En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 31 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 47 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 20 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 2 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 24 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 9 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 11 heures 49 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 10 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 46 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 32 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 35 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 10 heures 50 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 34 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 7 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 31 min
Politico Scanner

Entre bons sentiments, intimidations morales et inquiétude pour l'environnement, radioscopie des vrais sentiments des Français sur l’écologie

Publié le 05 décembre 2018
Nucléaire, énergies renouvelables... les Français entretiennent un rapport à l'environnement plutôt ambigu.
Bruno Jeanbart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nucléaire, énergies renouvelables... les Français entretiennent un rapport à l'environnement plutôt ambigu.

Atlantico : D'une manière générale, quel est le rapport des Français vis-à-vis des problématiques environnementales ? 

Bruno Jeanbart : Le rapport à l’environnement est très ambigu dans l’opinion. D’une part, toutes nos enquêtes indiquent que la sensibilité aux enjeux environnementaux est forte dans la société française : la pollution, la protection de la faune et de la flore ou le changement climatique sont des sujets qui préoccupent très majoritairement. Sur le changement climatique, plus de 70% estiment qu’il est causé par l’activité humaine et moins de 20% considèrent que c’est un sujet dont on parle trop dans les médias. Il n’y a donc ni climato-scepticisme, ni sentiment d’une surexposition du sujet au regard de son importance.

Toutefois, en terme de hiérarchie, l’environnement n’est absolument pas la première priorité des Français et c’est une constante depuis des années. De la même façon, ce n’est pas une motivation de vote majeure. L’enjeu environnemental demeure généralement devancé par celui de l’emploi, de la protection sociale et de l’immigration. Il est également la plupart du temps jugé moins prioritaire que la sécurité. Et depuis 2013 et l’émergence du « ras-le-bol fiscal », l’environnement est également perçu comme moins prioritaire que la fiscalité, qui était dans notre dernière enquête sur les enjeux la seconde priorité des Français avec 45% de réponses, après l’emploi (49%) quand l’environnement n’était cité que par 24% des Français. Même auprès des plus jeunes et des catégories sociales supérieures, plus sensibles à cette thématique, l’environnement n’est pas la priorité pour le pays.

2 43 % des Français pensent qu'il faut encourager le développement de la filière nucléaire. Pourtant, la politique du gouvernement est d'annoncer des fermetures de réacteurs. Y a-t-il une illusion sur un sentiment dominant anti-nucléaire en France ? Que pensent réellement les Français sur ce sujet ?

C’est un sujet qui divise depuis longtemps la société française, presqu’en deux blocs de parts égales : d’un côté ceux qui s’opposent à cette énergie et de l’autre, ceux qui la soutiennent. La tendance est plutôt à l’augmentation des opposants au nucléaire mais plus de 40% y sont encore favorables. Ce qui fait consensus, dans la société, c’est l’idée qu’il faut réduire la part du nucléaire en France, jugée trop importante, ainsi que la volonté de voir les énergies renouvelables se développer. Mais à l’inverse, l’idée qu’il faudrait totalement se passer du nucléaire reste minoritaire dans l’opinion, car elle demeure perçue comme l’énergie la plus performante. Là encore, nous ne sommes pas exempts de paradoxes. L’acceptation de certains types d’énergie renouvelable ne va pas de soi. Si le solaire ne suscite que très peu d’opposition, ce n’est pas le cas de l’éolien, qui tant dans les enquêtes d’opinion que sur le terrain reste confronté au phénomène NIMBY (Not In My Back Yard), rendant parfois difficile son implantation.

Finalement, assez peu de logements, que ce soit de propriétaires et de locataires, s'équipent en énergies renouvelables. Comment peut-on expliquer cette faible part ?

Modifier son mode énergétique dans son logement est bien plus complexe qu’on ne le laisse entendre parfois. D’une part, 40% des Français n’étant pas propriétaires, cette question n’est pas vraiment de leur ressort. D’autre part, du côté des propriétaires qui occupent leur logement, la mobilité est un frein à ce type d’investissement. 10% des ménages déménagent chaque année et on estime qu’un propriétaire de son logement déménage tous les 13 ans. Or le retour sur investissement de ce type de travaux est souvent très long et en tous cas perçu comme tel par les Français, ce qui limite le recours aux dispositifs mis en place.

Du point de vue des ménages, ce n’est pas à eux d’agir en priorité pour protéger l’environnement, mais aux pouvoirs publics. Avant d’envisager de renoncer à l’usage quotidien de leur voiture, les enquêtés attendent au préalable que l’offre de transports en commun s’améliore. Toutefois, ils se préoccupent de la qualité de l'air...N'y a-t-il pas un paradoxe ?

Ce n’est pas si paradoxal que cela dans la mesure où les questions environnementales sont perçues comme devant être gérées non pas au niveau national mais mondial. Dès lors, les individus sont tiraillées entre la nécessité de modifier leurs comportements individuels et le sentiment que s’ils sont les seuls à agir, rien ne changera. Par ailleurs, dans les demandes de changement auxquels sont confrontées les Français pour mieux respecter l’environnement, certaines se heurtent à des contraintes : l’accès au transport, le coût, la perte de temps. La vraie question, dans le fond, est de savoir si on ne « sous vend » pas aux Français l’ampleur des efforts à faire. Si comme le dit Nicolas Hulot, pour inverser la tendance sur le climat, il faut changer radicalement nos modes de vies, voire y renoncer, il est évident que la majorité du pays n’y est pas prête. Mais jusqu’à présent, les responsables politiques ont plutôt expliqué que les changements comportementaux à mettre en œuvre n’étaient pas aussi radicaux. Et même dans ce contexte, on voit que la société bloque. Probablement parce que l’on en revient au constat de départ : la société française est sensible à l’enjeu environnemental mais n’en fait pas sa priorité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/12/2018 - 19:32
Ecologie...
Les Français veulent moins de nucléaire mais ne veulent pas d'augmentation du prix de l'électricité et pas d'éoliennes devant chez eux. Ils veulent des transports en commun mais à condition qu'ils soient aussi efficaces que la voiture pour eux. Etc. Bref ils veulent la lune. Il est vrai que comme le discours écolo des gouvernements ne consiste pas à proposer des alternatives claires, réalistes et chiffrées mais à vouloir imposer les solutions qui les arrangent (à coup de taxes et autres contrariétés mais aussi en favorisant certains secteurs économiques) et que ces solutions n'ont aucune cohérence, la confusion n'est pas très étonnante. Comme les médias font en plus du lavage de cerveaux...
robotiq
- 05/12/2018 - 15:41
Une politique absurde
Si j'ai bien compris les problèmes sont climatiques, les émissions de CO2 à réduire, et environnementaux, essentiellement les particules fines et les NOx.
Sur le plan des émissions de CO2 on décide de réduire le diesel au profit de l'essence qui produit plus de CO2 !! On veut mettre en place à marche forcée des éoliennes et des panneaux solaires tous deux énergies discontinues qui nécessitent de mettre en oeuvre des centrales thermiques émettrices de CO2 pour se substituer à elles au moment où elles ne produisent pas. On veut fermer des tranches de centrales nucléaires qui pourraient encore fonctionner longtemps sans danger, qui n'émettent pas de CO2 et qui produisent une électricité bon marché car elles sont amorties depuis longtemps. C'est ce qui a été fait en Allemagne et qui a été un fiasco.
Sur le plan environnemental on oublie de dire qu'aux nouvelles normes les véhicules diesel ne sont pas plus polluants que les véhicules essence, que les particules fines sont pour moitié dues au freinage et à l'usure des pneus et des routes et qu'elles sont dues pour une très large partie au secteur tertiaire et en particulier le chauffage au fuel. Cherchez les erreurs!!