En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 16 min 12 sec
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 2 heures 28 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 3 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 7 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 9 heures 16 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 44 min 23 sec
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 3 heures 20 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Apple, Twitter, Facebook : ces amis qui vous veulent du mal

il y a 4 heures 32 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 6 heures 31 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 7 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Culture

"Fleurs de Légion" de Stéphane Giocanti : un véritable roman d’initiation

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 9 heures 1 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 21 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Manuel Valls ou la sueur du conflit intérieur

Publié le 21 septembre 2015
Lors de l'université d'été du PS à la Rochelle, le 30 août dernier, la chemise trempée du Premier ministre n'est pas passée inaperçue. Et une chemise mouillée peut en dire beaucoup sur l'homme qui la porte.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de l'université d'été du PS à la Rochelle, le 30 août dernier, la chemise trempée du Premier ministre n'est pas passée inaperçue. Et une chemise mouillée peut en dire beaucoup sur l'homme qui la porte.

Une chose est sûre : la chemise (dé)trempée de la Rochelle n’a pas fini de coller à la peau de Manuel Valls. A son avantage ? Oui, dans la mesure où cette image met en valeur la sveltesse d’un beau quinqua qui, malgré « l’enfer de Matignon », persiste à faire bien moins que son âge. Oui encore, parce qu’elle est en parfaite adéquation avec l’énergie sans limite d’un homme qui, comme dit l’adage, n’hésite pas à  « mouiller sa chemise » !

Mais voilà, rien n’est jamais sûr dans l’art de la parole publique : l’image pourrait aussi bien s’inverser et évoquer une autre expression populaire à la connotation négative : « Eh bien, on peut dire qu’il a eu chaud, celui-là ! ». Une experte en la matière ne s’y est pas trompée : Marine le Pen, qui a précisément tenté de tirer la chemise du Premier ministre vers l’interprétation à charge, en dénonçant « l’hystérie quotidienne et visible qui transpire d’un Manuel Valls ».

Invitation, en tout cas, à examiner le « non verbal » dans ses discours, avec ses forces et ses faiblesses : voix grave et bien posée mais qui ignore la modulation du timbre et ne varie que dans l’intensité. Intensité qui demeure longtemps, trop longtemps, à un niveau maximal, au risque de saboter l’effet recherché : non pas la force tranquille mais la débauche d’énergie sans but et sans maîtrise, l’impression d’être constamment en « surrégime », l’hystérie comme l’insinue Marine Le Pen. Mot qui est généralement accolé à Nicolas Sarkozy, avec lequel Manuel Valls est souvent comparé. A tort ou à raison dans les deux cas, mais peu importe : l’impression de l’auditoire est le seul juge de la réussite de la parole publique.

Plus ennuyeux, le débit bien trop saccadé dans les moments « calmes » du discours, notamment au début, où Manuel Valls égrène chaque mot en négligeant de les grouper en unités de sens : erreur de débutant ou signe de fatigue ? Heureusement à son avantage, la posture du corps, bien ancré dans le sol, l’appui plein d’autorité sur le pupitre, les mains démonstratives aux moments clefs et le regard qui sait passer de la braise au velours. Regard trop souvent absorbé par le déchiffrement de trop nombreux discours, et dont il devrait jouer davantage lors de ses interventions cruciales.

Ces qualités sont au service d’un ethos ultra présent : le discours de Manuel Valls est toujours un manifeste de valeurs collectives et d’auto-affirmation. Son champ lexical est véritablement saturé d’exigences morales : « lucidité », « fermeté », « humanité », « autorité », et surtout cette sacro-sainte « responsabilité », le mot fétiche du Premier ministre, qu’il oppose tout à tour aux frondeurs, à l’opposition, au terrorisme, à la dureté des temps et au difficile exercice du pouvoir (« rien n’est facile », rappelle-t-il à l’envi). Bien plus rare dans ce long catalogue de valeurs, la liberté, toujours minimisée, soit au profit de l’égalité, soit de l’autorité : préférences qui font de Manuel Valls un homme de la gauche autoritaire, dans la lignée revendiquée de Clémenceau.

Proclamations assurément bien en phase avec son image d’homme de caractère, de champion du « parler vrai » et de l’apôtre de la sécurité et de l’ordre, dans un camp politique qui a déserté ces thèmes depuis des décennies. On a loué avec raison la belle adresse à l’Assemblée du 13 janvier en hommage aux victimes des attentats : les point forts en ont été la nomination du danger (« le terrorisme djihadiste »), à laquelle se refuse toujours le Président ; le passage sur le « nouvel antisémitisme », celui qui se propage sous l’effet de l’islamisme radical : rupture bienvenue avec la langue de bois habituelle à gauche selon laquelle l’antisémitisme ne peut être que le fils du bon vieux maurrasisme/ lepénisme. A la question centrale « sommes-nous en guerre ? », le Premier ministre finit par donner une réponse claire : «Oui, la France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l'islamisme radical » (mais réponse justement nuancée : pas en guerre contre les Musulmans). Enfin, la conclusion sur la « fierté d’être Français » sonnait très juste, car venu d’un jeune Catalan qui a « choisi la France » : adéquation parfaite (et émue) du message et de la personnalité.

Ses vraies réussites oratoires correspondent à autant de moments de vérité personnelle, comme son premier discours de politique générale en avril 2014 où « il a fait du Valls », comme l’ont noté les observateurs : propos rassembleur bien au-delà de la gauche (« France » est le mot le plus cité) et résolument réformateur. Autre grande réussite, son intervention lors de la dernière motion de censure où ce grand fan de football a renvoyé dans leurs buts, aussi bien la gauche de la gauche que l’opposition, en les plaçant systématiquement (le must de l’argumentation !) devant leurs propres contradictions. Avec en filigrane, la création audacieuse d’un nouveau groupe du « nous » : les réformateurs, contre « les autres », les conservateurs de tout poil et de tout bord. Appel subliminal à la recomposition politique qui est, à l’évidence, le fond de sa pensée.

Mais voilà : lorsqu’on est le premier ministre de François Hollande, « rien n’est facile », en effet… Comment s’affirmer dans sa singularité de tempérament et de positionnement sous l’œil d’un président toujours soucieux de ménager la chèvre et le chou ? Comment faire valoir son énergie lorsque l’on est sans cesse retenu ? Et comment surtout rendre crédible cette mâle assurance, lorsque ni les moyens, ni les résultats ne sont là ?

Eh bien, en faisant justement du « hollandisme », c’est-à-dire en reprenant les trucs et tics rhétoriques chers au Président. D’où les contradictions, comme cette « fermeté bienveillante » prônée dans les banlieues, tout en refusant tout « paternalisme »… dont cette « fermeté bienveillante » est précisément la définition ! D’où le balancement constant entre une proposition et son contraire (cf. le tout récent statut intangible de la fonction publique et le soutien à Emmanuel Macron), ce « d’un côté de l’autre », ce « ceci sans oublier cela », qui est la marque de fabrique de la rhétorique présidentielle.

Cette contamination« hollandaise » explique la rareté d’une thèse indiscutable (« où en sommes-nous ? ») et d’un message univoque (« que devons-nous faire » ?). Ainsi du calamiteux discours de politique générale du 16 septembre 2014, uniquement destiné à rassurer les frondeurs, dont le message était en substance : « nous allons réformer sans cesse et sans hésitation… sans toucher à rien ! »

Trop de décalages, de retards et de fausses habiletés risquent fort à la longue d’user l’image de  Manuel Valls, entre un volontarisme proclamé urbi et orbi et la plate réalité des demi-mesures adoptées (crise migratoire), leur inconséquence (« nous sommes en guerre » mais ne la faisons pas vraiment) voire leur contradiction patente (politique économique). Dans l’immédiat, ils sont sans doute la raison, en dehors d’un « sang chaud » naturel, de ces poussées de sueur qui pourraient bien traduire un conflit intérieur entre pensée et dire.

Sa réussite politique dépend donc de changements rhétoriques majeurs : d’abord la rupture avec la langue technocratique et le désastreux système des « fiches » fournies par les cabinets ministériels ; ensuite un plus grand recours aux images, au storytelling et à la synthèse du propos qui se perd trop souvent dans le détail analytique. Enfin et surtout, une thèse claire et pertinente appuyant un message fort et crédible.

Autrement dit, Manuel Valls ne sera un grand orateur que lorsqu’il sera en accord avec lui-même. En 2022, comme il vient de le confirmer au détour d’une (fausse) blague ? Qui sait, peut-être avant?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 22/09/2015 - 10:28
Manuel Valls
Il est visiblement limité par un conflit constant entre les convictions du Ps et son désir d'efficacité. Il est obligé de répéter les mantras à base émotionnelle ou morale, en ayant l'air d'y croire faute de pouvoir agir. Mais je lui prête peut être beaucoup de crédit sur le désir d'action.
borissm
- 22/09/2015 - 08:46
Le secret du discours du politique
est relativement simple. Le politique ne parle pas de ce qu'il a fait ou de ce qu'il fera. Le "faire" n'est pas son problème -- d'ailleurs, je ne connais pas un seul politique qui ait jamais fait quoique ce soit. Non, le politique est dans le monde du "dire". Et quand on a dit, on a fait. Le travail ministériel (que je connais assez bien) consiste : 1- à découvrir avec stupéfaction un problème que la population vit pourtant au quotidien depuis des dizaines d'années (immigration, RSI, crise du porc, etc.); 2- à parler sur le sujet et à prononcer des discours à la télé (la com'); 3- à lancer des réunions de Cabinet et interministérielles pour les cas graves; 3- à énoncer des solutions dans le discours ternaire que l'on apprend à l'ENA et 4- à retourner s'asseoir la crise passée en réfléchissant à son destin national. Voir Le Foll...
Gouverner, c'est ça...
vangog
- 21/09/2015 - 23:40
Le style télégraphique est celui appris dans les
écoles de journalisme, par les idéologues trotskystes aux relais médiatiques, afin qu'ils imitent le style du grand timonier et de son second de pédalo. Les terranovistes de la pensée unique ont exigé que les journaleux soient un relai fidèle du style des marionnettes qui nous dirigent, afin d'édifier nos consciences, dans le fond et dans la forme...,Heureusement que Valls et Flamby n'imitent pas non plus les fins de phrases haut perchées de ces cretins, parcequ'ils auraient l'air totalement ridicules...ils sont à mi-chemin!