En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 20 min 31 sec
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 1 heure 46 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 2 heures 46 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 4 heures 12 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 12 heures 44 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 13 heures 43 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 1 heure 14 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 2 heures 13 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 3 heures 29 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 4 heures 50 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 10 heures 3 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 16 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Géopolitico-Scanner

Leçons de la "première phase" du "Grand débat national" : les Gilets jaunes vus d’Italie

Publié le 15 mars 2019
Entretien avec le politologue et correspondant du journal italien "Il Giornale", Francesco de Remigis, mené par Alexandre Del Valle.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entretien avec le politologue et correspondant du journal italien "Il Giornale", Francesco de Remigis, mené par Alexandre Del Valle.

En dépit du Grand débat lancé par Emmanuel Macron depuis des semaines, les Gilets Jaunes ne semblent pas décidés à réduire les manifestations et ils continuent même d’exprimer de nouvelles doléances. Les rassemblements des Gilets jaunes continuent d’exprimer une rage profonde qui couvait depuis des années en France. Elles traduisent un fort ressentiment envers la « Caste », comme les Italiens nomment les élites consanguines coupées des masses précarisées par la mondialisation. Toutefois, force est de constater que la « première phase » du «Grand débat» national, initiée par le président dans un climat de rejet haineux envers sa personnalité et sa politique, s’est soldée le 14 mars, sur un succès inattendu pour Emmanuel Macron qui remonte même dans les sondages. La participation massive des élus locaux et des citoyens a étonné, tout comme l’extraordinaire force de résilience de ce président jupitérien qu’il serait imprudent d’enterrer trop hâtivement ou de sous-estimer. Alexandre del Valle a voulu analyser le phénomène depuis un angle extérieur, en interrogeant un expert reconnu des relations franco-italiennes, Francesco de Remigis*, journaliste au quotidien Il Giornale qui a réalisé de nombreuses enquêtes sur les questions géopolitiques et la vie politique française.

En tant que politologue et journaliste italien connaisseur de la France, comment pensez-vous que les Italiens perçoivent le phénomène des Gilets Jaunes ? 

Francesco de Remigis : Il y a une certaine confusion et certainement beaucoup de curiosité. D'un côté, il y a ceux qui les considèrent trop violents, infiltrés par de dangereux déstabilisateurs de la société, même téléguidés de l'étranger. Mais comme nous l’avons lu dans les notes récentes des services français, la « théorie du complot russe », par exemple, a très peu de poids et il est clair que le mouvement doit être pris pour ce qu’il est, c’est à-dire une réponse populaire, parfois même excessivement fâchée, qui réagit naturellement aux politiques d'Emmanuel Macron et à sa manière d'interpréter le rôle du président de façon verticale, en contradiction flagrante avec ce qu'il s'était promis de faire et d’être pendant la campagne électorale (devoir d'écoute et modestie). D'autres, en Italie, préfèrent prendre les gilets jaunes en exemple, exploiter cette vague jaune française afin de la présenter en Italie, un pays qui n’a pourtant pas trop de goût pour les protestations de rues. Certes, en Italie, on peut aimer manifester un ou deux jours, mais il est très difficile d'imaginer une protestation répétée comme celle de France et la faire durer aussi longtemps tout au long de la Botte italienne.

Existe-t-il vraiment un parallèle ou même une ressemblance entre les Gilets Jaunes et le parti politique italien anti-Caste du « M 5 étoiles » (M5S) ? 

C’est curieux, car il ya quelques mois encore, les « Cinque Stelle » (M5S) et Luigi Di Maio, son leader et vice-Président du Conseil, avaient pour source d’inspiration, sinon comme modèle, Macron lui-même et son parti LREM ! Aujourd'hui, ils ont totalement changé de position: Di Maio attaque le gouvernement français et loue la mobilisation des gilets jaunes. Il se rend même dans la banlieue de Paris pour rencontrer M. Chalençon et d'autres membres du Ric, l'une des listes que les gilets jaunes tentent de mettre en place pour se présenter aux élections européennes ! Dommage que, ironiquement, quelques jours après cette réunion, le même Di Maio ait dû publiquement renier Chalençon et ses propos une fois informé de ses intentions de « guerre civile » et de pouvoir à confier aux militaires... Le dirigeant politique de Cinque Stelle aurait pu préalablement mieux s’informer et éviter ainsi la triste posture de ceux qui sont trop pressés de trouver un interlocuteur français afin de créer une alliance électorale inter-européenne, pour laquelle sont nécessaires six partis de différents pays. On constate d’ailleurs qu’aujourd'hui, le mouvement Cinque Stelle ne parle plus des gilets jaunes. Peut-être ne les a-il jamais complètement «étudiés» et surtout n'a pas réellement compris leur ADN, lequel a toujours revendiqué une certaine indépendance vis-à-vis des partis. Par ailleurs, les Cinque Stelle italiens de Di Maio ceux-là mêmes qui – lorsqu’ils étaient candidats aux élections législatives pour la première fois - déclarèrent qu'ils allaient renverser le Parlement comme une boîte de thon. Au lieu de cela, ils ont été prêts à nouer des alliances contre-nature comme celle conclue avec la Ligue – ceci afin de rester au gouvernement (très éloigné de l'ancien monde!) 

Pour vous, existe-t-il une spécificité française dans l'action révolutionnaire depuis 1789 ? Les Français sont-ils ontologiquement plus « rebelles »? Existe-t-il véritablement en France une tradition subversive, ainsi que le pensent certains intellectuels italiens de droite ou 5 étoiles qui idéalisent parfois les phénomènes rebelles comme les Gilets jaunes?

Les intentions subversives, si nous voulons les définir ainsi, me semblent en réalité minoritaires parmi les gilets jaunes. Des familles entières sont descendues dans les rues et des rassemblements permanents ont été organisés même dans les jours qui ont suivi les manifestations du samedi, la plupart du temps pacifiques. Ensuite, en tant qu’observateur italien, je constate qu’il existe en effet une spécificité française dans chaque épisode de mobilisation: il n’est d’ailleurs pas forcément nécessaire de remonter trop loin en arrière. Rappelez-vous juste du phénomène de Nuit Debout. Mais chaque mouvement de protestation ne peut être retracé que par lui-même et par le moment historique dans lequel il se produit, par les événements en cours qui incitent les citoyens à s'organiser sous des formes différentes. Les gilets jaunes ont agi, par exemple, sans les syndicats et en totale autonomie. Je crois que c'est là un véritable fait historique. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui évoquent un parallèle avec le Mai '68. Aujourd'hui, à mon avis la révolte authentique est essentiellement rurale et périphérique. Il existe en outre différents arguments et revendications et n'oublions pas que Paris, où le Joli Mai a fleuri, reste le fief de Macron, alors que dans d'autres villes et dans la province, Macron n'a jamais été autant apprécié.

Selon vous, vu de Rome, Macron est-il un « Renzi Français » (ex-président du conseil italien de centre-gauche) qui finira comme lui par perdre son leadership de manière brutale et rapide qu’il l’a construit? Ou pourra-t-il au contraire renaître après le Grand Débat et les Européennes?

C'est la véritable inconnue de la crise. Je commencerais par les affinités électives qui ont toujours été revendiquées par Macron et Renzi et qui sont bien connues. L'ancien Premier ministre italien a trébuché sur le référendum, qu'il a perdu de façon marquée. Il a démissionné, mais il a continué à s'exprimer au sein du Parti démocrate (PD). Ce n'est pas une petite différence par rapport à Macron. Renzi a émergé d'un parti, il la transformé, et il a fini par y perdre son leadership, tout en en restant sénateur PD qui exprime ses opinions concernant l'agenda politique. Quant à Emmanuel Macron, il est le Parti ; il l'a fondé et, en tant que mouvement, il la amené à diriger le pays. C'est pourquoi je pense que Macron a plus de marge de survie politique que Renzi: son leadership ne sera jamais vraiment mis en doute par les Marcheurs, même en cas de défaite. Nous verrons plutôt ce les Français qui ne se reconnaissent pas dans son idée d’Europe décidera dans les urnes et si la crise des gilets jaunes aura des conséquences en termes de pourcentage d’intentions de vote sur La République En Marche. En fin de compte, le grand débat aura certainement été une bonne idée pour orienter la campagne électorale en faveur de ses positions pro-européennes.

Pensez-vous que Macron pourra, grâce notamment à son Grand Débat national, arriver devant la liste du RN de Marine Lepen ? ou bien pensez-vous que Le Pen saura surprendre et renaîtra grâce à la capitalisation des Gilets Jaunes silencieux majoritairement pro-FN selon certains ?

Je ne crois pas en l'équation "Gilets jaunes = électeurs de Marine Le Pen". J'ai rencontré personnellement des enquêteurs des gilets jaunes qui votaient ou ont voté pour le parti socialiste et aussi pour La France Insoumise de M. Mélenchon. Voire même pour les Républicains. Concernant les prochaines élections européennes, selon les sondages, Emmanuel Macron devancerait le Rassemblement national de Marine Le Pen/Bardella. Mais l'erreur statistique est toujours au coin de la rue. Il sera en fait essentiel de comprendre dans quelle mesure le président sera convaincant dans la synthèse du Grand Débat qu’il présentera en avril prochain. Je crois que ce sera sa dernière chance de dégonfler réellement la crise des Gilets jaunes et de reprendre les rails de son Quinquennat.

 

Francesco de Remigis publie en Italie (bientôt traduit en France) le premier essai consacré aux Gilets Jaunes : Dalla sfida a Macron alla crisi diplomatica con l'Italia. Fino all'incognita delle urne (Du défi envers Macron à la crise diplomatique avec l’Italie. Jusqu’à l’inconnue des urnes »), éditions Il Giornale. Mars 2019  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires