En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
rhetorico-laser naufrage Atlantico.fr
Rhétorico-laser
Pourquoi François Hollande a d'ores et déjà perdu tous ses débats à venir, face à la gauche comme à la droite
Publié le 17 octobre 2016
Après celle de Nicolas Sarkozy, c’est une véritable "semaine noire" que vient de connaître François Hollande. De cafouillages en révélations, son naufrage rhétorique s’avèrera fatal à une nouvelle candidature.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après celle de Nicolas Sarkozy, c’est une véritable "semaine noire" que vient de connaître François Hollande. De cafouillages en révélations, son naufrage rhétorique s’avèrera fatal à une nouvelle candidature.

Entre la tragédie de Viry-Châtillon, le pataquès de la visite de Poutine et les révélations choc du livre de Fabrice Lhomme et Gérard Davet (sans même parler des nouvelles désastreuses sur le front du chômage), le peu de capital politique qui restait à François Hollande vient sans doute de connaître un krach fatal. La chose est en tout cas assurée pour son capital rhétorique, c’est-à-dire pour sa possibilité même d’argumenter dans le cadre d’une nouvelle campagne.

Tout d’abord, l’agression contre les policiers de Viry-Châtillon. Le moins que l’on puisse dire est que la première réaction du Président n’a pas été à la hauteur des faits : parler d’acte "inqualifiable et intolérable", c’est resté loin du compte d’une tentative d’assassinat particulièrement odieuse consistant à brûler vif des policiers. Bref un acte plus qu’ "intolérable" et tout à fait "qualifiable".

Les cafouillages autour de la visite de Poutine ensuite : l’on n’a pas assez remarqué la véritable humiliation subie par Jean-Marc Ayrault venu en personne défendre la résolution française sur la Syrie au Conseil de sécurité, résolution retoquée par le veto russe. Face à cette offense, l’on aurait pu attendre un peu plus de réactivité de la France, soit en prenant l’initiative de l’annulation de la visite de Poutine, soit en y mettant d’emblée des conditions drastiques. Mais non : le Président a fait part à haute voix (devant un journaliste encore !) de ses doutes, avant de fixer un peu tard lesdites conditions. Résultat, Poutine a pu s’offrir le bénéfice de l’annulation de la visite en se moquant au passage d’un homologue si hésitant. François Hollande aura donc perdu sur les deux fronts : pour parodier un mot célèbre de Churchill, il aura récolté la crise diplomatique et le ridicule.

Mais ce sont bien sûr le propos recueillis par Davet et Lhomme qui sont, les plus désastreux pour "l’avenir rhétorique" du Président. Et cela pour trois raisons. La première est qu’ils anéantissent son dispositif oratoire habituel, ménageant toujours dans la même phrase la chèvre et le chou ("d’un côté, de l’autre", "faire ceci sans oublier cela" etc…). Cette "rhétorique circulaire", analysée dans ces colonnes, a explosé en plein vol, puisque François Hollande s’est exprimé sans aucune ambiguïté sur la justice, les footballeurs, le PS etc. Et de façon dévastatrice dans tous les cas. Dès lors tout propos inverse, à commencer par les excuses maladroites envoyées aux magistrats, portera le lourd soupçon de l’insincérité et de la duplicité. Pour un Président déjà accusé de "mensonge", rien ne pouvait être pire.

Davantage : quel crédit accorder désormais à toutes les pétitions de principe, affirmations et autres serments, faits tout au long du quinquennat ? L’on a beaucoup parlé "d’humiliation" pour qualifier ses propos sur la justice. Mais a-t-on assez regardé le verbatim de ces déclarations ? François Hollande parle de la "lâcheté" de magistrats "planqués". Si les mots ont un sens, "lâcheté" veut dire capitulation devant des pressions :  pressions venant de qui ? Du Pouvoir lui-même ? Qu’en est-il alors de l’indépendance de la justice affirmée sur tous les tons depuis 2012 ? Remarquons d’ailleurs que la réponse des hauts magistrats n’évoque pas seulement l’ "outrance" des propos présidentiels mais aussi "la tradition monarchique", "la tutelle de l’Exécutif", dont "il est plus que temps que la justice s’émancipe". Autrement dit, la conclusion de cet épisode pourrait bien être la suivante : le Président mais aussi les hauts magistrats ont bel et bien sapé l’idée (reçue) que la justice était vraiment indépendante dans notre pays.

Denier point et non le moindre : François Hollande est désormais dans l’incapacité argumentative de mener le moindre débat avec ses opposants, de gauche comme de droite. En effet tout ce qu’il a dit, d’un livre de "confidences" à l’autre, sera désormais utilisé contre lui. Comment pourra-t-il par exemple se poser, comme il comptait le faire, en défenseur de l’Etat de droit après avoir ainsi étrillé la justice ? Comment pourra-t-il dénoncer "le virage FN" de la droite après avoir parlé d’"un trop d’immigration" et "un problème avec l’Islam" ?

Or il n’y a, en rhétorique, rien de pire que la contradiction interne. Non seulement elle détruit l’argument avancé mais en plus elle ruine la crédibilité du locuteur. Or en politique, on le sait depuis Aristote, la crédibilité est l’enjeu cardinal.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 14:16
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Ce message est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Débusquer et neutraliser les narcissiques en politique, c’est aussi lutter contre les propagateurs de haine.
vangog
- 17/10/2016 - 18:26
Oui, bel argumentaire!
Moi, je m'inquiète surtout de ses anciens soutiens électoraux, désemparés face à tant de lâcheté et d'ignominie...vont-ils aller à la pêche, ou choisir un parti dont les dirigeants ont une autre trempe que Flamby-le-menteur?
Fredja
- 17/10/2016 - 15:28
Analyse assez juste mais...
il n'y avait pas besoin du bouquin des journalistes pour se rendre compte que le gros nain est un fieffé menteur. Ca, on s'en est rendu compte fabuleusement rapidement, dès le jour de son élection : un coup de Falcon de Tulle à Paris, et une fiesta dans un restau bien plus couteuse que la fête de Sarko au Fouquet's... Pour un gars "normal" qui voulait se montrer "exemplaire", c'était déjà mort. Et la suite n'a fait que renforcer ce constat. Le pire, c'est que s'il avait été efficace, on lui aurait surement pardonné de mentir tout le temps. Mais c'est vraiment un gros nul, il n'y a qu'à voir comment il a grillé la France au plan interne, et surtout au plan international. On n'est jamais autant passés pour des guignols qu'en ce moment. Tous les étrangers peuvent se foutre de notre poire, et ils auront raison. En ce moment, j'ai vraiment honte d'être Français.