En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Roi du pétrole ?
Ce que coûte vraiment l’énergie bon marché
Publié le 24 mai 2015
Les subventions publiques mondiales livrées au secteur de l’énergie fossile représentent 5.300 milliards de dollars, soit 10 millions d’euros par minute. Une somme astronomique, dépassant celle accordée au secteur de la santé, que dénonce le FMI.
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les subventions publiques mondiales livrées au secteur de l’énergie fossile représentent 5.300 milliards de dollars, soit 10 millions d’euros par minute. Une somme astronomique, dépassant celle accordée au secteur de la santé, que dénonce le FMI.

Atlantico : Le FMI met en avant des chiffres énormes, et il semblerait que les montants soient encore plus gros. Qu’en pensez-vous ?

Philippe Chalmin : Les subventions publiques sont des subventions à la consommation auprès des états producteurs. Ces pratiques sont très classiques et elles ne sont pas nouvelles. Les produits pétroliers sont largement subventionnés dans les pays producteurs. C’est une explication d’un niveau de consommation extrêmement élevé, par rapport à d’autres pays non-producteurs. Ces pratiques font partie de la sphère politico-sociale, et n’ont rien de nouveau.

Cela fait bien longtemps que l’on s’indigne du gaspillage énergétique d’un certain nombre de pays producteurs. Je ne suis pas sûr que l’on puisse raisonner à l’échelle mondiale sur ce phénomène. Ils vendent leur pétrole beaucoup plus cher à l’international, et à prix coutant sur le marché intérieur. La notion de prix coutant pour eux peut-être extrêmement faible. On est en présence d’un vrai problème qui est celui d’un gaspillage dans les pays producteurs. Dans la plupart des pays développés, l’énergie fait en revanche l’objet de taxation extrêmement lourde. A l’image de la France, le coût fiscal de nos carburants est très important.

L’éventuelle suppression de ces subventions pourraient-elles avoir un impact sur le prix de l’énergie ?

Je pense que, politiquement, pour la plupart de ces pays, c’est extrêmement difficile à imaginer. La plupart de ces pays ne sont pas des modèles de démocratie. Ils ont des équilibres sociaux fragiles, et je pense qu’augmenter le prix des carburants et de l’essence, ou du chauffage, est politiquement très difficile.

Aux Etats-Unis, les taxes sur le pétrole sont faibles, et le produit est très bon marché. On retrouve des prix qui sont considérablement différents de ce que l’on peut trouver en Europe. Mais ces prix font partie du modèle américain et des intangibles de l’american way of life.

Comment la suppression de ces subventions participerait à la croissance mondiale, à la protection de la santé et du climat ?

C’est évident qu’une mesure en ce sens favorisait une réduction des effets de serre. Mais j’imagine mal la suppression de ces subventions intervenir dans un certain nombre de pays. Si on prend l’exemple extrême d’un Etat producteur comme le Venezuela, ou l’essence coûte chère, cela me semblerait surprenant que le gouvernement accepte la suppression de ces subventions à l’exportation. Ils avaient un programme qui, dans la zone des Caraïbes, leur permettait de vendre du pétrole en dessous du prix du marché à un certain nombre de pays amis. Ils viennent de le supprimer car ils n’en ont plus les moyens. De là à ce qu’il fasse la même chose sur leur marché domestique, je pense que politiquement ce serait impossible.

La suppression de ces subventions me parait difficile car j’observe une énorme pression politique et sociale sur de très nombreux marchés. Observez tous les débats en France quand on discute du prix de l’énergie. Imaginez les débats qui seraient suscités dans des pays non démocratiques et producteurs de pétrole. Dans le cas américain, il y a probablement un travail de certains lobbyistes pétroliers, vent debout contre toute augmentation. Par ailleurs, on voit bien les blocages qu’il peut y avoir sur des programmes connexes comme les subventions à la production et à l’intégration de l’éthanol dans l’essence.Je ne suis pas sûr que cette étude, très intéressante, du FMI, conduise à des mesures très concrètes. Pour l’instant, le pétrole règne en maître, et est incontournable et non substituable à court ou moyen terme, dans de très nombreux pays. Le cas de la Chine est peut-être un peu différent et fait quelques efforts vers les énergies renouvelables. La problématique chinoise est de sortir du charbon, énergie encore plus polluante que le pétrole. Le gaspillage de l’énergie dans les pays producteurs est une réalité. Mais très complexe, car on rentre dans le domaine de la souveraineté des Etats.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires