En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 25 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 14 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 16 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 49 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 20 heures 6 min
Le Nettoyeur

Guerre civile au sein des Républicains : les différentes idéologies économiques qui déchirent le parti américain

Publié le 30 octobre 2015
Le parti républicain des Etats-Unis peine à trouver un accord sur son programme économique. Et pour cause : il est traversé par au moins quatre courants de pensée différents.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti républicain des Etats-Unis peine à trouver un accord sur son programme économique. Et pour cause : il est traversé par au moins quatre courants de pensée différents.

La primaire du parti républicain américain bat son plein. Cette semaine, le troisième débat entre les candidats a eu lieu - celui-ci sur le thème de l'économie. Ce débat était intéressant, car il a révélé de profondes différences entre les diverses écoles de pensée économique au sein du parti républicain. Ceci est une nouveauté : historiquement, depuis la présidence de Ronald Reagan, le parti républicain était plutôt homogène économiquement. L'école dont le candidat remportera la primaire, si ce candidat est élu président des Etats-Unis, aura une influence profonde sur l'avenir de la première économie mondiale, donc c'est un débat qui mérite qu'on s'y intéresse.

La première école, l'école “traditionnelle”, est une école bien connue, celle du “supply side.” Que veut dire “supply side” ? L'économie parle d'offre (supply) et de demande (demand), puisqu'un marché est la rencontre d'une offre et d'une demande, et tout phénomène économique, ou presque, peut être décrit comme la rencontre d'une offre et d'une demande. La grande question chez les économistes, c'est : lequel des deux est le plus important ? Lequel est celui qui détermine la direction de l'économie ? Est-ce que la direction est du côté de la demande (demand side) ou du côté de l'offre (supply side) ?

Les partisans du demand side pensent que c'est la demande de biens et de services qui détermine la direction de l'activité économique. C'est la demande de biens et de services qui poussent les entreprises à fournir l'offre qui satisfait la demande. S'il y a une récession, c'est que la demande baisse, et il faut réactiver la demande (par exemple, par un plan de relance fiscal) pour relancer l'économie.

Pour les partisans du supply side - vous l'aurez compris - c'est l'offre qui est déterminante. Ce sont les innovateurs qui créent la demande. Prenons l'exemple de Steve Jobs et de l'iPhone : c'est cette invention qui, par son aspect innovant, a créé une demande phénoménale, et la croissance économique qui fut créée par cette innovation.

Pour les supply siders, donc, le moyen d'avoir le plus de prospérité est d'encourager le plus possible l'innovation, notamment par la déréglementation économique, et également par les baisses d'impôts - mais pas n'importe lesquelles - les baisses d'impôts sur l'investissement. Le moins il y a d'impôt sur l'investissement, le plus il y aura d'investissements, le plus y aura d'investissement, le plus il y aura d'offre, le plus il y aura d'offre, le plus il y aura d'innovation et de croissance, et tout le monde y gagne à la fin.

Evidemment, la critique principale faite envers les supply-siders est que les baisses d'impôts sur l'investissement bénéficient principalement aux plus riches, puisque c'est eux qui font l'investissement. Le supply side serait fondamentalement inégalitaire. C'est une des raisons pour lesquelles cette école est mise en difficulté politiquement- l'autre raison étant que les républicains ont déjà tellement baissé les impôts sur l'investissement qu'il ne reste plus grand'chose à faire de ce côté là.

Donc, que reste-t-il ?

Il y a ce qu'on pourrait appeler les “anti-réformateurs.” Dans tous les pays industrialisés, en règle générale, et évidemment avec des variations locales, le parti de droite est le parti de la “réforme” dans le sens d'une dérégulation de l'économie, de baisses d'impôts, et de baisse des programmes sociaux.

Mais il y a un problème : les pays occidentaux sont vieillissant. Et, en général, les vieux ont tendance à voter plus à droite - mais pas toujours pour des raisons liées à une idéologie économique en particulier. Et, aux Etats-Unis, la plupart des programmes sociaux - notamment Social Security, le programme de retraite, et Medicare, l'assurance maladie universelle pour ceux de plus de 65 ans - visent les personnes âgées.

Ce qui fait qu'au sein du parti républicain on a vu l'émergence d'un parti “anti-réforme”- représenté dans ces primaires par Mike Huckabee, ancien gouverneur de l'Arkansas - alors même que le “parti de la réforme” devient plus virulent au fur et à mesure que les programmes sociaux mangent de plus en plus du budget fédéral.

Pour ce parti, il ne faut surtout pas baisser les prestations sociales, ce qui est étonnant pour un parti de droite. La manière de justificer cette position est de dire que les retraités ont payé pour ces prestations sociales par l'impôt et le travail tout au long de leur vie, et qu'il ne s'agit donc pas de prestations non méritées - ce que les gens de droite n'aiment pas - mais du fruit de leur travail et de leur investissement.

Et, enfin, il y a ceux qu'on appelle les “reform conservatives” (dont je fais partie) qui sont à peu près à mi-chemin entre les deux. Les reform conservatives pensent qu'il faut réformer les programmes de prestation sociale pour baisser leur coût, mais sans les détruire. Par exemple, ils veulent remplacer Medicare, qui est actuellement un système d'assurance publique, par un marché d'assurances privées, où - croyons-nous- la concurrence ferait baisser les prix.

Mais, surtout, s'ils sont d'accord avec les supply-siders que l'investissement est une des clés de la croissance, pour eux il y a une autre composante très importante, souvent oubliée par les économistes : la famille. L'économie se nourrit de capital financier, mais également de capital humain. Au final, ceux qui produisent comme ceux qui consomment sont des êtres humains. Et il existe de nombreux travaux de sciences sociales qui tendent à montrer que, en règle générale—oui, bien sûr, il y a d'innombrables exceptions—les familles fortes produisent des gens plus équilibrés, plus heureux, et donc (accessoirement) plus productifs économiquement. Ils notent aussi que le Parti républicain est considéré comme le “parti des riches” et qu'une politique familiale orientée vers les classes moyennes pourrait changer cette perception. On pourrait les qualifier de “supply side” mais une “supply” au sens large : pour eux, il faut favoriser l'investissement dans tous les sens du terme—investissement dans le capital financier, mais également investissement dans le capital humain à travers des réformes de l'éducation et une politique familiale ambitieuse.

Pour les partisans de la réforme, c'est une vision de l'économie humaniste, fondée sur l'humain : la créativité économique sera plus importante non seulement pour des raisons financières, mais également pour des raisons liées à l'équilibre social et familial. La famille est une cellule fondamentale de la société, pour des raisons économiques aussi bien que sociologiques et morales.

Cette vision est actuellement principalement portée par Marco Rubio, le jeune et charismatique sénateur de Floride, et le favori de la primaire selon les bookmakers. J'espère qu'elle l'emportera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 01/11/2015 - 19:18
Autre fait de Société
dont on ne parle jamais sur la Communauté Noire : cette culture des gangs ou l' argent facile .....comme chez nous ...essayez de convaincre un jeune de banlieue d' aller bosser lorsque qu' il se fait 400 Euros / Jour à 15 ans .
Texas
- 01/11/2015 - 19:18
Autre fait de Société
dont on ne parle jamais sur la Communauté Noire : cette culture des gangs ou l' argent facile .....comme chez nous ...essayez de convaincre un jeune de banlieue d' aller bosser lorsque qu' il se fait 400 Euros / Jour à 15 ans .
Texas
- 01/11/2015 - 19:01
@ Ganesha
Vous avez lu que j' étais contre la Sécurité Sociale ? . Elle existe déja . Google : Medicare et Medicaid aux Etats-Unis . Le programme pour les " pauvres " , c' est le second . 432 Milliards d' USD pour 40 Millions d' assurés , soit 3.2 du P.I.B en 2007 . Pour le reste , sortez de votre schéma caricatural ou fantasmé de la Case de l' Oncle Tom ou des années Luther King . Mr Obama n' est pas White Anglo-Saxon Protestant , il me semble . Prenez un billet d' avion .