En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 10 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 11 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 47 sec
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 58 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 2 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Pourquoi la Fed maintient ses taux directeurs à zéro malgré un retour de croissance aux États-Unis

Publié le 18 septembre 2015
La plupart des experts pensaient qu'hier jeudi 17 septembre, à sa dernière réunion trimestrielle, ce serait le jour où la Fed remonterait ses taux directeurs. Elle a surpris les marchés en refusant de le faire.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La plupart des experts pensaient qu'hier jeudi 17 septembre, à sa dernière réunion trimestrielle, ce serait le jour où la Fed remonterait ses taux directeurs. Elle a surpris les marchés en refusant de le faire.

Un des rôles des banques centrales est d'adoucir les crises économiques et les récessions en augmentant la quantité de monnaie en circulation dans l'économie lorsque celle-ci subit un choc.

C'est pour cela que, avec la crise économique de 2008, les banques centrales du monde entier ont baissé leurs taux directeurs à zéro, ou presque, et, lorsque cette démarche n'a pas été suffisante, ont embarqué dans des politiques d'achat d'obligations avec de la monnaie créée.

Ce genre de politiques, du moins en théorie, n'est censée durer qu'un temps, le temps que l'économie se remette en bonne marche. Or, notamment aux Etats-Unis, la croissance est revenue et le chômage a baissé. Les marchés s'attendent donc tous à ce que la Fed, la banque centrale des Etats-Unis, aie une politique plus contraignante - surtout maintenant qu'elle a indiqué qu'elle pensait, à moyen terme, abaisser son soutien à l'économie.

La plupart des experts pensaient qu'hier, à sa dernière réunion trimestrielle, ce serait le jour où la Fed remonterait ses taux directeurs. Elle a surpris les marchés en refusant de le faire.

Pourquoi ? Et est-ce une bonne décision ?

La réponse à la deuxième question est, tout simplement, oui.

En effet, quelle est la raison pour laquelle une banque centrale devrait réduire la quantité de monnaie dans l'économie ? Il n'y en a qu'une : l'inflation.

Le mécanisme est assez simple à comprendre. A chaque instant T, dans une zone monétaire donnée, il y a une certaine quantité de monnaie en circulation, et une certaine capacité de l'économie à produire des biens et des services. Que se passe-t-il si la quantité de monnaie est inférieure à la capacité de l'économie à produire des biens et des services ? Tout simplement, les gens n'ont pas assez d'argent pour acheter tous les biens et services qu'ils voudraient acheter, et donc, en clair, il y a une récession et du chômage, puisque l'économie est en sous-capacité.

A l'inverse, que se produit-t-il si la quantité de monnaie est trop importante par rapport à la capacité de production de l'économie ? Il y a trop d'argent pour acheter des biens et des services, donc, par le mécanisme de l'offre et de la demande, le prix des biens et services va augmenter - c'est l'inflation.

L'inflation est le seul signe certain qu'il y a trop de monnaie qui circule dans l'économie. Or, à l'heure actuelle, aux Etats-Unis, l'inflation reste au plus bas. Il n'y a donc aucune raison de réduire la quantité de monnaie en circulation.

Pour être plus prosaïque : oui, le chômage aux Etats-Unis est de retour à des niveaux bas, mais c'est autant un artefact du retour à l'emploi que du départ de nombreuses personnes hors du marché du travail. Aux chiffres du chômage il faudrait rajouter toutes les personnes qui voudraient travailler si elles pouvaient trouver un emploi, mais ont renoncé. L'économie américaine reste en sous-capacité. Et un des problèmes de l'économie américaine depuis 15 ans est la stagnation des salaires pour les classes ouvrières et moyennes, une stagnation qui est à peu près garantie dès lors que la banque centrale décide de stopper net tout début d'inflation (la hausse des prix influant aussi sur les salaires).

Certains disent que les politiques généreuses de la Fed créent des bulles spéculatives. Tout d'abord, c'est très difficile à prouver, et ce n'est pas certain. Mais ensuite, si il se crée une bulle spéculative alors même que, mesurée par l'inflation, la quantité de monnaie reste inférieure ou proche de la capacité de l'économie à produire, ce n'est pas un problème de politique monétaire, c'est un problème de politique économique.

La baisse des taux occasionnée par le passage à l'euro a très certainement créé une bulle spéculative immobilière en Espagne. Une des idées du passage à l'euro était que les pays de l'euro entreprendraient des réformes structurelles pour encourager l'investissement productif, mais ces réformes n'ont jamais été faites - peut-être que si elles l'avaient été, toute cette nouvelle monnaie se serait retrouvée dans des activités productives plutôt que dans une bulle spéculative. Ou peut-être pas ! Mais en tous les cas, quelque soit le moyen d'encourager la monnaie à se diriger vers les activités plus productives, ce n'est pas quelque chose qu'une banque centrale peut décider. La seule chose qu'elle peut décider, c'est quelle est la quantité de monnaie qui correspond à la capacité de production de l'économie à un instant T, et comment se rapprocher de cet objectif.

Pour le reste, c'est aux décideurs politiques et économiques de faire leur travail - et là, il y a du pain sur la planche...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires