En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Politico Scanner vote FN Marine Le Pen extrêmes
Politico scanner
Comment la mondialisation a conduit à la radicalisation du vote des électeurs au sein des sociétés occidentales (tout en affaiblissant les modérés)
Publié le 03 août 2016
Des travaux menés par des économistes du MIT soulignent le lien qui existe entre radicalisation politique et mondialisation. La désindustrialisation et les différents chocs induits par l'économie globalisée impactent les votes américains. Un constat qui peut également se dresser, toutes mesures gardées, sur le sol français.
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des travaux menés par des économistes du MIT soulignent le lien qui existe entre radicalisation politique et mondialisation. La désindustrialisation et les différents chocs induits par l'économie globalisée impactent les votes américains. Un constat qui peut également se dresser, toutes mesures gardées, sur le sol français.

Atlantico : Selon une étude (voir ici) menée par David Autor, économiste américain du MIT, et plusieurs de ses confrères, la mondialisation joue un rôle important sur le vote extrême aux Etats-Unis. Dans un article pour le New-York Times, il explique que les chocs liés à la mondialisation poussent les minorités vers l'extrême-gauche tandis que l'électorat "blanc" se tournerait vers une droite de plus en plus conservatrice, provoquant in fine une érosion des partis modérés. Dans quelle mesure peut-on dresser un tel constat en France ?

Jean-Daniel Lévy : Commençons par un élément de base : nous n'avons pas, en France, un regard ethnique des comportements électoraux. Notre rapport à ces comportements est davantage social. Ce que l'on constate sur ces questions, c'est que d'une manière générale, l'extrême droite profite autrement plus des effets retors de la mondialisation que l'extrême gauche en France, actuellement. La période que nous vivons voit la difficulté des "insoumis" à se structurer en un mouvement politique comme ce fut notamment le cas en Espagne où en Grèce. Les catégories populaires, les jeunes et une majorité des gens qui se retrouvent aujourd'hui sans perspective d'avenir se tournent vers l'extrême-droite. C'est, bien sûr, une des conséquences de la mondialisation mais cela résulte également du sentiment que nos politiques ont de moins en moins de prise sur le cours des choses. A cela s'ajoute la perception d'une perte de nos identités, de ce qui fait la spécifité d'être français aujourd'hui. Tous ces éléments se conjuguent et favorisent un vote Front National. Parmi tous ces aspects, la mondialisation joue un rôle important sur les comportements électoraux.

Jean-Luc Mélenchon, plus que l'extrême-gauche à proprement parler, profite légèrement de cette situation : il accueille le vote de catégories diplômées qui estiment que la mondialisation (ainsi que la construction européenne) remettent en cause notre modèle social.

Très clairement, la mondialisation souffre d'une mauvaise image auprès des Français, qui la perçoivent comme la perte de nos valeurs, la perte de notre pouvoir politique. Bien évidemment, des éléments de consommation personnelle sont issus de la mondialisation et bouleversent les comportements. Cette situation se traduit par une dissonance nette : d'une part, un regard critique des Français à l'égard du processus de mondialisation et d'autre part, des pratiques qui en découlent, en témoigne la place de la France (première !) en taux de McDonald's par habitant. Le fait est que ce processus n'est pas vécu positivement : persiste le sentiment de subir la mondialisation, amplifié par le fait qu'à l'international, la France n'a plus l'air de disposer de l'ensemble des moyens et de toute la force qu'elle avait par le passé. Il est difficile de quantifier objectivement l'impact de la mondialisation en matière de radicalisation de l'électorat, mais il est évident que l'approche française est très critique à l'égard de ce qui vient de l'extérieur. Les débats sur le Traité constitutionnel européen l'ont très bien illustré. Au point d'amener la gauche comme l'extrême-droite à critiquer très vertement l'initiative. Les électeurs se sentent menacés par la mondialisation ; c'est vrai. Ce vote radical, cependant, n'est pas uniquement radical : c'est aussi l'occasion de rappeler ce que signifie "être Français". Du moins selon leur réinterprétation, qui est celle d'une France puissante du temps des 30 glorieuses, qui avait voix au chapitre à l'international, etc.

Il y a, comme aux Etats-Unis, une baisse globale de l'ensemble des partis gouvernementaux. Ce n'est pas valable qu'en France : le phénomène est européen et les différentes élections (Serbie, Autriche, etc) le prouvent. Tous les éléments mis bout à bout ; mondialisation, absence de perspective d'avenir, de contrôle des politiques sur ces politiques, perte de nos identités, etc. ont un réel impact. Ils ne permettent pas de se projeter dans l'avenir d'une façon positive. Ils appellent, par conséquent, à une reconstruction du paysage politique, qui se traduit par le vote extrême. La mondialisation donne le sentiment que les responsables politiques n'ont plus prise sur les choses. C'est l'une des causes concrète de la radicalisation politique. Ce mouvement n'est pas uniquement français. La percée de l'extrême-droite participe d'une dynamique plus large. Quant aux difficultés de l'extrême-gauche, elles s'expliquent par d'autres éléments plus conjoncturels : l'Espagne, par exemple, faisait face à des problèmes économiques majeurs. Le chômage des jeunes y étaient bien plus important qu'en France. A noter aussi que l'Etat espagnol est bien moins centralisateur, puisqu'il s'agit d'une configuration fédérale. Enfin, ils sont moins enclin à se tourner vers l'extrême-droite, eu égard à la période Franco qui laisse encore des souvenirs vivaces.

En un sens, toutefois, le vote radical en France est plus profond qu'aux Etats-Unis. C'est là le fait que la puissance américaine est moins remise en cause que celle de la France, qui subit un déclassement. Cette dimension-là est moins présente outre-Atlantique.

Selon cette même étude, si la mondialisation avait été d'une moindre intensité, cela aurait eu de lourdes conséquences électorales (+16 points pour les démocrates modérés et +6 pour les républicains modérés, contre -18 pour les républicains conservateurs). Quels sont, en France, les parallèles qu'il est possible d'établir avec ce phénomène constaté aux Etats-Unis, notamment concernant les foyers de désindustrialisation, comme la Moselle ?

Indéniablement, les zones de désindustrialisation participent fortement à la montée du Front National. C'est aussi le cas des zones en perte de petits commerces. C'est un phénomène que l'on constate dans le bassin minier, dans le sud de la France… Le parcours de l'ancienne nationale 7 montre bien l'évolution considérable du FN dans ces régions. La mondialisation, la désindustrialisation, la perte du tissu local, du commerce de proximité sont autant d'éléments qu'on retrouve dans le processus de radicalisation politique. Perte d'emplois et de repères, sans qu'on puisse les reconstruire ensuite, sont également à mettre en cause… La redistribution des biens acquis grâce à la mondialisation n'est pas forcément équitable et provoque potentiellement ce genre de situation. 

L'ensemble de ces territoires sont sinistrés, n'offrent plus aucune perspective. D'embauche, certes, mais aussi d'avenir, d'attractivité. Plus la désindustrialisation est forte, plus le vote extrême est majoritaire. Prenez l'exemple du bassin minier, où le tissu industriel s'est envolé, où les industries de sidérurgie sont fermées… et où le vote FN est plus que considérable. C'est un mécanisme avéré. Et pour cause : personne, mis à part le Front National, ne prétend à un avenir pour ces industries, pour les ouvriers. Tous ces éléments, conjugué au repositionnement social du parti frontiste, contribuent clairement au vote en sa faveur. Le terreau est là. La situation est comparable aux Etats-Unis. Le discours de Donald Trump s'y adapte, puisqu'il utilise régulièrement le terme "again", "encore" que l'on pourrait traduire par "revenir". La volonté de revenir, de rendre une certaine forme de fierté. De redonner à l'Amérique des raisons d'être contente d'elle. Le Front National surfe sur les mêmes thématiques : il convient de rendre à la France ses lettres de noblesse, en réinstaurant localement les commerces et les emplois disparus, mais aussi une mairie forte. 

Quelles sont les zones les plus touchées par ce phénomène, où il serait possible de mettre en évidence une corrélation entre la mondialisation et le vote des électeurs ?

Sans avoir à dresser une liste exhaustive des régions et des localités le plus au cœur de ce phénomène, il est possible de dire qu'on y retrouve toutes les zones dont les catégories populaires ont le sentiment d'avoir perdu la maîtrise de leur avenir. Cela correspond, par exemple, aux régions les plus peuplées en PME et TPE exerçant dans la sous-traitance, les régions où les activités offrent peu de possibilité de renouvellement ; peu d'attrait, un commerce qui périclite… En bref, les régions qui souffrent du déclassement sans trouver de solutions, de perspectives au risque de me répéter. Concrètement et grossièrement, on pourrait dire que cela touche essentiellement le Nord-Est de la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/08/2016 - 13:26
Démocratie
Cela s'appelle tout simplement la ''Démocratie''. La grande réussite du système politico-médiatique a été de faire croire à une majorité de la population qu'il y avait une quelconque différence entre ceux que l'on appelle en France PS et Ripoublicains, et qui existent sous d'autres noms dans les autres pays. Leur échec est désormais devenu une évidence aveuglante. On trouve encore sur Atlantico quelques demeurés ou attardés qui n'ont toujours pas compris, mais je ne recule devant aucun effort pour leur expliquer...