En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Salade mixte
Bobos gentrifieurs des quartiers populaires : mais pourquoi tant de haine ?
Publié le 11 octobre 2015
Axiome : les pauvres s'installent chez les riches, c'est de la mixité sociale. Les riches s'installent chez les pauvres, c'est de la colonisation.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axiome : les pauvres s'installent chez les riches, c'est de la mixité sociale. Les riches s'installent chez les pauvres, c'est de la colonisation.

S'il y a une catégorie socio-économique universellement détestée, en dépit de l'impossibilité manifeste d'en définir les contours exacts, c'est bien celle des bobos – et plus spécifiquement celle des bobos « gentrifieurs » qui métamorphosent les quartiers populaires en coins branchés à coups de disquaires vinyle et de restos sans gluten.

 

Ça n'est pas un phénomène exclusivement français (où aucune attaque de bar à céréales pour hipsters n'a encore été rapportée), mais l'idée selon laquelle la mixité sociale n'est une bonne chose que lorsque les pauvres emménagent chez les riches est, pour le coup, bien de chez nous. Lorsque que ça se passe dans l'autre sens, on appelle ça de la colonisation.

 

C'est ainsi que l'on se félicite de la construction de HLM dans le 16e arrondissement, où une bourgeoisie assez peu bohème aime bien cultiver l'entre soi, mais que l'on s'indigne de l'ouverture d'une brasserie chic à Barbès, au prétexte que les vendeurs de clopes à la sauvette des environs ne gagnent pas assez pour la fréquenter. La mixité sociale serait donc un peu comme le cholestérol, il y aurait la bonne et la mauvaise.

 

On pourra s'en étonner parce que ce n'est pas d'une grande logique : les quartiers modestes où s'installent journalistes web, psychothérapeutes gestalt et designers d'applis Facebook sont généralement faiblement pourvus en équipements collectifs, écoles de qualité et épiceries bio. Les trottoirs y sont mal nettoyés et les poubelles ramassées n'importe comment. Parce qu'ils connaissent toujours quelqu'un à la mairie, les nouveaux venus se débrouillent généralement pour faire mettre le secteur aux normes et, au moins en théorie, ça profite à tout le monde – vendeurs à la sauvette compris.

 

Bon, il est vrai qu'ils font aussi grimper le prix du mètre carré, mais pas tant que ça en fait : les bobos ne sont pas de vrais riches, juste des pas pauvres. S'ils en avaient vraiment les moyens, ils iraient s'installer directement dans un coin de rupins au lieu de chercher à transformer Belleville en Passy – ce qui prend du temps comme chacun sait.

 

L'e-book, nouveau Polaroid ?

 

L'immobilisme qui nous caractérise en tant que Français, et notre refus d'adopter rapidement les modes nouvelles, nous permet parfois, et paradoxalement, d'être en avance. Ainsi, et alors que le reste du monde a depuis longtemps troqué le livre-papier pour des liseuses électroniques et que l'on se demande, chez Darty, si nous allons enfin sauter le pas, voici que la tendance s'inverse.

 

Dans les pays les moins rétifs à l'e-book, États-Unis et Grande-Bretagne en tête, c'est la Bérézina numérique et les ventes de liseuses s'effondrent littéralement, à tel point que certaines grandes chaînes de distribution arrêtent purement et simplement de les proposer au public, en parallèle d'une hausse inédite de la demande de « vrais » livres.

 

N'étant pas moi-même amateur de Kindle (j'ai essayé, ça n'a pas pris) et assez bibliophile, je ne peux que m'en réjouir et me ranger à l'avis de Good e-reader, un webzine professionnel observant ce marché et pour les liseuses sont « l'équivalent moderne des appareils-photo Polaroid : un marché de niche ». Pour lui, les consommateurs se sont effectivement amusés avec les produit pendant quelques années parce que c'était rigolo, puis sont revenus au papier parce que c'était plus pratique et qu'on était effectivement propriétaire de ses bouquins.

 

Voyons voir, quel autre truc moderne avons-nous refusé d'adopter ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
poil à gratter
- 12/10/2015 - 02:28
@caramantran
Vous dites..."sauf que les bobos ont les moyens de faire déguerpir les pauvres, alors que le contraire n'est pas envisageable."
J'espère que vous plaisantez!! Vous devriez vous balader dans les quartiers où la "mixité sociale" que vous prônez tellement, à fait fuir tout ce que vous considérez comme riche!!
Caramantran
- 11/10/2015 - 16:01
@Jean-Jacques Lebailly
La contrainte démographique a accéléré ce processus: plus les populations à problèmes se multiplient, et plus il devient urgent de casser les noyaux durs qui sévissent dans certains quartiers des villes. Pour cela, une seule solution: diluer les familles difficiles parmi les populations rurales, jusqu'alors épargnées par les "incivilités" et autre délinquance. Les ruraux, peu habitués à ce genre de débordements, ont alors des réactions davantage épidermique que chez les urbains qui se sont malheureusement habitués à la violence et à la sauvagerie de certains. Cela explique pourquoi les thèses frontistes aujourd'hui se sont largement répandues dans des zones ou cela était impensable il y a encore quinze ou vingt ans en arrière...
cloette
- 11/10/2015 - 15:22
la mixité sociale
Se fait avant tout à l'école avec distribution du savoir , mais hélas pas avec l'école de Najat ! Quant aux bobos dans certains quartiers , pourquoi pas mais ça dépend de la qualité du bobo ! Pour le Kindle je suis revenue au papier aussi !