© Reuters
Atlantico Bourse
1987 vs 2017 …cette fois c’est différent !
Publié le 23 octobre 2017
Les 30 ans du Krach de 1987 ont été salués par un triple record historique à Wall-Street jeudi soir dernier sur ses 3 principaux indices actions.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les 30 ans du Krach de 1987 ont été salués par un triple record historique à Wall-Street jeudi soir dernier sur ses 3 principaux indices actions.

Les 30 ans du Krach de 1987 ont été salués par un triple record historique à Wall-Street jeudi soir dernier sur ses 3 principaux indices actions.  Le Dow-Jones a réussi à clôturer sur un plus haut pour la 51e fois de l’année. Le S&P 500  est en route pour un autre record : cela va faire bientôt 240 séances que cet indice n’a pas affiché un recul supérieur à 3% sur une journée. Notre CAC40 n’est pas en reste : il semble loin de son record avec une clôture vers 5400…mais dividendes réinvestis, seule mesure réelle pour mesurer la performance d’un investissement, il évolue tout près de ses records historiques. 

Les taux sont impassibles sur des niveaux très bas, la croissance se poursuit, le taux de chômage est au plus bas… Nous sommes très très loin de l’ambiance de fin du monde du 19 octobre 1987 et ce fameux lundi noir et la baisse de plus de 20% du Dow Jones en une seule journée.  

Le plus frappant avec 30 ans de recul reste de regarder la courbe de l’évolution des marchés depuis 1987…Ce Krach est un tout petit événement finalement…un « blip » comme disent les traders dans leur jargon…ne parlons pas du Krach de 1929 qui a pratiquement disparu de l’histoire boursière. 

Ces derniers jours, beaucoup ont cherché les différences et les similitudes entre 1987 et 2017. Ce qui est frappant, au-delà de chiffres et d’indicateurs qui rendent les choses difficilement comparables, c’est l’étrange similitude de comportement des investisseurs : en 1987 comme en 2017, l’idée générale est d’acheter systématiquement tous les creux de marché. 

Depuis plusieurs années, comme avant 1987, à chaque baisse des indices actions, un véritable mur d’achat empêche la baisse de s’installer…ce qui en 1987 comme en 2017 a, petit à petit,  porté les valeurs,  américaines  en particulier, sur des niveaux de valorisations très élevés. Les indicateurs classiques d’évaluation, montrent aujourd’hui, comme en 1987, que les actions deviennent plus vulnérables  aux mauvaises nouvelles. En 1987, les ordinateurs réglés pour déclencher des ordres de ventes si un seuil de baisse était atteint se sont enclenchés les uns après les autres provoquant une baisse qui s’est accélérée au fil de la journée du 19 octobre. 

Pour illustrer avec un exemple prenons le cas d’un investisseur détenant depuis des années une action achetée à 10$, en septembre1987 elle valait 100$. Il avait alors placé un ordre de vente si le titre baissait à 98$. Tant que le titre est au-dessus, il ne vend pas, il vend dès que l’on cote 97.99$. Le 19 octobre, son titre est vendu …mais comme au même moment des milliers d’autres investisseurs font la même chose…la baisse s’accélère et amplifiée par des centaines d’ordinateurs ne s’arrête qu’à la clôture des marchés !  

L’évolution des marchés depuis cette date rend cet enchaînement d’événement difficilement reproductible : en effet, l’instauration de coupe circuit permet de stopper les cotations le temps que les marchés se calment. Autre élément à prendre en compte : la liquidité des marchés n’est pas la même et doit se comprendre à l’échelle mondiale. Un saut de marché de très grande ampleur, uniquement pour des raisons techniques, semble devenu difficilement envisageable à l’échelle mondiale…même si bien sûr des baisses prolongées sont toujours envisageables.

Autre élément dont on parle peu pour comparer les 2 périodes : le niveau des taux d’intérêt. Ils étaient bien plus hauts en 1987 : près de 10% en 1987, 2.5% aujourd’hui aux Etats-Unis. Du coup, un investisseur pouvait envisager plus facilement un arbitrage gagnant en sortant des actions pour aller sur les taux. Cet  arbitrage n’a pas vraiment d’intérêt aujourd’hui. Tant que les Banques Centrales en 2017 sont à la manœuvre pour inonder les marchés de liquidités cette situation peut durer…en 1987 elles avaient plutôt eu tendance dans un premier temps à retirer des liquidités ce qui avait eu comme effet  d’amplifier la baisse !

2017 est donc bien différent de 1987. Nous avons du mal à imaginer un Krach du même genre. Pour autant, nous pensons qu’il faut toujours tenir compte des enseignements de 1987. 

Rien n’est impossible sur les marchés : la bulle techno en 2000, les problèmes de dettes souveraines en 2011…quoiqu’en disent certains, il faut toujours garder la tête froide pour valoriser des actifs et se tenir à l’écart ou alléger quand un actif devient surévalués. En ce moment par exemple nous considérons que les obligations et les actions américaines sont surévaluées. 

Il faut toujours éviter les actifs illiquides. Dans les périodes de tensions sur les marchés, ces actifs sont à l’écart des premières baisses pendant un court laps de temps mais sont durement sanctionnés par la suite et invendables parfois plusieurs mois durant. 

Acheter dans les périodes de Krach, ou de baisse prononcée,  quand tout le monde panique est une option intéressante sur le principe en se concentrant sur des actifs de grandes qualités qui seront les premiers à rebondir…pour cela il faut toujours garder un peu de cash… 

« Cette fois c’est différent » est donc parfaitement adapté. 2017 ne sera pas 1987…attention c’est valable dans les tous les sens : les risques systémiques sont différents mais sont présents avec des Banques Centrales omniprésentes et des niveaux de dettes incomparablement plus importants aujourd’hui qu’en 1987 ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Les Républicains ont-ils un autre choix pour survivre que d’aller au bout de la logique de rupture avec le “cercle de la raison” ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 23/10/2017 - 18:09
toujours tout est différent mais
https://fr.wikipedia.org/wiki/Krach_d%27octobre_1987

Mais en 2008 c'était aussi différent et apparemment les leçons n'ont pas été retenues aujourd'hui aux crédits immobiliers US s'ajoutent les tombereaux de credit auto et ceux du financements des études américaine bien qu'incompréhensibles pour un français...
Les chinois c'est autre chose , ils nous donnent des leçons économiques mais ils ont des montagnes de dettes pour la relance économique et ont construit tout et n'importe quoi même des villes fantômes...
En Europe lestais du club med sont loin d'avoir fait les efforts nécessaires, notre pays étant le plus mauvais élève de la classe
Donc effectivement c'est différent ce coup ci ..