En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 26 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 25 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 29 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
On respire

Enfin une bonne nouvelle pour le climat, les émissions mondiales de carbone n'ont pas augmenté en 2016 : simple pause ou vrai espoir ?

Publié le 26 mars 2017
Avec Max Falque
Améliorations technologiques, réglementations plus contraignantes, réduction du secteur industriel, etc. : autant de raisons qui expliquent la stagnation des émissions mondiales de carbone, mise en lumière dans un rapport de l'Administration internationale de l'Energie.
Max Falque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Max Falque est consultant, spécialiste des problèmes d'environnement, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a notamment publié un ouvrage sur la régulation de la consommation d'eau par l'échange de droits, L'eau entre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Améliorations technologiques, réglementations plus contraignantes, réduction du secteur industriel, etc. : autant de raisons qui expliquent la stagnation des émissions mondiales de carbone, mise en lumière dans un rapport de l'Administration internationale de l'Energie.
Avec Max Falque

Atlantico : L'Administration internationale de l'Energie a annoncé dans un rapport que les émissions mondiales de carbone sont restées stables pour la troisième année consécutive en 2016. Comment interpréter cette nouvelle ? Les émissions de gaz carbonique ont-elles atteint un seuil, ou bien n'est-ce qu'une pause d'une durée indéterminée ?

Max Falque : Ce phénomène correspond au mouvement général de diminution des pollutions dans les pays industriels avancés, à savoir qu’à partir d’un certain niveau de richesse (environ 10 000 dollars annuels par habitant), on observe un retournement de la "courbe environnementale de Kuznets". 

Mais plus précisément, en ce qui concerne le CO2, l’exemple de plusieurs pays laisse penser que les causes sont multiples : améliorations technologiques, réglementations plus contraignantes, etc. Mais le facteur essentiel est la réduction du secteur industriel : ainsi, pour la période 2010-2014, dans 20 pays, le World Resource Institute observe qu’à une baisse de 3% du secteur industriel dans le  PNB correspond une réduction de 15% des émissions de CO2.

On peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’une tendance à long terme qui, progressivement, se propagera aux pays en voie de développement qui, eux aussi, non seulement adopteront des mesures contraignantes mais aussi réduiront la part du secteur industriel dans leur PIB. 

Parallèlement à cette stagnation des émissions de gaz carbonnique, ce rapport souligne le fait que le développement économique global de la planète a évolué. Peut-on, à partir de là, en déduire la part des énergies renouvelables dans la production de richesses ? 

Si, pour l’instant, on ne peut attribuer aux énergies renouvelables la responsabilité de la diminution des émissions de CO2, on peut escompter que leur développement jouera un rôle d’autant plus important que l’on disposera de possibilités de stockage de l’énergie grâce à de nouvelles technologies dont l’hydrogène

En ce sens, la politique allemande de recours massif à l’éolien doit être évaluée dans la mesure où elle implique l’utilisation du charbon pour assurer la continuité de la fourniture d’électricité. En l’absence de saut technologique, on pourrait aboutir à une hausse des prix de l’énergie, un accroissement des émissions carbonées, et in fine à un ralentissement de la croissance économique.

Globalement, on peut escompter un rôle plus important des énergies renouvelables dans la production de richesses pour autant que le coût réel du KW continue à baisser, y compris pour les PVD.

Est-il possible de savoir quels sont les pays qui ont le plus ralenti leur consommation d'énergies fossiles ? Au contraire, quels sont les pays qui l'ont augmentée ?

Les statistiques d’évolution de la consommation d’énergies fossiles ne sont pas disponibles, sauf à procéder à des recherches spécifiques. L’excellent rapport annuel de BP fournit les informations suivantes concernant les années 2014-2015:

- Gaz naturel

La consommation a cru de 1,7%, chiffre significatif par rapport à l’année 2014 ; une consommation médiocre mais inférieure à celle observée sur les dix années précédentes de  + 2,3%. 

Le Moyen-Orient enregistre la plus forte augmentation (6,2%) alors que l’Europe et l’Eurasie déclinaient de 0,3% (cependant, on note une légère augmentation pour l’Union européenne).

Parmi les pays émergents, l’Iran (+ 6,2%) et la Chine (+4,7%) enregistrent la plus forte augmentation malgré un ralentissement de l’économie. Parmi les nations de l’OCDE, ce sont les Etats-Unis qui enregistrent la plus forte augmentation (+ 3%). 

- Pétrole

La consummation globale a cru de + 1,9% contre la moyenne des années passées de + 1%. Cela est dû aux pays de l’Ocde qui avaient, au cours de la décennie précédente, connu une diminution de 1,1%.

La Chine a augmenté sa consommation de 6,3% et l’Inde, avec + 8,1%, est devenue le troisième consommateur mondial, dépassant ainsi le Japon. 

- Charbon

Sa consommation a diminué (- 1,8%) en 2015 dans le monde entier (sauf en Amérique centrale et du Sud). Ce sont les Etats Unis (- 12,7%) et la Chine (- 1,5%) qui enregistrent la plus forte dminution, légèrement compensée par une augmentation en Inde et en Indonésie . On notera que la part du charbon (29%) dans l’énergie primaire ne cesse de diminuer depuis 2005.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires