En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© relay
Revue de presse des hebdos
Sarkozy II : le Parlement, une perte de temps.... ; Montebourg : un de Gaulle en marinière ? ; Il y a 50 ans, Mao mourait ; être gay en Afrique de l'Est ; Hollande et l'histoire.
Publié le 18 août 2016
Le second mandat de Sarkozy serait sportif, le premier de Montebourg serait gaulliste. Mao, le tyran sanguinaire qui s'était fait oublier. Du Rwanda à l'Ouganda, la scène gay tente d'exister. Quand François Hollande gamberge sur sa postérité.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le second mandat de Sarkozy serait sportif, le premier de Montebourg serait gaulliste. Mao, le tyran sanguinaire qui s'était fait oublier. Du Rwanda à l'Ouganda, la scène gay tente d'exister. Quand François Hollande gamberge sur sa postérité.

On avait un peu perdu l'habitude des unes de news magazines avec du Sarko pleine page. Lui, on imagine, aimerait bien qu'on s'y réaccoutume. Et si L'Express lui accorde sa couverture de mi-août, ce n'est pas parce qu'il ne se passe rien d'intéressant, mais surtout parce que l'ancien président vient de sortir un bouquin (« La France pour la vie », Plon) dans lequel il explique que, s'il revient, il va littéralement casser la baraque.

« Si les Français choisissent Sarkozy II, prévient Christophe Barbier qui a dû lire le livre sur la plage, qu'ils le sachent, ils auront Sarkozy au carré. Réélu, il lancera encore plus de réformes, encore plus vite qu'il ne le fît lors des chamboulements désordonnés du printemps 2007 ». Le boss des Républicains promet même « une gestion du temps très personnelle et l'emploi du référendum sur les sujets, telle l'immigration, trop urgents pour qu'on les laisse s'enliser au Parlement, ou trop sensibles aux blocages politico-médiatiques ».

On est prévenu : un second mandat Sarkozy n'aura rien d'un second mandat Mitterrand ou d'un second mandat Chirac. Il y aura du sport.

Barbier le pense, mais il n'est pas le seul, « le fiasco général du quinquennat Hollande lui facilite la tâche ». Reste à savoir si la tempête sécuritaire qu'il envisage et le cap sur l'identité qu'il désigne dans son bréviaire est ce qu'attendent les Français en premier lieu, qui aimeraient peut-être que la droite ait une vague notion de ce qui peut être fait pour leur redonner du boulot et de la croissance avant de partir à la chasse aux électeurs du FN. L'Express s'amuse d'ailleurs de ce que pourrait être un gouvernement d'ouverture dans un contexte pareil : « Eric Zemmour secrétaire d’État à l'Identité ? Gilles-William Goldnadel ministre délégué à la réforme pénitentiaire ? Robert Ménard aux Collectivités locales ? ».

Oui, effectivement, s'il est réélu, il y aura du sport. Mais sans doute pas de celui qui rapporte des médailles... Enfin, on verra.

Montebourg en embuscade

Mais L'Express est un hebdo pluraliste, qui partage ses pages entre droite et gauche comme la pendule du CSA pendant un débat télévisé. En embuscade derrière le dossier Sarko, une enquête sur un autre revenant possible : Arnaud Montebourg. Lui aussi, il se rêve en président sportif, même son tropisme gauche de la gauche à l'intérieur de la gauche du centre, est un créneau encombré. Entre Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche et maintenant Benoît Hamon, il lui faudra plus qu'une marinière pour se distinguer.

Qu'à cela ne tienne, indique-t-il au magazine : « Je suis comme un sportif qui a fait des pompes toute sa vie (…). Les automatismes reviennent ». « A 53 ans, la silhouette légèrement plus arrondie, la chevelure plus grisonnante, il montera seul, ce 21 août, sur le ring de Frangy-en-Bresse, comme un boxeur après une blessure : il n'a invité aucun autre orateur cette année à sa Fête de la rose ».

Lui, son truc, croit savoir L'Express, sera plutôt le souverainisme (« restructurer l'Europe, imposer un rapport de force avec l'Allemagne, sortir de l'alignement avec les États-Unis »). Il paraît qu'il se prend un peu pour Chevènement, son mentor, et parfois carrément pour de Gaulle « qu'il cite à l'envi ».

Du côté de l’Élysée, on ne semble pas trop le craindre pour autant : « Le fait qu'il ait accéléré son rendez-vous de Frangy prouve qu'il cherche à retrouver de l'oxygène car sa campagne ne prend pas », raille-t-on chez les conseillers de François Hollande.

Mao, l'affreux qui rendait indulgent

Si L'Express fait dans le leader potentiel, il reste clairement ancré dans le champ de la démocratie. Ce n'est pas le cas de L'Obs de la semaine, qui préfère s'intéresser à Mao et qu'il qualifie d'ailleurs, assez pertinemment, de « plus grand criminel de l'histoire ». A la lecture de ce dossier, on se dit que l'idée était bonne. Et que les jeunes générations, qui ont sans doute, du moins on l'espère, entendu parler d'Hitler, voire de Staline, ne savent peut-être pas grand chose du « Grand timonier » et des ses 50 millions de mort.

Disparu il y a déjà quarante ans, Mao continuerait, estime d'ailleurs l'historien Frank Dikötter, de jouir d'une aura vaguement favorable dans certains cercles. C'est que, pour toute sa cruauté, le maoïsme a une histoire politique française : « Au début des années 60, le communisme à la mode soviétique, assommé par les révélations du rapport Khrouchtchev (1956), représenté par des partis d'apparatchiks gris comme la pluie, ne fait plus guère rêver ceux qui se sentent l'âme révolutionnaire ». On les comprend. Mais, du coup, c'est l'homme de la Grande marche qui prend le relais dans une jeunesse française en quête d’icônes : « Mao vient de rompre à grand fracas avec l'URSS (...), n'est-ce pas la preuve qu'il va réussir à sortir de l'impasse stalinienne et trouver, enfin, la voie qui conduit au socialisme ? ».

En tout état de cause, les Jean-Luc Godard, les Philippe Sollers, les Simone de Beauvoir, les Jean-Paul Sartre ou les Bernard Clavel vont y croire, en même temps qu'une tripotée de féministes du MLF et d'étudiants portant la fameuse « gauche prolétarienne » sur les fonts baptismaux. Comme avec l'aventure stalinienne, les témoignages des horreurs finiront par se propager et ramener la plupart des fans de Mao à la raison. Mais pas au point, pour certains, de renier leurs amours inconséquentes de l'auteur du « Petit Livre Rouge », un catalogue de pensées édifiantes encore trouvable chez les bouquinistes.

Mais bon, cinquante millions de morts tout de même, le bonhomme...

Amours interdites

L'Obs livre également, dans ce numéro, un reportage sur l'homosexualité en Afrique de l'Est du photographe Frédéric Noy, qui présente son travail jusqu’au 11 septembre au festival Visa pour l'image de Perpignan. « Sur le continent africain, explique l'hebdo, 33 pays sur 50 condamnent  l'homosexualité (…) mais, au Burundi, au Rwanda ou en Ouganda, dont les législations diffèrent radicalement les unes des autres, Noy a suivi celles et ceux qui, stigmatisés, tentent d'exister ».

Passant d'une salle de tribunal où un homme est jugé pour « acte homosexuel » aux préparatifs d'un concours de « Monsieur et mademoiselle Fierté » à Kampala, de la tombe d'un militant de la cause LGBT mort du sida à un musulman pieux bien que gay priant dans sa maison (« Si Dieu doit me punir, il me punira, mais je sais qu'il m'a créé ainsi »), l'artiste lève un coin du voile sur les conditions de vie d'une communauté en danger permanent.

Hollande : « Mais que dira-t-on de moi plus tard ? »

Il semblerait, apprend-on dans Le Point, qui publie des extraits d'un livre explorant les méandres de ce qui se passe dans le cerveau de François Hollande lorsqu'il se préoccupe de sa postérité (« Conversations privées avec le président », Antonin André et Karim Rissouli, Albin Michel).

« Ce qui est terrible, estime le chef de l’État, c'est de faire un mandat présidentiel dont il ne reste rien. Sauf une bonne image dans le meilleur des cas. Se dire : j'étais là, j'ai occupé la fonction. Mais qu'est-ce que l'histoire retiendra ? ». « Moi, j'ai réglé cette question, se répond-il cependant : le Mali, la réponse aux attentats de janvier, le mariage pour tous, la loi Macron... Une fois qu'on a réglé cette question, on peut tout faire pour poursuivre mais, en même temps, ce n'est pas un drame si ça s'arrête. Le drame, c'est quand vous laissez la place et que vos traces sur le sable s'effacent d'elles mêmes ».

On ne veut certes pas accabler un homme dont les responsabilités sont objectivement importantes, mais sa conviction d'avoir d'ores et déjà marqué l'histoire surprend un poil. Sur la question du chômage, en tout cas, il a l'air moins convaincu de mériter sa statue et son avenue : « L'erreur, c'est d'avoir fixé l'échéance (de l'inversion de la courbe, NDLR) avant la fin de l'année (…). J'ai eu tort, je n'ai pas eu de bol ! En même temps, j'aurais pu gagner ».

Effectivement, on est d'accord, il aurait pu. Même Mao s'est peut-être dit la même chose...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 22/08/2016 - 01:00
"j'ai pas eu de bol" ça FH !
(et les chômeurs supplémentaires : ils en ont eu encore moins : eux )
C'est fou ! ET on a bien compris que eux c'est eux et que lui c'est lui .
Monkeyman
- 18/08/2016 - 21:10
En décembre, il se glorifiera en graçiant Me Sauvage ! ! ! Amen
Si en décembre M. Hollande ne synchronisait pas l'annonce de sa candidature et sa grâce présidentielle, ne signerait-il pas SA PERTE ? !
Amen !
Pierre Payen (Dunkerque)
clint
- 18/08/2016 - 16:08
D'ailleurs au FN quand le "vieux" revient on lui crache dessus !
Au moins c'est franc, pas de sentiments !