En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 4 heures 7 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 5 heures 34 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 15 heures 40 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 4 heures 51 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 11 heures 53 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 14 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 14 heures 40 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 15 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Géopolitico-scanner

La Turquie et son "cauchemar arménien", le négationnisme aux antipodes des valeurs européennes

Publié le 13 juin 2016
Cette politique négationniste passe depuis des décennies par la promotion, en Turquie, dans les écoles, comme à l'étranger, à travers la diplomatie, d'une vision complotiste et révisionniste de l'histoire qui consiste à criminaliser, menacer, et intimider tous ceux qui osent reconnaître ce génocide.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette politique négationniste passe depuis des décennies par la promotion, en Turquie, dans les écoles, comme à l'étranger, à travers la diplomatie, d'une vision complotiste et révisionniste de l'histoire qui consiste à criminaliser, menacer, et intimider tous ceux qui osent reconnaître ce génocide.

En réaction à la reconnaissance du génocide arménien, le 2 juin dernier, par le Bundestag allemand, le gouvernement turc a immédiatement rappelé son ambassadeur à Berlin en signe de protestation et a réagi, comme de coutume, de façon fort agressive et disproportionnée en vertu d'une politique résolument négationniste consistant à nier toute forme de génocide des Arméniens. Cette politique négationniste passe depuis des décennies par la promotion, en Turquie, dans les écoles, comme à l'étranger, à travers la diplomatie, d'une vision complotiste et révisionniste de l'histoire qui consiste à criminaliser, menacer, et intimider tous ceux qui osent reconnaître ce génocide. Bien qu'étant candidate à l'entrée dans l'Union européenne, dont la vocation même est la capacité à se remettre en cause et à condamner toute idéologie génocidaire et totalitaire, la Turquie « néo-ottomane », fière et sûre d'elle-même, continue de suivre sa ligne politique de négation pure et simple du génocide des Arméniens et des Assyro-chaldéens de Turquie et ne compte à cet effet ménager personne, pas même son allié allemand. Rappelons que le 4 mars 2010, déjà, lorsque la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine avait adopté une résolution reconnaissant le génocide arménien, Ankara avait interpelé fort violemment son grand allié américain puis rappelé son ambassadeur et que peu après, ce fut au tour du Parlement suédois d'être menacé par la diplomatie national-islamiste d'Ankara. Il est vrai que depuis la résolution de 1987 du Parlement européen et l’adoption par la France, en 2000, d’une première loi reconnaissant ce génocide, nombre de pays ont engagé un processus de reconnaissance du génocide des Arméniens, notamment la Pologne, le Canada, la Suisse. 

Un génocide « fondateur » qui inspira Hitler lui-même

Rappelons que le génocide des Arméniens et des Assyro-chaldéens de la Turquie ottomane, en fait des Chrétiens anatoliens, orchestré par le gouvernement ottoman dit des « Jeunes-Turcs » (ultra-nationalistes racistes et « panturquistes) entre 1915 et 1917, inspira Hitler lui-même pour perpétrer celui de 6 millions de Juifs, d'où la très grande sensibilité des progressistes allemands concernant cette question, souvent mise en parallèle avec la Shoah et le IIIème Reich. Rappelons aussi que les historiens, les Nations unies et un tribunal international constitué à la fin de la Première Guerre mondiale l’ont reconnu, ont condamné depuis longtemps les coupables et évalué le bilan à 1,5 million de victimes. 

Porté par l'opinion publique et un fort sentiment allemand de nécessité de lutter contre le négationnisme, les députés germaniques ont donc adopté à la quasi unanimité cette résolution historique qui portait officiellement sur la « commémoration du génocide des Arméniens et autres minorités chrétiennes dans les années 1915-1916 ». Soulignons à ce propos le caractère particulièrement juste de la formulation, car trop souvent, ceux qui parlement du génocide arménien oublient que ce furent les minorités chrétiennes dans leur ensemble, dont les assyro-chaldéens et même des Grecs, qui furent massacrées parce que chrétiennes, et non les seuls Arméniens qui formaient la plus forte mais pas la seule minorité chrétienne autochtone de Turquie, dont la présence est d'ailleurs bien antérieure à celle des Turcs.  

Cassus belli

Pour de nombreux analystes cette brouille - entre les autorités turques qui pratiquent depuis toujours un révisionnisme offensif - et le gouvernement allemand, qui a vraisemblablement tenté de compenser la capitulation récente (20 mars 2016) de Merkel devant Erdogan à propos des réfugiés syriens par une opportune décision de reconnaître le génocide, risque de compliquer voire de compromettre l'entente Berlin-Ankara et donc l'accord controversé sur les réfugiés entre l'Union européenne et la Turquie. Cet accord a certes permis de réduire l'afflux de migrants illégaux vers l'union européenne mais il a surtout servi de monnaie de chantage pour le président turc Erdogan qui a pu ainsi obtenir une rallonge financière, une promesse de libéralisation des visas pour les citoyens turcs dans la zone Schengen et surtout une relance du processus d'adhésion de la Turquie à l'Union. Ceci alors même que ce pays ne cesse de s'enfoncer dans la guerre civile (avec les Kurdes) et l'autoritarisme et qu'il viole le droit européen et occupe 37 % du Nord de Chypre. 

Consciente de la susceptibilité nationaliste et islamiste du gouvernement de Recep Taiyyp Erdogan et des Turcs en général, Angela Merkel a pourtant tout fait pour ne pas viser la République turque ou les autorités actuelles, prenant même le soin de ne pas se rendre personnellement au vote. D'une manière générale, la Chancelière allemande a tout fait depuis des mois pour complaire au néo-Sultan Erdogan, lui accordant maintes concessions, notamment sur la question des réfugiés. 

Comme à chaque fois qu'un pays occidental s'apprête à reconnaître le génocide arménien et assyro-chaldéen, les autorités turques n'ont cessé d'exercer des pressions et de menacer de représailles. Ainsi, juste après le vote, Ankara a qualifié l’adoption du texte d’« erreur historique » de l’Allemagne, la résolution étant jugée « nulle et non avenue ». Dans la presse turque, l'Europe et l'Allemagne ont été fustigées comme « anti-turques », « islamophobes », puis « manipulées par les lobbies arméniens anti-turcs », ceci dans le cadre d'une stratégie contre-offensive et alors même que la résolution reconnaissant le génocide a été rédigée par le député allemand d'origine turque Cem Özdemir, coprésident du groupe écologiste au Bundestag. La Résolution a d'ailleurs été portée par le groupe politique le plus hostile au racisme et au nationalisme : les Verts, appuyés en cela par l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et le SPD (gauche). A la différence de la Turquie, qui refuse de reconnaître la responsabilité de l'empire ottoman alors même qu'il s'agissait d'un autre régime et que la République turque n'est pas « souillée » par cela, le Bundestag allemand n'a pas hésité par ailleurs à souligner « le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l’Empire ottoman (…) n’a rien entrepris pour arrêter ce crime contre l’humanité ». De son côté, la petite Arménie, effrayée par l'alliance entre la Turquie et l'Azerbaidjan - qui prépare en ce moment une guerre de reconquête du Haut Kabargh arménien, a salué « un apport appréciable de l’Allemagne à la reconnaissance et à la condamnation internationale du génocide arménien ». 

Etrangement, alors même que l’Empire ottoman déclinant reconnut les faits dans les années 1920, juste avant la constitution de la République Turquie par Atätürk, la Turquie moderne les a toujours niés. Et l’actuel gouvernement turc « néo-ottoman » de Recep Taiyyp Erdogan, candidat à l’Union européenne, continue de combattre sévèrement, tant en Turquie (par des lois) qu’à l’étranger (chantage économique, pressions diplomatiques, intimidations et attaques physiques à l'encontre des minorités arméniennes, etc), tous ceux qui reconnaissent le génocide. 

Si la Turquie refuse obstinément l’évidence, c’est non seulement en vertu d’un orgueil nationaliste d’un autre âge et de son arsenal législatif, mais aussi pour des raisons géopolitiques : les vraies frontières de l’Arménie, telles que promises par le traité de Sèvres de 1920 (jamais appliqué), devraient inclure aujourd'hui une partie de l’actuelle Turquie de l’Est, berceau des Arméniens (mont Ararat) d’où ils ont été chassés, quand ils n’y ont pas été exterminés par les Turcs et les Kurdes (qui revendiquent un Etat sur le même territoire). Par ailleurs, le fait de reconnaître le génocide des Arméniens risquerait de rendre encore plus illégitime et scandaleux le soutien total exprimé par la Turquie et Erdogan lui-même ces jours-ci envers son allié azéri qui a récemment lancé une offensive militaire « test » contre l'Arménie en vue de prendre sa revanche après la défaite des années 1990 et la perte du Haut-Karabagh que les Aéris veulent reprendre bien qu'étant majoritairement arménienne. 

Conditions préalables irréalisables

Pour les Turcs nationalistes ou « néo-ottomans » islamo-nationalistes comme Erdogan et l'AKP au pouvoir, reconnaître le génocide arménien, comme le font de rares intellectuels turcs persécutés tel Cengiz Aktar, impliquerait des dédommagements et des revendications territoriales arméniennes, puis kurdes (effet domino) et une attitude moins offensive envers l'Arménie. D’où le fait qu’Ankara a refusé depuis longtemps de ratifier les accords turco-arméniens. La Turquie pose en effet des conditions préalables irréalisables : silence sur le génocide et concessions sur le Haut-Karabakh (région peuplée d’Arméniens cédée par Staline aux Azéris et reconquise dans les années 1990 par les Arméniens, puis revendiquée par l’Azerbaïdjan, allié turcophone d’Ankara).

Il est clair que de tels comportements (dont l’occupation-colonisation du nord de Chypre ou la violation des frontières de la Grèce par l’armée turque alors qu’Ankara revendique les îles de la mer Egée) s’opposent aux valeurs démocratiques de l’Europe. Plutôt que d’accuser les Européens de refuser par « racisme anti-turc » de mener à bien le processus l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, les dirigeants turcs devraient être plus conséquents : s’ils refusent les règles du jeu européen, les valeurs européennes, et si l’UE ne leur convient pas, c 'est leur droit, mais ils ne doivent alors ne pas s'offusquer s'ils ne parviennent à intégrer un club dont ils violent les règles ou ne partagent pas les coutumes. On ne peut raisonnablement réclamer « le beurre et l’argent du beurre ». Certes, nous pouvons comprendre que les pouvoir turcs nationalistes ou islamistes successifs refusent de juger leur passé avec les yeux du présent par peur de finir comme les Européens culpabilisés et repentants. Mais dans ce cas, qu'ils en tirent les conclusions : l'Union européenne n'est pas faite pour eux. 

(*) Le Dilemme turc, ou les vrais enjeux de la candidature d’Ankara, d’Alexandre Del Valle, éd. Les Syrtes, 2006.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 04/06/2016 - 18:48
Excellent article comme toujours ! Une excellente synthèse à la fois accessible et érudite. On regrette que nos dirigeants aient tout faux dans ses rapports avec ce pays car ils n'ignorent rien de ce qui est écrit dans cet article bien sûr. Plus utile que de reconnaitre le génocide arménien (c'est fait et bien fait depuis longtemps) serait de faire comprendre à ce sultan-dingo qu'il a plus besoin de l'Europe que le contraire et de l'envoyer se faire foutre sans autre forme ! Difficile de comprendre la soumission de la chancelière ? Des remugles d'éducation religieuse ? Diplomatie du tiroir-caisse ? Pression de la communauté et des lobbies turcs allemands ? Ou contaminée par le salopard de l’Élysée et ses "repentances rose" chroniques ? Elle seule le sait. Cette personne de grande intelligence et de bon sens pour qui j'avais de l'estime m'a beaucoup déçu ! Bon je n'ai pas à lui plaire !
jurgio
- 04/06/2016 - 12:23
C'est contre l'Empire ottoman
qu'au cours des siècles s'est unie et construite l'Europe
lasenorita
- 04/06/2016 - 11:41
Erdogan le führer turc.
Les Turcs sont des nazislamistes, Erdogan le sultan est un islamo-facho...Les islamistes se servent ''des Droits de l'Homme'' pour imposer l'islam et ses règles en Europe...Un musulman (des Frères musulmans) a dit: ''Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons.''..Erdogan a dit: ''Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats''...Europe et islamisme ne font pas bon ménage!...Nos politicards collabos et islamophiles ferment les yeux sur les purges politico-judiciaires du régime nazislamiste d'Erdogan...Les gauchiasses devraient manifester devant les ambassades turques...parce que les Turcs massacrent les Kurdes, etc...etc...