En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© MARWAN NAAMANI / AFP
Atlantico Bourse
Hausse du pétrole …stop ou encore ?
Publié le 13 novembre 2017
Après une hausse de 25% depuis le mois de juin, le prix du baril va-t’il poursuivre sa cavalcade ou bien cette hausse va-t’elle s’avérer n’être qu’un feu de paille ?
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une hausse de 25% depuis le mois de juin, le prix du baril va-t’il poursuivre sa cavalcade ou bien cette hausse va-t’elle s’avérer n’être qu’un feu de paille ?

La question est importante à plus d’un titre : si le prix du pétrole rebaisse cela peut signifier que, finalement, l’économie ne repart pas, à l’inverse un rebond encore plus marqué indiquera assez clairement que l’économie mondiale, Chine en tête, poursuit sa reprise…même, si comme tout est une question d’équilibre, une trop forte hausse finirait par inquiéter. Les investisseurs pourraient commencer à anticiper un rebond de l’inflation et probablement initieraient des ventes sur les marchés obligataires…les industriels, pour leur part verraient leurs marges baisser du fait de la hausse du pétrole…ce qui ne serait pas très bon pour les marchés actions un jour ou l’autre. 

Après un tel rebond, la question de la poursuite du mouvement se pose donc : l’analyse des marchés à terme permet de mesurer l’appétit réel des traders sur le pétrole. Pour le moment, rien ne laisse présager que les anticipations soient particulièrement haussières. En effet, les échéances plus lointaines sur les marchés à terme, ne sont pas orientées spécifiquement à la hausse par rapport aux échéances les plus proches. 

Si l’on analyse les aspects plus fondamentaux concernant l’offre et la demande, il faut bien évidemment mesurer l’impact de la production américaine sur le marché du pétrole. Avec 9 Millions de barils par jour, les Etats-Unis produisent largement plus qu’en 2016…mais en dessous des niveaux atteints au pic de 2015. Contrairement à ce que beaucoup pensaient il y a quelques mois, la production montre des signes de faiblesses : les coûts de production ont trop progressé et limitent désormais les capacités américaines. 

Les études récentes montrent que la demande excède l’offre depuis quelques mois. La concomitance entre la baisse de la production américaine récente et  la réduction de production mise en œuvre par l’OPEP depuis cet hiver ont finalement réduit de manière significative l’offre sur le marché. 

De plus, les difficultés des producteurs américains, font que, même avec un cours du pétrole en hausse, le pétrole de schiste américain ne devrait plus trop augmenter. De ce fait, tout l’enjeu pour les membres de l’OPEP est de prolonger l’accord conclu l’an passé. A chaque rumeur de prolongation les cours du Brent progressent vivement. L’Arabie Saoudite a réussi depuis plusieurs à préserver cet accord. Son objectif était de revenir vers 50$...à 63,5$ vendredi dernier  le but est largement atteint et certains producteurs, la Russie en particulier, commencent à solliciter ouvertement une souplesse plus grande pour profiter des niveaux élevés atteints par le pétrole. 

Il est probable, à relativement court-terme que les producteurs ouvrent les vannes plus délibérément…Mais…et le mais est de taille, le contexte a largement évolué depuis le week-end dernier.

L’Arabie Saoudite a entrepris une opération « main propre » destinée à lutter contre la corruption. Cela aurait pu rester une problématique « interne » mais cette opération est couplée à un accroissement très net des tensions avec l’Iran. Et dans ce cas, les répercussions sur le cours du pétrole sont immédiates. La semaine dernière les cours du Brent ont progressé de 3-4% dans la foulée de ces problèmes géopolitiques. Il est probable que si ces tensions perdurent le prix du pétrole progresse encore. Un passage prolongé au-dessus de 70$ le baril constituerait probablement un franchissement de seuil mal vécu par les opérateurs des marchés obligataires qui craindraient un retour de l’inflation. Le problème des tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran est qu’elles ne vont pas s’estomper rapidement. Il subsistera longtemps un doute sur le marché pétrolier. 

En conclusion, les tensions vont durer encore au moins quelques semaines et en plein hiver, pourraient propulser les cours du Brent largement au-dessus de 70$. Mais comme le montre les marchés à terme un retour au calme « géopolitique » devrait remettre les cours du pétrole dans un niveau d’équilibre plus proche des 60$...niveau qui serait « idéal » pour l’économie mondiale. Bien évidemment, comme toujours, nous déconseillons de prendre des positions pour spéculer sur l’enlisement ou la résolution rapide d’un problème géopolitique. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires