En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 5 heures 11 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 25 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 58 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 47 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 7 heures 5 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 23 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 14 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Géopolitico-scanner

La nouvelle étape stratégique sur le chemin de la dérive autoritaire et "néo-ottomane" d'Erdogan

Publié le 20 mai 2016
Le 19 mai dernier, une nouvelle étape dans la stratégie "national-islamiste" et semi-dictatoriale du président-sultan Erdogan et de son parti de la Justice et du Développement (AKP) a été franchie avec succès. Comme cela avait été annoncé il y a plusieurs semaines déjà, l'ex-conseiller, ex-Ministre des Affaires étrangères et Premier Ministre Ahmet Davutoglu, artisan de la doctrine "néo-ottomane" de la Turquie post-kémaliste, a été remplacé par Binali Yildirim, fidèle en chef de Recep Tayyip Erdogan, comme nouveau Premier ministre. Yildirim est devenu de ce fait automatiquement le nouveau leader officiel de l'AKP et est chargé de former un nouveau gouvernement ayant vocation à renforcer un peu plus le pouvoir personnel d'Erdogan.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 19 mai dernier, une nouvelle étape dans la stratégie "national-islamiste" et semi-dictatoriale du président-sultan Erdogan et de son parti de la Justice et du Développement (AKP) a été franchie avec succès. Comme cela avait été annoncé il y a plusieurs semaines déjà, l'ex-conseiller, ex-Ministre des Affaires étrangères et Premier Ministre Ahmet Davutoglu, artisan de la doctrine "néo-ottomane" de la Turquie post-kémaliste, a été remplacé par Binali Yildirim, fidèle en chef de Recep Tayyip Erdogan, comme nouveau Premier ministre. Yildirim est devenu de ce fait automatiquement le nouveau leader officiel de l'AKP et est chargé de former un nouveau gouvernement ayant vocation à renforcer un peu plus le pouvoir personnel d'Erdogan.

Il s'agit là d'un événement majeur dans la cadre de l'évolution autoritaire de la Turquie, car les deux hommes, Erdogan et Davutoglu, n'étaient pas des concurrents ou des ennemis idéologiques, ce qui explique d'ailleurs pourquoi le Premier ministre sortant a accepté sa défaite sans combattre, ce qu'a laissé entendre sa déclaration récitée d'une voix tremblante : "La fin prématurée de mon mandat n'est pas mon choix, mais le résultat de la nécessité"... En réalité, Davutoglu était identifié comme un empêcheur de tourner en rond, un obstacle à la dérive sutanesque d'Erdogan, tout en étant jugé par son "chef" bien trop consensuel sur de nombreux points, notamment dans les relations avec l'Union européenne et sur la question des migrants. Par ailleurs, la fameuse doctrine du "zéro ennemis" de Davutoglu, et son plus grand attachement à la démocratie formelle, à l'instar de son prédécesseur Abdullah Gül, commençaient à indisposer Erdogan qui ne cache même plus son ambition de devenir un nouveau Sultan aux pouvoirs quasi illimités, un anti-Atätürk, et qui n'a pas hésité à faire renaître la guerre civile avec les Kurdes honnis puis à jouer avec les terroristes islamistes et à réprimer aveuglément l'opposition pour assoir son pouvoir de plus en plus unique dans un style à la fois ultra-populiste et démagogique. Devenu Premier ministre en Août 2014 à la suite d'Erdogan - lui-même élu président de la République - Davutoglu avait enfin réalisé que le Néo-Sultan décide seul qui doit être le Premier ministre et le chef de l'AKP, alors même que ni le statut du parti AKP - dans lequel le président n'a plus aucun rôle - ni surtout la Constitution, ne confèrent légalement au Président de la République pareilles prérogatives ultra-présidentialistes. Ceci explique l'obsession d'Erdogan de changer la Constitution et d'attribuer au président, jadis doté d'un pouvoir très restreint, un rôle sans partage. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre la nomination unilatérale de Yildrim comme nouveau Premier Ministre "yes-Man" et fidèle à cent pour cent.

Dans son discours de démission, Davutoglu a bien rappelé dit qu'il avait essayé de renforcer le principe d'un "président fort et d'un premier ministre fort", principe d'équilibre qui contredisait les projets d'Erdogan visant à transférer tous les pouvoirs exécutifs au seul président. Aussi les rumeurs de palais prédisent-elles depuis quelques jours que l'étape suivante, après la nomination d'un nouveau Premier ministre obligé d'Erdogan, risque d'être une nouvelle élection, la troisième en un peu plus d'un an, visant à doter une fois pour toutes le parti AKP d'une majorité qualifiée au Parlement turc nécessaire pour mener à bien la réforme constitutionnelle au moyen de laquelle compte définitivement effacer les dernières traces de la laïcité kémaliste et du parlementarisme au profit d'un pouvoir personnel et d'un parti unique désormais capables de régner sans partage puisque le MHP nationaliste et le HDP pro-kurde de Demirtas, lui-même harcelé par la justice, ont chuté dans les sondages est seraient très probablement en dessous du seuil minimum de 10% obligatoire pour être représentés au Parlement.

En fait, bien qu'étant proche du Sultan néo-ottoman et bien que partageant avec lui une vision anti-kémaliste et panislamiste, Davutoglu a cherché en vain à faire valoir ses droits constitutionnels de Premier ministre sans être assez fort pour s'imposer. De ce point de vue, on peut dire que Recep Taiyyp Erdogan et le parti AK - qui lui est totalement acquis - est en train de transformer la Turquie en une sorte "d'Etat-parti" dirigé par un seul homme omnipuissant et sans contrepouvoirs. Aujourd'hui, après l'éviction de l'opposition laïque et anti-islamique ; l'éradication de l'opposition kurde et kémaliste ; l'incarcération des centaines de militants démocratiques, de blogueurs, de défenseurs des droits de l'homme et journalistes; la condamnation de militaires anti-islamistes, et même la mise à l'écart de la puissante Confrérie des Fetullah qui lui faisaient de l'ombre, il n'y plus en Turquie aucun frein à "l'Etat-AKP" et au néo-Sultanat d'Erdogan. Et c'est ce dictateur en germe, ce populiste "national-islamiste" alliés des djihadistes et tombeurs de militants laïques et démocrates que l'Union européenne et les Etats-Unis, une fois de plus surpris en flagrant-délit de compromission pro-islamiste, ont adoubé, encouragé lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 2002 cinq ans à peine pourtant après avoir été condamné et emprisonné pour fanatisme islamiste et incitation à la haine religieuse par l'ancien Conseil de Sécurité National turc (MGK), comme si les suicidaires occidentaux n'avaient pas tiré les leçons de la Guerre froide et de la guerre d'Afghanistan quand ils ont appuyé les ancêtres d'Al-Qaïda avant de recevoir en pleine figure et sur les twin towers le boomerang islamo-jihadiste du 11 septembre 2001... La naïveté de l'Union européenne, qui a accepté la candidature d'Ankara en 1999, a ouvert les négociations en vue de l'adhésion avec ce pays en voie de réislamisation et de dékémalisation en 2004, et continue de promettre l'entrée dans l'UE à ce pays qui flirte avec les djihadistes libyens et syriens semble être sans limites.

Ironie du sort, l'éviction de M. Davutoglu est advenue à l'issue de son plus grand succès diplomatique, la promesse d'une libéralisation des visas de l'Union européenne pour les citoyens turcs suite à l'accord déséquilibré sur l'immigration signé en Mars qui donnait pourtant la part belle à Ankara mais que le Sultan Recep Taipei Erdogan jugeait encore trop "modéré"...

Mégalomanie ou rêve califal néo-ottoman ?

 Atteint de folie des grandeurs, Erdogan s'est fait construire sur mesure un palais présidentiel impérial de 200 000 mètres carrés et de 1 150 pièces. Inauguré en octobre 2014, près d'Ankara, le palais de marbre blanc, Ak Saray - style "néo-seljoukide" - a coûté 500 millions d'euros. Le président turc y a notamment accueilli en grande pompe son homologue palestinien Mahmoud Abbas - protégé par une haie d'honneur de militaires revêtus des uniformes des seize États qu'a connus la Turquie au cours de son Histoire. Un message fort à l'adresse des nationalistes, des panturquistes et des islamiste de tous poils. À ce palais s'ajoutent d'autres projets néo-impériaux démesurés : la construction d'un troisième aéroport à Istanbul baptisé Recep Tayyip Erdogan (une université et un stade de football portent déjà son nom...) ; et l'édification de deux nouvelles super-mosquées à Istanbul : l'une sur la place Taksim (véritable provocation pour les libéraux et les laïcs) ; l'autre d'une capacité de 30 000 places qui surplombera le Bosphore depuis la colline de Camlica, visible depuis toute la ville. Erdogan a déjà annoncé son souhait d'y être enterré, comme jadis les sultans... En fait, l'opposition laïque kémaliste turque ne cesse d'affirmer que le but ultime d'Erdogan est de passer à la postérité comme le président le plus puissant, doté de la plus importante longévité politique de toute l'histoire de la Turquie moderne, et comme celui qui aura "lavé" définitivement l'affront de la laïcité kémaliste et de la désislamisation , opérée par son antithèse Atätürk "l'apostat". Un projet qui horrifie les 20 % de kémalistes et de laïques turcs occidentalisés de l'Ouest riche du pays mais qui séduit les masses islamiques et les nouvelles élites économico-politiques issues de l'exode rural anatolien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/05/2016 - 14:52
Erdogan
Il serait plus que temps pour le reste du monde, et nous Européens ne premier, de réaliser le danger du retour d'un nouvel empire ottoman agressif. La Turquie n'est plus le bastion avancé de l'OTAN face à la Russie, mais son allié, pour l'instant. Que les Etats Unis, qui n'ont pas comme nous des siècles de guerre avec les Ottomans, le reconnaissent au plus vite! D'autant qu'il est fort à craindre que Gordion n'ait raison et sur l'aide prodiguée par les Arabes Wahabites et sur leur profonde méfiance à l'égard des Turcs (le Calife de Constantinople règnait sur toute la péninsule arabique, sans douceur particulière),
C3H5.NO3.3
- 20/05/2016 - 23:35
Vive la fin du pétrole
Quand les monarchies pétrolières ne pourront plus vendre de l'islamisme à coup de pétrodollars, le choc en retour va être terrible.
Les politiciens européens et autres qui leur mangeant dans la main vont faire comme n'importe quelle bête qu'on ne nourrit plus : ils vont mordre à belle dents.
Gordion
- 20/05/2016 - 17:30
Oui, mais il manque...
...quelques rappels: la volonté d'Erdoğan de célébrer à sa manière le centenaire de la République turque créée en 1923 comme le Président à vie, et également le fait que sa longévité politique n'est pas due uniquement à ses talents d'orateur démagogue et petit-père des peuples islamisés de la Turquie profonde. Elle est due à sa proximité avec les Frères Musulmans qataris, et à celle des Saoudiens whahabbites, qui le financent généreusement au travers des "vakfı" - fondations musulmanes, incontrôlables de la Oumma islamique.

Toutefois, je ne suis pas si sûr que les monarchies sunnites le laisseront prendre la tête d'un nouveau califat sunnite, la haine entre Arabes et Turcs étant toujours vivace.