En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Revue d'analyses financières

Autopsie d'un système à bout de souffle : pourquoi le niveau des retraites va baisser significativement

Publié le 18 octobre 2016
Injuste, intenable, et perclus de privilèges exorbitants, le système de retraite français est à bout de souffle.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Injuste, intenable, et perclus de privilèges exorbitants, le système de retraite français est à bout de souffle.

Notre système de retraite par répartition est en faillite, mais il est aussi opaque et fonctionne comme un système "à la Madoff". On promet des retraites qu’on ne pourra pas honorer. C’est un système injuste et intenable pour les raisons suivantes : 

Nous sommes partis pour au moins dix ans de croissance molle. Il faut se préparer à la répression financière de l’Etat,  c’est-à-dire la captation par l’Etat de l’épargne des ménages et des retraités.

Les caisses de retraite ne pourront pas servir les retraites promises

Les taux négatifs continuent a provoquer des comportements atypiques. Un fonds de pension canadien vient d’émettre de la dette à 100%, car il espère la racheter progressivement dans le marché à 95% ! Dans un monde logique, dans lequel nous ne sommes plus depuis des années, cela revient à considérer que la dette est devenue un actif  comme un autre. Rappelons que pour une banque centrale, pratiquer des taux négatifs revient à estimer que le futur est plus certains que le présent. En effet, tout le monde a appris que le taux d’intérêt était la rémunération que l’on accordait à celui qui prêtait pour le compenser des incertitudes de l’avenir…

Tous les fonds de pension sont en risque. Ils sont confrontés au problème qui consiste aujourd’hui à trouver des actifs qui leur procureront du rendement et leur permettront d’assurer le service des pensions qu’ils se sont engagés à verser aux retraités qui ont cotisé toute leur vie. Pour en trouver, ils ont tendance à prendre de plus en plus de risques puisque les obligations souveraines émises par les états sont devenues des actifs extrêmement risqués. On connaît malheureusement la fin du film…

Les caisses de retraite du secteur privé en France  fonctionnent  le selon le principe de la répartition. Elles sont confrontées au même problème. Les taux zéro dévastent la rentabilité de leur portefeuille. Réglementairement, elles ne peuvent pour la grande majorité de leurs placements n’acheter que des obligations souveraines, censées être l’actif sans risque. Ce phénomène  se cumule avec l’évolution démographique qui dégrade en permanence le rapport cotisant/retraité. Il n’y a vraiment que Marisol Touraine ministre des affaires sociales et de la santé, pour considérer que le régime des retraites est sauvé.

Les caisses de retraite du secteur public sont alimentées par le budget de l’Etat et ne font donc l’objet d’aucune provision digne de ce nom. L’Etat va continuer à verser près de 40Md€ par an pour financer les retraites des fonctionnaires, soit pratiquement la moitié des recettes de l’impôt sur le revenu ou pas loin du budget du ministère de la défense. Les cotisations ne financent qu’une pension sur quatre contre plus de huit sur dix dans le privé. Pour l’Ircantec, le système de retraite des fonctionnaires le taux de cotisation est de 5,63% contre 9,50% pour l’ Agirc-Arrco, les salariés du privé.

L’Etat employeur comble donc la différence, ce qui représente un gouffre pour les contribuables.  Même si "cela ne coûte rien puisque c’est l’Etat qui paye" comme l’a dit François Hollande, cela ne pourra pas encore fonctionner très longtemps sur ce rythme. Le petit problème, c’est que le niveau d’endettement de l’Etat avant la prise en compte de tous ces engagements approche déjà dangereusement les 100% du PIB.

L’euthanasie du rentier est en marche

Les régimes spéciaux comme ceux  d’EDF et GDF, pompent discrètement de l’argent, avec la complicité de l’Etat,  dans la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) qui est  la caisse des salariés du privé.  

Les affiliés bénéficient de  privilèges exorbitants comme le calcul de la pension sur les 6 derniers mois de traitement, la garantie du montant de la pension, le départ dès 50 ou 55 ans pour près de 94% des agents, la réforme reportant l’âge de départ à 52 ou 57 ans ne recevra un début d’exécution qu’à partir de 2017. Ce n’est pas tout, ils profitent également  de bonifications d’annuités. Alors que le commun des salariés a besoin de plus de 40 annuités pour valider une carrière complète, les centaines de milliers de fonctionnaires accèdent au taux plein en n’ayant cotisé que 35 voire 30 annuités. En clair ils gagnent  des années gratuites pour leur retraite sans avoir travaillé pour les obtenir.

On va donc, comme d’habitude, demander aux salariés du privé de faire de plus en plus de  sacrifices pour préserver les régimes spéciaux. Pour y parvenir, des syndicalistes des régimes spéciaux sont entrés dans le conseil d’administration de la CNAV ! Rappelons que  les syndicats sont sans légitimité avec 8% d’adhérents de la population active. Cela ne les a pas empêché de devenir des puissances financières perméables à la corruption et faisant obstacle aux réformes d’intérêt général.  Leurs nombreux défilés contre la réforme des retraites ont montré qu’ils défendaient les corporatismes d’un autre siècle…                                           

L’euthanasie du rentier est en marche. Depuis 2012,  un tsunami de taxes s’abat sur les retraités : hausse des droits de succession, hausse des droits sur les donations, hausse des prélèvements sociaux sur les assurances vie, taxation des retraites d’entreprises. D’autres projets sont dans les cartons comme : la création d’une nouvelle taxe sur les retraites dont le doublement est déjà prévu, la surfiscalisation des produits d’épargne. Au lieu de s’en prendre aux retraités qui ont travaillé toute leur vie, l’Etat devrait commencer par supprimer les régimes spéciaux publics… 

Les gouvernements ont toujours la tentation de  financer les retraites par une taxe supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital. Mais en quoi les « riches » sont-ils concernés par les retraites ? Ils ont déjà payé les impôts les plus lourds du monde, l’ISF, les tranches supérieures de l’impôt progressif sur le revenu, l’impôt sur les sociétés, la CSG et la CRDS, la TVA sur leurs consommations, l’IRPP, les taxes sur les héritages et les donations, les taxes sur les plus-values du capital, etc., ainsi, bien entendu, leurs propres cotisations sociales. Pourquoi leur demander un impôt supplémentaire, à eux spécifiquement ? Pour les socialistes, la réponse est simple. Il faut faire rendre gorge aux « riches » parce que le simple fait qu’ils soient riches est injuste. Les « riches » sont ceux qui se sont montrés capables de fonder et de faire vivre une entreprise ou qui ont eu un talent hors pair dans un domaine. Ce faisant, ils ont contribué à développer l’activité, l’innovation et la productivité, ils ont été un des principaux moteurs du progrès général.

La France est en train de devenir une fabrique de pauvres

L’assurance vie a été plébiscitée par les français qui ont bien compris que l’avenir de leurs retraites était menacé. Pour des raisons idéologiques, les régimes politiques qui se sont succédé ont refusé d’accorder aux français la retraite par capitalisation dont bénéficient pourtant des pays comme la Suède. Sous la pression des circonstances, un succédané s’est mis en place sous la forme de l’assurance vie. Malheureusement, le système fiscal favorise l’achat d’obligations d’état. Cela conduit au tour de passe -passe suivant : les français sortent d’un système qui  va faire faillite pour des raisons démographiques et y retournent aussitôt en achetant des obligations de ce même système.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Proviste
- 19/10/2016 - 18:10
SYSTEME AHURISSANT
Ce qui est caricaturalement injuste, c'est que certains passent un trentaine d'années à la retraite pour une durée de travail égale. Ça prouve d'une part que les postes de travail concernés ne sont pas si usants que ça et d'autre part il n'est pas nécessaire d'être prix Nobel pour comprendre que ce n'est pas tenable financièrement. Même une espérance de vie de 20-25 ans pour 40 ans de travail est déséquilibrée. Cette spécificité française était d'ailleurs le sujet d'un article d'Atlantico récemment. La mentalité "après moi le déluge" est bien répandue.
jurgio
- 19/10/2016 - 14:53
Les réformes devraient être commencées par là !
La limitation du montant de la pension de retraite est tellement logique qu'aucun gouvernement n'a osé la faire ! Surtout qu'il existe (heureusement !) les pensions complémentaires qui correspondent mieux aux gains d'une vie. Aujourd'hui, on s'achemine vers une cagnotte où tout le monde puiserait sans souci. On comprend l'engouement pour la « pénibilité » ! (et la défausse pour combler le coût pharamineux des retraites de fonctionnaires ! ) Une cotisation universelle obligatoire est une assurance pour un minimum vital, pas autre chose.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 19/10/2016 - 13:23
....et d'après vous pourquoi cette proposition n'a aucune chance
Certains intelligents font semblant de confondre répartition et capitalisation .On leur rappelle répartition :c'est percevoir de que ceux qui travaillent cotisent aujourd'hui .
Ce faisant l'actuelle situation nourrit l'immobilisme et le statu-quo inégalitaire que toutes les zélites élus ou pas défendront bec et ongle
Merci assougoudrel pour ton témoignage sur la grande muette ...car en plus de ne pas risquer sa peau ,le "général" a pu acquérir bien plus des biens mobiliers et immobiliers que le simple bidasse !!!! ...
Ecrêter les retraites a 3000 € n'est que simple bon sens pour relancer la France