En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Septième République
Un seul tour, pas 3 ! Ces élections à la britannique qui nous sauveraient des mille et un poisons des primaires
Publié le 02 octobre 2016
Les primaires transforment une élection à deux tours en élection à trois tours dont le premier détermine l'issue finale. Parfois, il n'est pas inenvisageable que tout cela devienne un peu compliqué.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les primaires transforment une élection à deux tours en élection à trois tours dont le premier détermine l'issue finale. Parfois, il n'est pas inenvisageable que tout cela devienne un peu compliqué.

Quand on y réfléchit deux minutes (OK, il y a des constitutionnalistes qui y réfléchissent depuis des siècles, ça donne peut-être un peu plus de valeur à leur réflexion qu'à la mienne, mais bon...), il y a quelque chose d'un peu absurde au système français d'une élection à deux tours.

 

L'idée générale, à la première étape, est de voter pour le candidat que l'on préfère pour de bon. Que l'on soit partisan de la dictature du prolétariat et de la collectivisation des moyens de production, par exemple, et l'on met un bulletin LO, NPA ou Front de gauche dans l'urne. Qu'on imagine, au contraire, qu'on se sentira plus à l'aise dans une France de petits commerçants blancs où la radio ne passe que de l'accordéon-musette et où on fait l'appel à l'église chaque dimanche matin, et on préférera le FN, Dupont-Aignan ou Christine Boutin.

 

Mais ces candidats-là n'ayant, en principe, il y a tout de même eu quelques tristes accidents dans l'histoire, aucune vraie chance d'entrer à l’Élysée, on se reporte généralement sur le candidat le moins éloigné de sa sensibilité au second tour. La grosse partie des amateurs de kolkhozes se replie donc sur la tête d'affiche PS du moment (Hollande, fort probablement), pendant que les fans du "pays réel" privilégient le type qui contrôle le mieux l'appareil LR (vraisemblablement Sarkozy). C'est ce qu'on appelle "voter utile".

 

Bien sûr, c'est un peu plus délicat pour ceux qui préféraient miser sur Cheminade, les deux grands partis n'ayant pas de position claire sur la question de la colonisation de la planète Mars, voire pour les blasés qui pensent que, de toute manière, le PS et LR ne sont jamais que les marionnettes jumelles du grand complot libéralo-mondialiste, mais il leur reste toujours le vote blanc ou la pêche à la ligne...

 

Bref, soit on s'abstient, soit on pousse le candidat que l'on déteste le moins vers la magistrature suprême et on s'en plaint pendant les cinq ans qui suivent (le passage au quinquennat étant d'ailleurs une bonne chose de ce point de vue, se plaindre pendant cinq ans étant moins problématique que de se plaindre pendant sept ans chez les électeurs qui font de l’eczéma somatique).

 

Avec cette mode des primaires, les choses se compliquent encore davantage. Désormais, on a même carrément un premier tour officieux d'avant le premier tour officiel dont le but est de désigner le candidat PS ou LR qui fera face à Marine Le Pen, sera mécaniquement élu, et fait donc pratiquement office de tour final anticipé (vous suivez ? Vous pouvez relire une seconde fois si ça n'est pas clair).

 

Du coup, des pro-kolkhoze qui se couperaient un bras plutôt que de voter Hollande dans des circonstances normales envisagent d'aller voter Juppé pour faire barrage à Sarkozy quand des pro-accordéon-musette étudient la possibilité de se pointer aux qualifications PS pour empêcher Hollande de s'offrir un renouvellement de bail.

 

Les Anglais, qui n'ont pas moins de problèmes que nous mais pas les mêmes, ont plus ou moins répondu à cette question en inventant le scrutin à tour unique et majorité relative : il y a une liste de candidats, les gens votent pour celui qu'ils préfèrent, et bing, le candidat qui remporte le plus de voix décroche le pompon même s'il est minoritaire. On ne peut pas faire plus simple. On ne calcule plus, on ne construit plus de stratégie complexe, mais on vote en conscience plutôt que pour le type qu'on déteste plus que le type qu'on déteste moins.

 

Ah, et cesse-t-on de faire la gueule pendant les cinq ans qui suivent ? Non, bien sûr, puisqu'on a perdu de toute manière.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 05/10/2016 - 17:23
Elections britanniques
Il s'agit en effet d'un scrutin majoritaire à un tour, mais assorti de la radiation automatique de la fonction publique pour tout fonctionnaire venant à être élu. Et les candidats de chaque parti sont choisis par des comités locaux: ils n'ont pas à disposer de forts soutiens financiers
vangog
- 02/10/2016 - 16:21
@pierre de robion Quelle préférence?
Sachant que nous allons vers un tiers-état-bis...Des combinaisons d'entre deux-tours destinées à éliminer un tiers des électeurs, et à générer deux tiers de mécontents, ou des combinaisons avant chaque vote de lois, destinées à sélectionner les lois approuvées par près des deux-tiers des Français, deux tiers changeant en fonction des lois? Dans le premier cas, ces lois sont celles approuvées par un seul tiers des Français et on voit que lorsqu'un seul tiers décide, non seulement il a tort contre le peuple, mais aussi il a tort face à l'histoire. Dans le second cas, chaque loi présentée par l'un des tiers-état aura l'aval du second tiers ( pourquoi pas des deux autres tiers)...ou pas! Une victoire pour la démocratie, non?
pierre de robion
- 02/10/2016 - 13:53
Un peu d'histoire!
Le scrutin majoritaire à 2 tours est né sous le III° de la peur du retour de la monarchie car les "républicains" majoritaires mais divisés n'étaient d'accord que TSM (tout sauf la monarchie", or les anti républicains étant moins désunis que le premiers, on voit le danger du scrutin à 1 tour, la règle jusque là!
Donc selon l'adage, "si au 1er tour on choisit, au 2d on élimine"!
La situation est la même aujourd'hui sauf que TSM est devenu TSFN!
Alors ce n'est pas demain que cesseront les magouilles fruits des combinazione de l'entre 2 tours!
Mais vu la mentalité politique française, je ne suis pas sûr que le scrutin à 1 tour serait la panacée:, car comme le disait Ubu, "ce qu'il faut c'est changer le peuple"! Vast programme là aussi!