En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Atlantico green
Les microplastiques pourraient bientôt (sauf miracle) nous empêcher de manger des huîtres
Publié le 31 mai 2016
Même si le décret précisant l'interdiction progressive des sacs plastiques non réutilisables en France publié le 31 mars va dans le bon sens, il faudra en faire beaucoup plus pour que les huîtres continuent d'arriver à se reproduire. Les microplastiques et autres pollutions marines les menacent d'extinction.
Arnaud Huvet, chercheur au Laboratoire de physiologie des invertébrés à l'Ifremer.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Huvet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Huvet, chercheur au Laboratoire de physiologie des invertébrés à l'Ifremer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même si le décret précisant l'interdiction progressive des sacs plastiques non réutilisables en France publié le 31 mars va dans le bon sens, il faudra en faire beaucoup plus pour que les huîtres continuent d'arriver à se reproduire. Les microplastiques et autres pollutions marines les menacent d'extinction.

Atlantico  : La dernière étude publiée par la revue PNAS montre que les microplastiques sont un ennemi pour l'huître. Quels effets ont ces particules plastiques sur ces mollusques?

Arnaud Huvet : Après deux mois d'exposition en laboratoire à des microparticules de polystyrène de 2 et 6 µm (taille préfentiellement ingérée par les huitres), les huîtres avaient une reproduction réduite avec moins d'ovules (réduction de 40%). De même, leurs spermatozoïdes étaient nettement moins mobiles comparés à ceux des huîtres mises dans des bassins sans micro-plastique, ce qui est un indicateur de leur qualité à l'instar de chez l'homme.

Les gamètes, une fois produits par les huîtres exposées aux microplastiques, ont été collectés ce qui nous a permis de réaliser une fécondation au laboratoire. Les résultats montrent que la fécondité était en forte baisse - 41% de réduction de jeune larves produites - avec des conséquences sur la génération suivante en termes de croissance (-20%) amenant à un délai de 6 jours de la fixation de ces jeunes larves en juvéniles, début de leur vie adulte.

Pour la consommation, aucun risque montré par cette étude puisque la concentration de plastique exposée (en particules par litre) est supérieure d'au moins 100 fois à ce que l'on peut détecter dans le milieu marin. Par contre, cette étude peut être vue comme une alerte car si rien ne change, d'ici 2025, la quantité de microplastiques-déchets en mer devrait augmenter d'au moins un facteur 10. Il faut donc s'en préoccuper maintenant.

Ces microplastiques viennent en partie des sacs plastiques abandonnés à la rive. Le décret publié le 31 mars interdisant les sacs plastiques fins va donc dans le bon sens?

Oui clairement. En légiférant sur les sacs plastiques, on peut s'attendre à une réduction de cette partie de macrodéchets en mer, mais bien-sûr pour que cela soit efficace, il faudrait que cette interdiction soit mondiale.

En s'attaquant aux macrodéchets, on réduira par conséquence une source de microplastiques. En effet, les microplastiques sont issus de la fragmentation de déchets plastiques déversés dans les océans (bouteilles, sacs plastiques, emballages, mégots de cigarette), et aussi directement des rejets issus de nos usages, fibres synthétiques (issues de nos machines à laver), cosmétiques (microbilles présentes dans les exfoliants ou dentifrices), abrasifs industriels, granulés plastiques industriels, matières premières de la plasturgie.

Les sacs plastiques plus épais, réutilisables, pourront encore être distribués et donc jetés à la mer. Est-ce que les huitres feront la différence?

Aucune donnée à ce jour ne permet de répondre à cette question mais des études sont déjà en réflexion pour exposer en laboratoire des animaux marins, comme des coquillages ou des poissons, à ces nouveaux plastiques faits de polymères oxo-biodégradables.

Quelle est la solution idéale? Et la solution pragmatique?

Aucune solution n'est idéale, il faut une juxtaposition de solutions :

- Modifier nos usages, à nous consommateurs : réduire l'utilisation du plastique notamment dans les emballages, pas indispensables à notre vie courante voir peu utiles et à durée de vie très courte, alors que les emballages plastiques constituent le premier poste de déchets en mer (40%). Pour cela, il faut clairement sensibiliser sur cette problématique des déchets plastiques en mer ; faire comprendre que cela vient de nos usages, que 80% de ces déchets viennent de la terre, contre 20% des activités maritimes ; 

- Favoriser la réutilisation, et bien-sûr développer et favoriser le recyclage des matières plastiques ;

- Favoriser les développements technologiques par les industriels (des pilotes existent, par exemple, pour tenter de soustraire aux eaux traitées en stations d'épuration les microplastiques, telles que les fibres synthétiques issues de nos machines à laver le linge quand celui-ci est en matière synthétique) ;

- Suppression prévue en 2017 des particules de polyéthylène dans les produits cosmétiques par les plus gros producteurs de cosmétiques mondiaux, remplacées par des produits naturels (exemple noyaux d'abricots) ;

- Légiférer, comme c'est le cas pour les sacs plastiques.

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
07.
MotoGP : un spectaculaire accident lors du Grand Prix de Catalogne
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires