En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Rhétorico-laser
"Père, gardez-vous à droite. Père, gardez-vous à gauche !" : Alain Juppé pourra-t-il tenir sur tous les fronts ?
Publié le 10 octobre 2016
Si la plupart des médias lui sont à l’évidence favorables, au nom du "Tout-Sauf-Sarkozy", c'est à la réaction de ces concurrents mais aussi de la gauche "hollandaise" que le favori actuel des sondages doit prendre garde.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la plupart des médias lui sont à l’évidence favorables, au nom du "Tout-Sauf-Sarkozy", c'est à la réaction de ces concurrents mais aussi de la gauche "hollandaise" que le favori actuel des sondages doit prendre garde.

Que la correction politique me pardonne si j’évoque le temps où "nos ancêtres les Gaulois" régnaient encore dans nos écoles. Il y avait un autre tableau marquant dans la grande galerie nationale que dressait alors nos manuels d’histoire : la bataille de Poitiers en 1356 où le roi Jean le Bon fut capturé par les soldats de la perfide Albion après un combat héroïque où son dernier fils, Philippe, futur duc de Bourgogne, le mettait en garde contre les coups de l’ennemi : "Père gardez- vous à droite. Père gardez-vous à gauche".

Alain Juppé, fils glorieux de l’école républicaine, a dû certainement penser à cette phrase au terme d’une semaine de surexposition où les coups ne lui furent pas épargnés - même si la plupart des médias lui sont à l’évidence favorables, au nom du "Tout-Sauf-Sarkozy".

Aussi bien, est-ce davantage à la réaction de ces concurrents mais aussi de la gauche "hollandaise" que le favori actuel des sondages doit prendre garde.

Il veille visiblement au grain par rapport à Nicolas Sarkozy, vis à-vis duquel sa tactique rhétorique semble payer : réponse du tac au tac ; style verbal affirmé et énergique ; voire concurrence inattendue sur le registre du "parler brut" ("je les emmerde !"). Mais surtout, Alain Juppé a la grande intelligence de revendiquer précisément ce qu’on lui reproche ("l’identité heureuse", la "modération") et de parer les attaques en les reformulant positivement. Tout en prenant soin, primaires obligent, de rappeler qu’il est un "homme de droite", "un gaulliste", un "réformateur" résolu, etc…

Mais voilà : mis bout à bout, tous ses propos risquent de brouiller le message. Rassurer la droite SANS effrayer la gauche est un exercice d’équilibriste, qui se mesure à la fréquence de ces formulations ambiguës dans le discours même d’Alain Juppé : "faire ceci TOUT EN en faisant cela" ; "rendre les allocations chômage dégressives, SI le marché du travail se redresse".

"Rhétorique circulaire" qui n’est pas sans rappeler celle de… François Hollande. Tout comme le vœu pieux que "la croissance reviendra" qui rappelle un certain "ça va mieux" et qui peut susciter à droite une question dangereuse pour l’intéressé : que fera vraiment "Alain Juppé-Président" et fera-t-il même quelque chose ?

Mais, inversement, il est essentiel, pour la gauche hollandaise de parer au danger qui se profile d’un remplaçant aussi évident de l’actuel occupant de l’Elysée, avec la crédibilité personnelle et la stature présidentielle en plus. C’est bien pourquoi le parti socialiste engage déjà le fer avec l’ancien Premier ministre que Jean-Christophe a déclaré "friable en campagne", "arrière-grand-père de la politique", "frère siamois de Nicolas Sarkozy" et autres amabilités. Et de dénoncer le "libéralisme" (abomination de la désolation !) de son programme économique qui menace de destruction "notre-modèle-social-que le-monde-entier-nous-envie". Thème qui servira d’ailleurs contre tout candidat de droite et qui s’annonce comme le cœur nucléaire de la rhétorique de campagne à gauche. Autrement dit, si les mots ont un sens, une campagne ultra-conservatrice.

A moins qu’à ce jeu-là, Alain Juppé, par ses ambiguïtés mêmes, ne soit justement le vrai gagnant. Car ce conservatisme n’est-il pas finalement dominant, sinon dans la population, du moins parmi ceux qui votent effectivement, y compris à droite ? Combien de Français ne souhaitent-ils pas au fond d’eux-mêmes que "tout change pour que rien ne change" ? Notamment dans l’électorat senior, très "votant", qui craint de voir ses retraites et son assurance-santé disparaître en même temps que l’Etat-providence. Voilà qui pourrait bien expliquer l’avance persistante d’Alain Juppé dans les sondages pour les primaires comme pour les présidentielles.

Soyons clairs : il ne s’agit ici nullement de lui faire un procès d’intention en inertie. L’homme a prouvé en 1995 son allant réformateur et "le miracle bordelais" atteste de son énergie transformatrice. Mais, d’un point de vue tactique et rhétorique, l’enjeu est ailleurs : il a tout intérêt, à ce stade, à ne pas sortir de l’ambiguïté.

Il faut donc s’attendre à ce que ses challengers cherchent à l’en débusquer. Et à engranger, au passage, le bénéfice d’une réaction "cassante" de l’intéressé, qui a reconnu lui-même ce petit travers. Et qui, s’il est un bon débatteur, n’a pas le souffle d’un grand tribun.

Réponse le 13 octobre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 18:33
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont souvent des propagateurs de haine. 
Ils sont aussi souvent attirés par la complosphère. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique en politique…
Lafayette 68
- 12/10/2016 - 14:42
Vraie finale
MLP-Macron : renouvellement , jeunesse des 2 candidats avec une opposition claire ,des idéologies cohérentes : Europe des nations donc souveraineté retrouvée,patriotisme économique , laïcité ferme , combat contre l'islam salafiste et en face partisans de l'UE ouverte à tous vents et atlantiste ,favorable au multiculturalisme et au dumping social. Une belle finale sans les vieux de la vieille , qui transcende l'éternel et désuet combat D-G.
mjb75
- 11/10/2016 - 12:14
Qui vote pour Juppé?
Beaucoup de jeunes soutiennent Juppé, le côté vieil âge est rassurant!
Même si ceux-là votent peu et aussi pour MLP.
Mais non, nombre de personnes âgées soutiennent Bruno Le Maire ou encore F.Fillon .