En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

02.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

03.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

04.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum

07.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

01.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 10 min 41 sec
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 3 heures 13 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 15 heures 1 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 42 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 18 heures 10 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 21 heures 10 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 23 heures 11 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 14 heures 39 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 15 heures 24 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 17 heures 20 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 19 heures 24 sec
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 21 heures 44 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 jour 38 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Géopolitico-scanner

"La réforme de l’islam est-elle possible ?" entretien avec l’islamologue et philosophe algérienne Razika Adnani

Publié le 26 juillet 2019
Alexandre del Valle a rencontré l'intellectuelle algérienne Razika Adnani. Dans le cadre de cet entretien, ils évoquent les sujets de l'intégration en France et en Europe des personnes issues de l'immigration et abordent la question de la "réforme de l'islam".
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Razika Adnani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Razika Adnani, membre du Conseil d'orientation de la Fondation de l'Islam de France, écrivaine, philosophe et islamoloque débute sa carrière en tant que professeur de philosophie. Elle publie en 2001 et 2003 deux précis de philosophie, El Kafi fi el...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle a rencontré l'intellectuelle algérienne Razika Adnani. Dans le cadre de cet entretien, ils évoquent les sujets de l'intégration en France et en Europe des personnes issues de l'immigration et abordent la question de la "réforme de l'islam".

Peu après les violences perpétrées en France par des supporters de foot algériens (qui ont suscité une vive polémique et questionné à nouveau le « vivre-ensemble »)et alors que les associations musulmanes de France, le CFCM et le gouvernement appellent depuis des mois à mettre sur pied un «islam de France », Alexandre del Valle a rencontré l’intellectuelle algérienne iconoclaste Razika Adnani qui a accepté d’aborder les deux questions taboues que sont l’introuvable « réforme » d’une religion dont les dogmes et règles socio-politico-religieuses ont été fixées une fois pour toutes au Xème siècle ; puis la question, connexe, de l’intégration en France et en Europe des personnes issues de l’immigration islamo-maghrébine, en particulier les franco-algériens. Des questions essentielles, trop souvent abordées avec passion, excès et tabous politiquement corrects.

Inlassable partisane de la « réforme de l’islam », et tout aussi française, de culture et de cœur, qu’Algérienne, Razika Adnani sait de quoi elle parle : membre du Conseil d’Orientation de la Fondation de l’Islam de France ; du conseil scientifique du CCEFR ( Centre d’Étude du Fait Religieux) et du groupe d’analyse de JF Conseil, elle est la présidente et fondatrice des Journées Internationales de Philosophie d’Alger. Adnani a notamment contribué aux travaux du séminaire « Laïcité et fondamentalismes » organisés par le Collège des Bernardins. Elle est l’auteure de deux manuelsde philosophie en 2001 et 2003 : Le blocage de la raison dans la pensée musulmane (en arabe, éditions Afrique Orient) ; La nécessaire réconciliation, un essai philosophique sur la violence, autrui et la question identitaire. Dans son dernier ouvrage, Islam : quel problème ? Les défis de la réforme (2017), elle aborde la question la plus fondamentale concernant l’islam : la réforme, au sens de modernisation et de séparation du politique et du religieux, une réforme que les islamisteset « l’islam officiel » (Al-Azhar, OCI, Ligue islamique mondiale, etc)empêchent par tous les moyens depuis des décennies.Le prix à payer pour les « laïques-athées-réformistes » étant d’être qualifiés « d’apostats ». Or la Charià, jamais amendée depuis le Xème siècle, prévoit la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam… La difficulté d’édifier un islam réformé, sécularisé, adapté à son temps et à son contexte, se pose partout, y compris dans notre douce France où, depuis des décennies, les pôles islamistes ou « intégristes » étrangers puis les Etats musulmans d’origine, font tout pour empêcher l’émergence d’un islam réformé, moderniste, adapté aux temps modernes, séparant le temporel et le spirituel. Pourtant, dans la « patrie des droits-de l’Homme », le pays de Descartes, de Voltaire, des Lumières, de la Révolution française et de l’anticléricalisme républicain (qui a tant lutté contre l’Église catholique jadis), on aurait pu croire qu’un islam éclairé, remis à jour, aurait pu émerger, alors qu’il est empêché et persécuté dans des pays arabo-musulmans prisonniers d’une orthodoxie ultra-conservatrice et liberticide etgagnés par l’idéologie islamiste. Il n’en est hélas rien. Et ceux-là mêmes, parmi les « progressistes » anticléricaux français, qui ont pourchassé « l’infâme » catholique au nom de la République laïque, n’ont cessé de faire des yeux doux aux barbus les plus obscurantistes qui ont pourtant pour objectif d’empêcher l’assimilation/intégration des fils de musulmans aux mœurs « impies » des pays « mécréants », sous couvert d’un « droit à la différence » et d’un « antiracisme » dévoyés (lutte contre « l’islamophobie »).

Alexandre del Valle : Razika Adnani, que pensez-vous du projet de réforme de « l’islam de France » ?

Razika Adnani : Lorsqu’ Emmanuel Macron a évoqué en 2018 la réforme de l’islam de France, j’ai réagi dans un article publié dans le Figaro, Réformer l’islam de France ou réformer l’islam tout court, pour préciser que sicette expression veut dire laréforme de la gestion du culte musulman en France, cela est possible et la France a le droit de l’envisager. Cependant, si elle veut dire construire en France un islam spécifique à la France, moderne et républicain,  alors que dans les autres pays musulmans il continuera à être figé dans sa version traditionnelle, cela relève tout simplement de l’utopie et d’une profonde méconnaissance de l’islam et de la psychologie du musulman. Aucune réforme de l’islam en France n’est possible sans la collaboration des autres pays musulmans.  Les musulmans de France vivent en France certes, mais lorsqu’il s’agit de leur religion, c’est vers leurs pays d’origine et le monde musulman qu’ils se tournent. Leur proposer un autre islam spécifique à la France renforcera l’idée que l’Occident veut la fin de l’islam, ce qui accentuera la crispation et le rejet de la réforme. Sauf si cet « islam de France » n’est différent qu’en apparences comme le veulent les conservateurs qui pensent que l’islam n’a pas besoin de changement, mais simplement d’une dérogation accordée aux musulmans d’Occident pour assouplir certaines questions secondaires liées à la pratique. La réforme de l’islam n’est possible que si elle concerne l’islam en tant que religion.

L’islam pose problème aujourd’hui dans les pays musulmans et surtout en Occident. Dans votre ouvrage vous affirmez que la seule solution réelle et durable consiste à le réformer. Pour vous, cette réforme nécessite une connaissance de l’histoire de la pensée musulmane, des problématiques principales qui la constituent et de la position que les musulmansont prises face à ces problématiques, car ces positions ont une grande influence sur ce qu’est devenu l’islam et sur le fait qu’il n’arrive pas à s’adapter à l’époque actuelle.

L’histoire de la pensée musulmane nous révèle une pensée riche par ses questionnements et la diversité de ses thématiques. Cependant, l’analyse montre qu’en réalitéc’est une pensée qui est fondée sur une seule question ou thématique fondamentale. Elle est d’ordre épistémologique et elleconcerne la pensée comme source de connaissance, c’est-à-dire le rôle qu’elle doit avoir ou non face à la révélation. C’est une question fondamentale, car elle en a engendré beaucoup d’autres qui sont toutes abordées selon la position de chacun par rapport à cette question épistémologique. C’est une question qui s’est imposée dès la mort du prophète. Elle est devenue très vite problématique étant donné qu’elle a divisé les musulmans entre ceux qui voulaient que la pensée ait une place dans le domaine de la connaissance juridique, exégétique et théologique, et ceux qui ne lui reconnaissaient aucun rôle. Les débats et les controverses qu’elle a engendrés ont enrichi la pensée musulmane notamment entre le VIIIe siècle et la fin du XIIe siècle. Les musulmans ont fini par prendre position en faveur de la révélation et contre la pensée créatrice et rationnelle qu’ils ont accusée d’être une menace pour leur religion. Ainsi, le monde musulman a entamé le XIIIe siècle avec la défaite de la pensée qui touchera tous les domaines, ce qui entraînera le déclin de la civilisation musulmane. Cette image négative de la pensée, créatrice et rationnelle, et la peur qu’elle engendre chez les musulmans bloquent toute évolution réelle et toute réforme véritable de l’islam.

Dans l’ouvrage, vous évoquez une autre question clé, celle de la définition de l’islam 

Pour moi, la question de la définition de l’islam : qu’est-ce que l’islam ? Est-il une spiritualité ou une organisation sociale ? Est aussi lié à la question fondamentale de la pensée et la révélation. Je lui ai réservée une place importante dans mon ouvrage vu l’influence qu’elle a, à son tour, sur l’histoire de l’islam et celle des musulmans, hier et encore aujourd’hui. Je l’ai donc considérée comme la deuxième question fondamentale de la pensée musulmane. Elle a elle aussi engendré beaucoup de débats et de controverses. Vers le XIIIe siècle, les musulmans ont opté pour une conception de l’islam où l’organisation sociale, c’est-à-dire la charia, est indissociable. Même le soufisme qui se voulait un islam spirituel a fini par se rapprocher des juristes en reconnaissant l’importance de la charia.C’est à cette conception de l’islam où la dimension sociale est importante que les musulmans se confrontent lorsqu’ils veulent réformer leur société et les règles de son organisation.  C’est également à elle que l’Occident est aujourd’hui confronté notamment la France. 

La réforme de l’islam n’est pourtant pas nouvelle 

En effet, la question de la réforme de l’islam,pour un islam plus adapté à la modernité,n’est pas nouvelle. Elle est posée depuis la deuxième moitié du XIXe siècle.  Si elle est posée encore aujourd’hui, c’est parce que les musulmans n’ont pas pula concrétiser. Un échec qui s’explique par le fait qu’ils n’arrivent pas à changer leur représentation de la pensée. Elle continue d’être vue comme source de désobéissance à Dieu et de mécréance. Ainsi, la très grande majorité des réformistes posent des conditions et des limites à leur pensée , ce qui finalement bloquent leur projet de réforme. Dans mon ouvrage, je leur ai consacré un chapitre que j’ai intitulé Les réformistes qui bloquent la réforme.

La réforme des wahhabites par exemple, lancée au XVIIIe siècle, est tournée vers le passé. Son objectif était de corriger ou purifier l’islam afin qu’il retrouve son éclat d’antan. Elle ne reconnaissait donc aucune place à la pensée comme faculté qui crée de nouvelles idées.

Quant auxréformistes des XIXe et XXe siècles, exception faite de quelques noms, ils se contentent des questions secondaires et superficielles et insistent sur les limites de leur action et de leur réflexion, ce qui révèle une persistance de la peur et de la réticence envers la pensée en tant que faculté de réflexion et de raisonnement.Aujourd’hui, certains pensent que la réforme de l’islam ne concerne que les musulmans qui sont en situation de minorités comme ceux d’Occident.Ils pensent que la solution réside dans une jurisprudence ( fiqh) des minorités ; ilsne croient donc pas à une nécessité de changement réel de l’islam.

Toutes ces contraintes que les réformistes se sont imposées et s’imposent encore à eux-mêmes montrent que la pensée musulmane est encore dominée par l’image négative de la pensée, celle qui est libre et rationnelle. J’insiste sur cette précision, car ceux qui ont pris position contre la pensée l’ont en réalité utilisée pour interpréter les textes, en déduire les règles juridiques et mettre en place des théories et des principes qui justifient et légitiment leur position. Cependant, ils ne reconnaissent pas ce travail intellectuel et prétendent accéder directement au savoir divin révélé et détenir la vérité, car dans leur travail d’interprétation ils se contentent de prendre le sens du texte tel qu’il se présente.

Pourquoi la réforme serait-elle possible aujourd’hui ?

Elle est surtout indispensable. Il est impossible, dans les conditions du monde actuelles, de continuer à aborder l’islam et à le concevoir comme les anciens l'ont fait. Cependant, pour qu’elle soit possible, il faut franchir tous les obstacles épistémologiques et conceptuels qui la bloquent. Les musulmans d’aujourd’hui ont le droit, comme ceux d’hier, de comprendre et de pratiquer leur religion de la manière qui leur permette de vivre harmonieusement avec leur époque, avec eux-mêmes et avec les autres.

Une « véritable réforme » de l’islam ?  

Quand on parle de réforme de l’islam, il important de préciser de quelle réforme il s’agit. C’est pour cela que j’utilise l’expression de « réforme véritable » afin de la distinguer des autres réformes revendiquées par la très grande majorité de ceux qui se présentent comme réformistes.  Une « réforme véritable » est une réforme qui est orientée vers l’avenir. Elle a comme objectif de rénover, changer et construire, à partir des mêmes textes coraniques, un nouvel islam plus adapté à l’époque actuelle et aux valeurs de la modernité.  Elle doit interroger l’islam en profondeur, c’est-à-direles textes et les différentes théories et concepts quientourent ces textes et qui déterminent la manière de les comprendre et le rapport que les musulmans entretiennent avec eux. Elle doit surtout commencer par la réhabilitation de la pensée en tant que faculté de réflexion et de raisonnement, lui rendre sa noblesse. Ainsi seulement, la pensée pourra se libérer de l'emprise des anciens.  Enfin, c’est une réforme qui concerne tous les musulmans et non seulement ceux d’Occident, car elle concerne l’islam.

Dans votre ouvrage, vous insistez sur le fait que la réforme de l’islamdoit être une question de responsabilité. Pourquoi ?

En effet, la réforme de l’islam n’est pas seulement nécessaire, c’est une question de responsabilité. Il faut savoir que nous vivons une époque nouvelle, l’époque de la révolution numérique qui a aboli les frontières géographiques et culturelles. L’époque où l’islam est sorti de ses zones géographiques traditionnelles pour s’implanter en Occident. Le contact avec l’autre est donc devenu réel et permanent et   les sociétés musulmanes connaissent une mutation palpable de leurs mentalités et de leurs mœurs malgré les apparences. Ce sont des conditions qui font que la réforme de l’islam n’est pas une question de nécessité seulement, mais aussi de responsabilité.  Responsabilité des musulmans, car c’est à eux qu’il revient de la faire, envers eux-mêmes et envers les autres.

Envers eux-mêmes,ils doivent mettre fin à l’écartèlement des musulmans entre le présent, auquel ils appartiennent et le passé, auquel ils pensent devoir appartenir, ce qui crée le désarroi qui pousse certains à se réfugier dans le radicalisme et le fondamentalisme. D’autresviventleur époque avec remords, ce qui constitue un obstacle à leur épanouissement. Ces situations psychologiques sont propices à la violence.

Cette réforme est également une responsabilité envers les autres, car sur 7 milliards d’individus sur terre, 1 milliard et demi environ sont aujourd’hui musulmans de confession ou de culture.  Avec un nombre aussi important, les musulmans ont certainement une grande influence sur le cours de l’Histoire.

Comment faire si certains pensent qu’on ne réforme pas la religion sacrée de Dieu ?

Cette phrase revient souvent dès lors que la réforme de l’islam est évoquée. Elle dévoile un manque de distinction entre l’islam qui existe auprès de Dieu, selon la croyance musulmane, qui est sacré et parfait,et celui que les musulmans connaissent et pratiquent. Celui-ci porte en lui une part humaine, ce qui fait qu’il ne peut pas être sacré ni parfait ; tout ensemble dont une part n’est pas sacrée ne peut être sacré.

Ainsi l’islam n’est pas multiple seulement sur le plan horizontal, où l’on trouve l’islam sunnite, chiite, soufi et beaucoup d’autres, mais aussi sur le plan vertical.  Concernant, l’islam qui est sacré et parfait, les musulmans en évoquent deux : celui qui existe auprès de Dieuet celui qui est inscrit dans les textes que j’appelle « l’islam révélé ».Les deux sont hors de la portée humaine. Le premier appartient au monde de la métaphysique que l’être humain ne peut concevoir qu’avec son imagination. Quant au second, bien qu’il soit plus ancré dans la réalité, toute tentative de le comprendre renvoie à que j’appelle « l’islam construit ». Celui que les musulmans ont construit à partir des textes. Il s’agit de l’islam tel que les musulmans le comprennent et le pratiquent.

C’est ce dernier qui est concerné par la réforme. Ainsi, réformer l’islam ne touche en rien la sacralité de la parole divine. C’est refuser de faire cette réforme que qui altère cette sacralité, car cela revient à dire que « l’islam construit » est l’équivalent de « l’islam révélé », car cela revient à dire que l’être humain a atteint la perfection et son savoir est sacré, ce qui serait une contradiction avec le principe monothéiste affirmant qu’il n’y a qu’un seul Dieu et que l’être humain ne partage jamaisavec Dieu ses attributs.

Selon vous, les textes coraniques ne sont donc pas concernés par la réforme ?

Procéder à un réel re-travail sur les textes est une étape importante dans la réforme de l’islam.  Elle consiste à refaire la lecture des textes pour un islam plus adapté à notre époque.  Cependant, si la réinterprétation est indispensable, certains textes ne sont pas à réinterpréter, mais à remettre dans leur contexte ; ils sont tout simplement faits pour une époque qui n’est pas la nôtre.  Le but de la contextualisationest donc de déclarer leurs recommandations obsolètes lorsque le contexte ne permet plus de les pratiquer.Frapper d’obsolescence certains versets est une pratique reconnue en islam. Elle consiste à annuler la recommandation du verset sans supprimer ce dernier du Livre.

Pourquoi tant de fils ou petits-fils d’Algériens ont-ils manifesté leur haine de la France, leur terre de naissance, à l’occasion de la coupe de football?

Pour certaines personnalités politiques en France, le fait que les supporteurs de l’équipe algérienne ont brandi le drapeau algérien lors de la victoire de l’Algérie en demi-finale et en finale de la coupe d’Afrique est une preuve qu’il y a chez les Franco-Algériens une haine pour la France. C’est un argument qui ne tient pas dans le sens où c’est de l’Algérie dont il s’agissait et cela ne concernait en rien la France. L’équipe algérienne n’avait pas gagné contre l’équipe française pour pouvoir dire qu’ils ont soutenu l’Algérie contre la France. Sans oublier qu’ils sont franco-algériens.Autrement dit,et la loi algérienne et la loi française leur permettent d’avoir les deux nationalités, donc les deux drapeaux leur appartiennent ;ils n’ont pas choisi l’un contre l’autre. Quant aux incidents qui ont eu lieu lors de la victoire de l’Algérie en demi-finale, j’ignore si les coupables étaient des supporteurs Franco-Algériens ou des casseurs qui ont infiltré les manifestants comme c’était le cas avec les gilets jaunes. Cela n’exclut pas que certains supporteurs aient peut-être manifesté un rejet de la France. Cependant, la majorité sont sortis tout simplement pour manifester leur joie. D’ailleurs, quand la France a gagné la coupe du monde, ces mêmes Franco-Algériens ont manifesté leur joie tout comme ils le font aujourd’hui pour l’Algérie.Même les Algériens d’Algérie ont fêté cette grande victoire de l’équipe de France. Je suis triste de voir que le football est utilisé pour des considérations politiciennes. Je pense que les peuples algérien et français sont liés par des liens d’amitié profonde et c’est cela qu’il faut retenir et mettre en avant. Cela ne veut pas dire qu’il faut nier qu’il y a des problèmes, mais justement se concentrer sur ceux qui sont réels. Pour l’intérêt de la France et du peuple français dans sa globalité, il faut que l’affect cède la place à la raison et la précipitation à la réflexion.

Deuxième question : beaucoup d’Algériens d’Algérie ont eu honte de ces comportements des supporteurs algériens en France ou ailleurs. Existe-t-il aussi des liens entre ces manifestations antifrançaises ultra nationalistes algériennes et des forces politiques ou islamistes en Algérie qui y auraient intérêt ?

Concernant les incidents du 14 juillet, j’ignore ce que l’enquête a donné à ce sujet. Néanmoins, les Algériens ayant instauré la non-violence comme moyen de revendicationne se reconnaissent pas dans ces violences. Je ne sais pas s’il y a eu des manifestations antifrançaises en France.En revanche,ce qui me désole c’est l’acharnement contre la langue française porté par le courant conservateur et une grande partie d’arabophones en Algérie. Une guerre qui remonte au lendemain de l’indépendance. Cette position révèle une animosité vis-à-vis de la langue française pour ce qu’elle véhicule comme culture et valeurs. ; on ne déteste pas une langue pour elle-même.

Vous évoquez une montée de la haine envers la France de certains Français d’origine algérienne. Le conservatisme islamique en Algérie, en France ou ailleurs est le même. C’est la raison pour laquelle je n’expliquerai pas ce comportement par un nationalisme, mais plutôt par à un conservatisme religieux. La preuve en est qu’en Algérie, l’acharnement contre la langue française a changé d’argument. Hier, ils avançaient l’idée que le français était la langue du colonisateur et qu’il fallait le remplacer par la langue arabe. Aujourd’hui, ils prétendent que le français n’est pas la langue des affaires et il faut le remplacer par l’anglais. Les forces conservatrices s’attaquant au français voient non seulement dans la langue française, mais aussi la langue berbère, un obstacle à leur projet de tenir l’Algérie sous leur domination.

La France n’est pas épargnée par la montée du conservatisme et du fondamentalisme islamiques qui poussent, pour les mêmes raisons, au rejet de la France même s’ils s’appuient sur d’autres éléments, historiques, économiques et politiques. J’aimerais attirer l’attention sur le comportement de certains Français qui attisent également la haine et la discorde. Les accusations presque automatiques et souvent infondées contre une partie de la population française pour ses origines n’aident pas la France à trouver la sérénité. Elles donnent un sentiment d’injustice. Alors que non seulement, la justice est un fondement de la république française, mais aussi l’injustice est néfaste, car elle est souvent le terreau de la violence

Dernier ouvrage paru de l’auteure ; Islam : quel problème ? Les défis de la réforme, 2017 aux éditions UPblisher ( France) et en 2018 aux éditions Afrique Orient ( Maroc).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 28/07/2019 - 10:01
Maintenant me concernant & après lecture du Coran
je puis te dire qu'il n'a pas été incréé & qu'il ne correspond qu'à des pensées d'un Homme Muhammad & qu'il n'a été fait que pour les hommes.
Ainsi la première femme de Muhammad était une Femme Veuve qui avait une entreprise qui faisait Commerce jusqu'à Damas. Cette femme l'a embauché comme caravanier puis chef caravanier & comme faisait bien son travail l'a demandé en Mariage & ainsi fut fait comme Cadeau de Mariage le Coran qui en fait l'a rendu, la moitié d'un homme, sous tutelle de l'Homme, qu'il fallait qu'elle vive cachée, et cerise sur le gâteau son mari pouvait s'il n'était suffisamment rassasier sexuellement avec ses femmes & bien prendre sexuellement ses esclaves (viol) Sourate 23 verset de 1 à 7 Une grande avancée Sociale pour la femme.:)::)
Benvoyons
- 28/07/2019 - 09:53
Voilà que Jardinier nous parle de prolifération des
mauvaises herbes :)::)
C'est OMAR 1er (Abû Hafsa ibn al-Khattâb) qui a rassemblé l'ensemble des Paroles d'Allah dit par Muhammad dans un Livre Coran. Il est dit qu'il a été incréé & donc pas modifiable.
C'est lui qui fit la Colonisation de la Mésopotamie, la Syrie, mais aussi des Juifs Judée Samarie Palestine, & aussi de l’Égypte.
Même qu'il a fait le code Omar qui permettait aux Juifs colonisés d'avoir du Jaune (bien avant Hitler) & pour les Chrétiens le Bleu & le Gris. Mais aussi l'impôt pour garder leur religion & ainsi les protéger de ceux qui les avaient Colonisé (les Arabo-musulmans) ( En fait pour être plus clair comme les Impôts Maffia dit aujourd'hui racket . Tu payes je te protège de nous ) :)
Le reste n'est que les tribulations des Hommes ( ni sain, ni saint) pour avoir tous les pouvoirs sur les autres avec le Livre. :)::)
C'est idem dans toutes les Religions & cela ne change aucunement les dogmes initiaux.
Mais si tu quittes le Coran, tu es homo, être indépendante pour une femme, etc... que tu sois Chiite, Sunnite, Alaouites & autres & bien tous te trucident de la même Manière :)::), & par amour du même Allah bien évidemment.
Jardinier
- 28/07/2019 - 07:09
(Benvoyons)Ca n'a pas empeché l'apparition des chiites,
Des allaouites, et autres.