En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Capture d'écran France Télévisions
Atlantico Bourse
Vers un nouveau krach pétrolier ?
Publié le 13 mars 2017
Les fluctuations nerveuses des valeurs pétrolières ces derniers temps poussent de nombreux observateurs à envisager le pire. Pourtant, si on y regarde plus près, la situation est certes délicate mais demaure loin d'être catastrophique.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les fluctuations nerveuses des valeurs pétrolières ces derniers temps poussent de nombreux observateurs à envisager le pire. Pourtant, si on y regarde plus près, la situation est certes délicate mais demaure loin d'être catastrophique.

Depuis quelques jours les pressions s’intensifient sur le pétrole : les cours ont oscillés, de janvier à mars, entre 52 et 54$ sur le WTI et ont soudainement reflué près de 48$ vendredi dans la soirée. Plusieurs séances à -2% à -4% rappellent les jours difficiles connus il y a un peu plus d’un an. Les pessimistes évoquent à la moindre baisse l’arrivée imminente d’un krach. Nous n’en sommes pas là mais quelques éléments méritent d’être analysés attentivement. 

Il faut toujours un  déclencheur pour générer un recul de 10% sur un marché quel qu’il soit. Dans le cas du WTI la semaine dernière le détonateur a été la publication des stocks de pétrole américains : ils ont progressé, pour la 9ème   semaine consécutive, et ont atteint des niveaux records ! 

Les opérateurs n’avaient pas trop pris en compte la progression des stocks ces derniers temps. En effet l’idée générale sur le marché du pétrole était que l’accord de l’OPEP conclu en décembre allait permettre une belle hausse des cours de l’or noir. L’argument était simple : tous les membres de l’OPEP avaient signé l’accord de réduction de production…donc plus de problème, les cours devaient partir à la hausse. D’ailleurs sur les marchés à terme, jamais autant de positions "acheteuses" n’avaient été enregistrées. Les spéculateurs attirés par un gain rapide et facile étaient là…

Et puis, les grains de sable ont commencé à s’accumuler : les stocks en hausse chaque semaine on l’a vu, des chiffres de production en Russie et surtout l’explosion de la production américaine. 

La production Russe annoncée début mars a effectivement sérieusement douché les plus optimistes : aucun ralentissement n’était réellement perceptible. Beaucoup ont revécu des dizaines d’accords précédents que finalement peu de producteurs ne respectent…les Russes en premier. Mauvais présage. 

Le point clé finalement, une fois de plus réside dans la production de gaz de schiste américain : le rebond des prix du pétrole sur les 9 derniers mois de 2016, a permis aux producteurs américains de repartir à fonds dans l’exploitation de pétrole et de largement compenser la baisse, légère, de la production des membres de l’OPEP. 

Les producteurs américains ont aussi pris la mesure de l’attitude de leur nouveau président…DonaldTrump est effectivement totalement décomplexé vis-à-vis de la production de pétrole de schiste : l’écologie et la préservation de la planète passent au second plan. 

Le résultat de tout cela est que la production est largement supérieure à la demande. La baisse des prix est somme toute logique et d’autant plus forte que le consensus a été pris à contre-pied. 

Nous pensons qu’il faut se méfier des consolidations sur le pétrole : cela peut facilement dégénérer et peut avoir des conséquences sur l’ensemble des autres actifs. 

Cette consolidation a déjà de lourds effets sur les valeurs parapétrolières (CGG) ou valeurs liées au pétrole (Vallourec). Visiblement certains opérateurs sont méfiants. 

Nous regardons aussi comment les anticipations pourraient évoluer. En effet le consensus est que l’inflation va repartir, à cause de la hausse du pétrole au départ et  que les banques centrales, américaine en tête,  vont remonter leur taux courts. Par ricochet, les taux longs doivent logiquement monter. Surtout, grâce au rebond général des matières premières, les pays émergents doivent voir leur économie repartir. 

Inutile de dire que si le pétrole venait à repartir franchement à la baisse le contre-pied pourrait être assez violent, en particulier sur les marchés émergents qui ont déjà anticipé un retour rapide de la croissance. 

Les officiels de l’OPEP sont persuadés que les stocks américains ne reflètent que partiellement l’excès d’offre : pour eux les réductions de production des membres de l’OPEP sont sous-évalués. 

Un krach sur le pétrole n’est donc probablement pas à l’ordre du jour, mais étant donné l’excès de confiance de la spéculation un retour de bâton n’est pas impossible. Les effets de bord sur les marchés actions des pays émergents pourraient sérieusement casser l’ambiance haussière actuelle.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
06.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 17/03/2017 - 12:03
@POLITQ
D'accord avec vous. Vivent les alternatives au pétrole du Moyen-Orient pour les raisons que vous évoquez
Zèbre Zélé
- 14/03/2017 - 11:04
Charabia
Encore un gars qui est est dans son monde et dans son langage d'initié
POLITQ
- 13/03/2017 - 11:38
Nos ennemis du Moyen-Orient…..
Je le redis : si Trump , même s'il pollue++++, pouvait leur casser leur tirelire…. casser leur morgue, qu'ils aient moins de dollars pour financer le terrorisme qui nous tue ….. mais bon…. les islamo-gauchistes vont leur voter des subventions réparatrices….. et suicidaires….