sa course aux armements. Rappelons qu'en 2018, les dépenses militaires de l’État saoudien représentaient 8,8% du PIB de (59,6 milliards$), soit le quatrième budget militaire mondial après les États-Unis, la Chine et la Russie, et devant la Grande Bretagne ainsi que la France. Un programme motivé en grande partie par la crainte d’un conflit armé contre l’Iran, ennemi-concurrent chiite dans la course au leadership régional et islamique. Aussi, les Saoudiens ont déjà "préacheté" au Pakistan un programme militaire nucléaire livrable "clef en main" et qui pourrait être très vite opérationnel... La Turquie d'Erdogan serait elle-même tentée de procéder, en réaction, à pareil "rééquilibrage", et la prolifération nucléaire deviendrait un véritable cauchemar exponentiel.

Un régime totalitaire et expansionniste menaçant 

Ce que ce les défenseurs d'un Iran doté du feu atomique omettent –volontairement, involontairement ou par naïveté - de mentionner, c’est la nature totalitaire et expansionniste du régime iranien, qui pose un problème indéniable pour l'ensemble de la région. Le problème n'est donc pas le peuple ou même le nationalisme iranien, mais sa nature totalitaire-expansionniste donc impériale. Selon Hannah Arendt, est totalitaire tout régime qui est : « international dans son organisation, universel dans sa visée idéologique, planétaire dans ses aspirations politiques ». Avec Raymond Aaron, Karl Popper, Claude Polin ou encore Enzo Traverso, les grands analyses du phénomène totalitaire ont bien montré que le contrôle total de la société, des individus, des pensées, l'embrigadement de la jeunesse, la terreur comme système de gouvernement et l'expansionnisme belliqueux au nom d'une idée unique puis la soumission à un Parti omnipuissant et le culte d'un Chef, d'un Guide suprême, sont des marqueurs de totalitarisme. De ce point de vue, la République islamique iranienne semble cocher toutes les cases. Les similitudes avec les deux régimes totalitaires décrits par Hannah Arendt –l’Allemagne nazie et l’Union Soviétique stalinienne - dans son ouvrage Les origines du Totalitarisme, ne manquent pas. La révolution de 1979 ne fut certes pas motivée par la lutte des classes ou le déterminisme racial, mais par une théocratie islamique néo-impériale dont la portée se veut tout aussi universelle et conquérante. Il est certes vrai, répliquent les pro-Téhéran, que l'islamisme totalitaire et le jihadisme mondial qui frappent les pays musulmans et l'Occident est très majoritairement sunnite-salafiste-wahhabite, c'est-à-dire totalement étranger au chiisme, théologiquement bien plus ouvert. Mais il ne faut pas oublier que l'Ayatollah Khomeiny a adapté le chiisme iranien à la pensée des Frères-musulmans et que la Révolution islamique iranienne de 1979 a inauguré et lancé la vague mondiale du totalitarisme islamiste révolutionnaire, belliqueux et anti-occidental. On retrouve chez le régime iranien d’autres caractéristiques du totalitarisme tels que l’usage de la propagande pour imposer une idéologie aux masses, la persécution des opposants politiques (l'Iran est à la seconde place annuelle après la Chine et devant l'Arabie saoudite en termes d'exécutions/pendaisons/lapidations), l’existence d’une police politique ou des mœurs, de milices privées liées au terrorisme (Pasdarans, légions Al-Qods, etc), ou encore le rôle du Guide suprême, en l’occurrence le « Rahbar » ou « Guide suprême de la révolution », actuellement l'Ayatollah Khamenei, successeur de Khomeiny et ennemi des "modérés" du régime. À l’instar de l’Allemagne nazie, de l’URSS communiste, de la Chine néo-maoïste ou de la Corée du Nord, la République islamique iranienne possède des ambitions conquérantes et expansionnistes, et elle est d'ailleurs liée aux derniers régimes totalitaires rouges de la planète dans ses programmes balistiques et nucléaires militaires. Pour preuve de ces ambitions et de son expansionnisme régional belliciste, on peut citer le financement accordé par l’Iran au Hamas (estimé à environ 1 milliard de dollars par an), mais surtout au Hezbollah (5 milliards de dollars annuels). Les défenseurs du régime de Téhéran avancent un argument de poids en soutenant que c'est grâce à la Russie (aviation militaire) et aux milices pro-iraniennes chiites appuyées par Téhéran que le régime alaouite-laïque-nationaliste du clan de Bachar Al-Assad et du parti Baas, allié de poids de Téhéran dans la région, a pu faire face à l'assaut du jihadisme mondial sunnite salafiste (Al-Qaïda/Al-Nosra/Hayat Tahrir al-Sham, Ahrar al-Sham; et Daech, notamment). On peut toutefois rétorquer que si le régime des Mollahs voulait prouver qu'il est capable d'être raisonnable, il ne poursuivrait pas son expansionnisme au Yémen (où les séparatistes houthistes chiites-zaïdistes n'ont rien à voir avec le chiisme iranien duodécimain et ne sont pas des alliés historiques des Perses), et encore moins à Gaza, terre arabe sunnite contrôlée d'une main de fer par les Frères-musulmans sunnites. Le "Hezbollah international" et les autres milices/bras armés extérieurs du régime des Mollahs, comme les brigades Al-Qods et autres légions chiites pilotées par le général Souleimani et ses Pasdarans, en Irak ou en Syrie, ont absorbé une grande partie des avoirs que Téhéran avait commencé à récupérer sous Barack Obama lorsque l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien avait permis la levée d'une partie des sanctions économiques. La République islamique iranienne a raté une occasion unique de revenir dans le concert des nations: abandonner le Yémen et Gaza, se contenter de soutenir le régime d'Assad et le Hezbollah libanais sans en profiter pour menacer stérilement l'Arabie saoudite et Israël à leurs frontières. En voulant trop, en ne sachant pas limiter son champs d'actions, le régime des Mollahs risque à terme de tout perdre, comme tous les impérialismes-prédateurs dépourvus de limites adeptes de l'Ubris. Et le retour des sanctions économiques renforcées voulues par l'Administration Trump font très mal au régime et au peuple iranien, première victime des sanctions, comme pour tous les embargos d'ailleurs. 

Refus d'être raisonnable ou certitude d'une non-réaction militaire occidentalo-israélienne?

Comme nous avons pu le voir, la dissuasion nucléaire et le risque d’une « destruction mutuelle assurée » devraient être un frein aux ambitions belliqueuses-expansionnistes du régime des Mollahs, néanmoins il est nécessaire de rappeler que les forces motrices derrière les phénomènes géopolitiques ne sont pas uniquement matérielles (ressources, puissance économique, capacités militaires), et rationnelles, mais aussi immatérielles, idéalistes (idéologies, doctrines religions etc), psychologiques ("guerre des représentations"), souvent irrationelles. L’étude de l’histoire des conflits nous enseigne que ces dimensions immatérielles ne doivent pas être sous-estimée. Les guerres de religion qui ont décimé la France au XVIème siècle ou l’entreprise impérialiste de l’Allemagne au nom de l’idéologie nazie au XXème siècle (avec l'irrationalité stratégique totale des choix d'Hitler pour le débarquement et dans l'attaque de l'Union soviétique) démontrent bien l’importance des idées et de la psychologie humaines dans les affaires géostratégiques. Il ne faut donc pas exclure la possibilité d’une poursuite du pire et de la guerre par l'aile dure-messianique du régime iranien pris à son propre piège fanatique et "obligé" par son antisionisme obsessionnel, jadis rhétorique et devenu existentiel idéologiquement en tant que processus d'autolégitimation du régime khomeyniste. La haine viscérale des Mollahs iraniens pour Israël et la corrélative présence iranienne à Gaza et au Liban ainsi que dans le sud de la Syrie afin de viser l'État hébreux, demeure toutefois une raison de craindre que l’Iran acquière l’arme nucléaire dans le but de se sanctuariser. Ce coup de poker qui mise sur la non-réaction militaire des ennemis du régime est risqué. Il n'est pas certain qu'il soit une erreur, mais le risque en cas contraire est de subir à un moment ou à un autre le feu préventif de l'armée israélienne, plus qu'américaine, d'ailleurs. Le harcèlement anti-israélien systématique par les attaques asymétrique-terroristes régulières pilotées de l'extérieur par Téhéran paraît stratégiquement et rationnellement stupide, puisque totalement étranger à la tradition du peuple iranien, ami millénaire du peuple juif, et source potentielle de représailles pouvant être irréversibles. Mais le calcul iranien intègre une réalité: détruire l'arsenal balistique et nucléaire iranien par une guerre est très compliqué et impliquerait un carnage massif ainsi qu'une réaction de solidarité nationale de la part de la population hostile à toute présence étrangère sur son sol. En attendant d'avoir le feu atomique, la République islamique sait qu'elle doit savoir doser sa stratégie de harcèlement ou guerre terroriste asymétrique, car en cas d’attaques simultanées et coordonnées - sur une longue période - du Hamas et du Hezbollah, scénario qui équivaudrait à la guerre des 33 jours de 2006 en bien pire, l’économie israélienne pourrait être totalement ruinée et la population civile paralysée dans les abris pour éviter les roquettes de moyenne portée lancées en permanence par des islamistes suicidaires qui se cachent dans des immeubles remplis de civils. Contre une attaque de ce type, lancée à partir de villages frontaliers distants de quelques kilomètres, la bombe atomique iranienne ne serait d'aucune utilité, et Tsahal serait obligé de tuer des milliers de civils libanais et palestiniens/gazaouites pour éliminer les terroristes antisionistes du Hamas, du Jihad islamique, du Hezbollah ou d'autres comme Daech qui tente aussi une percée sur ce front. Un scénario cauchemardesque qui pourrait devenir possible dans le cas où le régime iranien serait totalement ruiné et menacé de l'intérieur sous l'effet escompté de la stratégie des "pressions maximales" exercée par l'Administration Trump depuis des mois. 

En guise de conclusion...

Heureusement, le pire n'est jamais certain. Toujours est-il qu'en ce qui concerne l’accord nucléaire de Vienne, remis en question et rendu de facto caduc par les sanctions renforcées des Etats-Unis destinées à mettre à genoux le régime iranien, force est de constater que celui-ci n’a permis aux pays occidentaux d’obtenir qu’un maigre gain de temps. Plus problématique, cet accord a soigneusement évité les trois problèmes de fond majeurs qui se reposeront dans quelques années et qui se posent déjà en partie depuis 2015 : l’Iran sera toujours en mesure de reprendre ses activités d’enrichissement en uranium et donc de devenir une puissance nucléaire après les 10 années de "garantie" mentionnées dans l'accord. Téhéran ne s'est jamais engagé à stopper son programme de prolifération balistique, exclu de l'accord, et il a multiplié son expansionnisme au Moyen et Proche-Orient pour encercler l'Arabie Saoudite (son ennemi géostratégique et idéologique premier) et Israël (son ennemi rhétorique mobilisateur existentiel). La question qui se pose est donc la suivante: pourquoi les durs du régime ont-ils intensifié leur programme balistique, leur actions anti-saoudiennes depuis le Yémen et leur présence aux frontières syriennes d'Israël sachant que les conséquences vont dramatiques pour leur régime? Tout simplement parce que les Mollahs, les Pasdarans et le Guide suprême ont pour vocation non pas de défendre le nationalisme iranien (combattu par la doctrine khomeyniste internationaliste), mais d'étendre la "Révolution islamique" dans la région, dans le cadre d'un délire de toute puissance, puis surtout de maintenir/légitimer au nom de causes suprêmes leur emprise sur une économie totalement sclérosée par la corruption et le népotisme que la levée des sanctions prévues en 2015 risquait de redonner aux mains des entrepreneurs privés non liés au régime...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 13/09/2019 - 16:55
Espèce en voie de disparition?
Cela devient rare, un journaliste qui analyse un sujet, nous apporte des éléments d'information et tente d'imaginer des futurs possibles; un journaliste qui nous amène à réfléchir par nous même au lieu de servir la soupe.