En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 8 heures 46 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 18 heures 6 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 18 heures 48 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 9 heures 12 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 11 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 19 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Flippant

Coloc étudiante réservée aux noirs, université d'été interdite aux blancs : le racisme peut-il être légitime "contextuellement" ?

Publié le 23 août 2016
En Californie, on trouve des colocs « for blacks only » ; à Reims, on organise des universités d'été interdites aux blancs. C'est au nom de l'antiracisme.
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Californie, on trouve des colocs « for blacks only » ; à Reims, on organise des universités d'été interdites aux blancs. C'est au nom de l'antiracisme.

Trois étudiants noirs en coloc qui passent une annonce pour en recruter un quatrième et précisent qu'ils ne veulent surtout pas d'un blanc, c'est du racisme ? Le sens commun dit que oui. Le progressisme « gone mad » dit que ça se discute. Et qu'il est finalement assez légitime, pour des noirs, de préférer habiter avec d'autres noirs.

 

C'est en tout cas ce que je comprends du débat qui agite Claremont, un réseau de petites facs californiennes où les défenseurs (nombreux, de toutes les couleurs, tous viscéralement « antiracistes ») de ces colocataires très à cheval sur l'homogénéité pigmentaire de leur environnement immédiat expliquent qu'ils cherchent seulement à créer un « safe space » dans lequel ils se sentiraient à l'aise en rentrant des cours.

 

« Bullshit, leur répondent les deux ou trois voix du campus encore suffisamment universalistes pour se souvenir du sens du terme « discrimination ». Personne ne s'arrêterait cinq minutes pour réfléchir aux « bonnes raisons » qu'auraient trois étudiants blancs de refuser un coloc noir, ou trois étudiants hétéros d'envoyer balader un étudiant gay ».

 

« Mais non, vous n'y comprenez rien, s'énerve alors, un poil pédantesquement, Urena, l'émettrice de l'annonce : il ne peut s'agir ni de ségrégation, ni de racisme, des termes profondément ancrés dans un processus historique et systémique de violence à l'égard des gens de couleur dont les blancs n'ont jamais fait l'expérience ».

 

En d'autres termes, le principe fondamental du racisme, c'est à dire le refus de l'autre a priori, sur la base de sa seule couleur de peau, peut devenir acceptable contextuellement. Et l'idée qu'un étudiant blanc qui, justement, n'aurait pas de problème à partager un appart avec des étudiants noirs, se situerait par définition en dehors de ce fameux « processus historique et systémique » et, mieux, le combattrait carrément par son indifférence au taux de mélanine de ses « roommates » ne traverse même pas l'esprit de ces ségrégationnistes à bonne conscience.

 

Les « white supremacists » qui auraient publié une telle annonce auraient immédiatement été flanqués, à bon droit, à la porte de leur fac. Peut-être même de leur logement. En l'espèce, il y a débat. Ils ont peut-être raison, ils ont peut-être tort. C'est un affaire de point de vue.

 

Sans aucun doute, on a le droit de partager un appartement avec qui on veut. Un fêtard n'aurait sûrement pas envie de vivre avec un bonnet de nuit. Un type au régime avec un glouton qui remplirait les placards de biscuits. Recruter un coloc, ça se fait au feeling. Pas au préjugé essentialiste et xénophobe, croit-on savoir.

 

Mais peut-être sommes nous déjà entrés dans cette zone de turbulence orwellienne (« la guerre, c'est la paix », « la vérité, c'est le mensonge », « la liberté, c'est l'esclavage ») où la « discrimination positive » devient effectivement une vision positive de la discrimination. Où l'on organise, au nom de la lutte contre le racisme, et en France, pas en Californie lointaine, des universités d'été interdites aux blancs. Où des féministes qui s'étranglent devant les rayons filles-garçons des magasins de jouets légitiment l'invisibilisation patriarcale des femmes...

 

Le progressisme, comme pas mal de chose, c'était mieux avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 25/08/2016 - 11:50
Avant, le racisme était un
Avant, le racisme était un outil de développement à l'égard des races estimées dans un grand besoin d'évolution. Ceci faisait l'unanimité et cela a vraiment marché à en juger par les résultats obtenus. Aujourd'hui l'antiracisme, une complète abstraction, est un outil de dissolution, de fragmentation des sociétés humaines , d'une part par l'activation de ressentiment, d'autre part par l'enfermement des plus démunis dans un isolement stérile. Force est de constater que l'antiracisme calculé, non pas celui de la béatitude émotionnelle, a un but destructeur. Au service de qui et de quoi développe t'il tant d'énergie?
Ombelia
- 25/08/2016 - 10:39
Neo-racisme
Ce n'est que le debut de la soumission: bientot il y aura des plages reservees aux musulmans, des magasins tout-hallal, des pharmacies, que sais-je encore? Nous serons donc islamises dans 20 ans et peut-etre encore plus tot si on ne fait rien pour combattre
lafronde
- 25/08/2016 - 01:25
L'anti-racisme est une religion matérialiste et liberticide.
La Liberté comporte le droit de se réunir et de s'associer, sans nuire à autrui. Par conséquent il n'existe pas de "droit" pour un individu à rejoindre un groupe déjà constitué, ou de préjudice à n'y être pas admis, sans empiéter sur la liberté de ce groupe. La Liberté de chacun est bornée par celle d'autrui. Toutes les lois du "vivre ensemble" sont donc liberticide, contraire au Droit naturel, qui inclus le droit de discriminer, de choisir. Je reconnais qu'une discrimination est contrariante, et si elle est publique, vexante et préjudiciable à l'ordre public. Ces discriminations doivent rester discrètes, "artisanales" et non systématiques. Mais la Liberté est aussi mue par l'intérêt personnel, une discrimination comporte un rapport bénéfice/coût pas toujours favorable, ce qui laisse de la place au public discriminé pour contracter sur le libre marché. Relevons que l'Etat peut moralement difficilement discriminer, en raison de son monopole. Or sans discrimination, rompre avec un ayant droit d'un service public demande une procédure judiciaire. Voici sans doute la source des problèmes à l'école publique ou dans le logement social.