En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 14 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 50 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 47 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 14 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 15 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 2 heures 56 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 44 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 23 heures 10 min
Politico scanner

Réformes de droite, réformes de gauche : petite histoire de l’opinion publique face aux lois sur l’Education nationale

Publié le 20 mai 2015
Au cœur du débat public, la réforme des collèges agite enseignants, parents et politiques. L'opinion des Français varie selon les projets scolaires et aussi en fonction de la couleur politique de ceux qui les portent.
Richard Etienne est professeur en sciences de l'éducation. Il travaille notamment sur le changement en éducation, sur l'éducation du citoyen, ainsi que sur la pédagogie du voyage scolaire.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Richard Etienne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Richard Etienne est professeur en sciences de l'éducation. Il travaille notamment sur le changement en éducation, sur l'éducation du citoyen, ainsi que sur la pédagogie du voyage scolaire.
Voir la bio
Bruno Jeanbart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cœur du débat public, la réforme des collèges agite enseignants, parents et politiques. L'opinion des Français varie selon les projets scolaires et aussi en fonction de la couleur politique de ceux qui les portent.

Atlantico : 72% des Français étaient en faveur d'un retour de la semaine de cours à quatre jours et demi, selon un sondage Harris Interactive publié en juillet 2012. A l’époque Vincent Peillon est ministre de l’Education nationale. 2 ans après, Benoit Hamon le remplace et en septembre 2014 une large majorité de sondés, 60%, contestent la légitimité de la réforme des rythmes scolaires (sondage de l'institut CSA pour RTL, voir ici). Ils étaient 47% un an auparavant. Si les Français semblaient pour une réforme instauration d’une semaine de 4 jours et demi, au fil du mandat du gouvernement de François Hollande, une opposition s’est constituée. Est-ce la déception de l’application de la réforme ou un sentiment de contestation à l’égard du quinquennat actuel ?

Richard Etienne : Il est évident que toute réforme entraîne des mouvements d'adhésion ou de rejet. La réforme des rythmes scolaires partait de l'intérêt des enfants et faisait suite à une réforme menée par Xavier Darcos qui avait supprimé une demi-journée de classe. L'Académie de Médecine avait préconisé d'alléger la journée scolaire en retournant à 9 demi-journées dont le samedi. Vincent Peillon n'a pu appliquer sa réforme. Elle a été défigurée par le recours systématique au mercredi matin et surtout les animations prévues sont devenues payantes. Bref, comme toute réforme, elle a été défigurée, appliquée par une majorité de mairies qui ont viré à droite et cela a déterminé une désapprobation dans l'opinion qui n'y a pas vu les bienfaits promis pour le développement de l'enfant.

Bruno Jeanbart : La réforme des rythmes scolaires a suscité dès l’origine des réactions contrastées. C’est assez classique pour ce type de réformes, qui comporte de multiples dimensions et pour laquelle il est dès lors difficile de résumer la position de l’opinion a un pour ou contre pur et simple.

Ainsi, le principe d’alléger la charge de travail dans une journée, appréciée des Français, se heurte à l’augmentation du nombre de jours à l’école, qui a toujours été perçue de manière plus complexe par les parents d’élèves. D’autre part, la montée des contestations contre cette réforme a troublé une partie de l’opinion, en renforçant l’idée que sa mise en place était complexe et ne remplissait pas forcément ses objectifs initiaux.

La mobilisation d’une frange des acteurs de l’école contre cette réforme a pu conduire une partie des Français a se positionner différemment au fil du temps, en popularisant les arguments des opposants, et ce d’autant plus que la montée du mécontentement à l’égard du pouvoir était générale. Car dans le fond, l’opinion juge souvent une réforme sur deux dimensions: la réforme elle-même mais aussi celui qui la porte. On a vu par exemple l’attitude à l’égard de la lutte contre les déficits et la dette se modifier fortement dans l’électorat de gauche lorsque François Hollande l’a repris à son compte. Ce principe explique pourquoi il est toujours difficile de faire passer ses projets plus le mandat avance, avec l’impopularité qui l’accompagne.

Quels sont les avantages et les inconvénients à être un ministre de gauche ou de droite lorsqu’on veut faire adhérer les Français à une réforme scolaire ?

Richard Etienne : Les "grandes réformes" ont paradoxalement été faites par la droite (prolongation à 16 ans de l'instruction obligatoire en 1959 sous de Gaulle, collège unique en 1975 sous Valéry Giscard d'Estaing). Mais quelques-unes ont échoué comme la tentative de Bayrou de réformer la loi Falloux qui a mis également 1 000 000 de personnes dans la rue. Les ministres de gauche ont eu de graves soucis avec les réformes comme Alain Savary contraint de démissionner en 1983 par François Mitterrand qui renonçait au "grand service public d'éducation". Ils ont toutefois réussi à mener des réformes comme la création des Zones d'Education Prioritaire en 1982 ou la première loi d'orientation sur l'école en 1989. Mais ces réformes sont moins radicales que les autres même si aucune n'a eu l'ampleur de ce qui a pu se passer en Finlande ou au Québec. L'explication est donnée par les observateurs qui notent qu'il y a en France 66 000 000 de "spécialistes de l'école". On pourrait affirmer qu'il est impossible de réformer l'école en France. Les ministres de droite essaient de le faire de manière autoritaire mais le système finit par amortir et absorber les réformes. Les ministres de gauche s'appuient sur la "deuxième gauche" mais la première qui réclame toujours plus de moyens et s'appuie sur de puissantes confédérations syndicales finit toujours par avoir la peau de la réforme comme on l'observe en ce moment avec la réforme du collège.

Bruno Jeanbart : Tous les gouvernements, de droite ou de gauche, ont eu à faire face à des révoltes issues ou autour du monde de l’éducation. Ce sont des sujets extrêmement sensibles car ils concernent l’ensemble de la société (nous avons tous un avis sur l’école) et touchent à un symbole fort, l’avenir des jeunes, dans une société où celui-ci suscite beaucoup d’inquiétudes.

Mais il est clair que la droite, plus éloignée du monde enseignant, court souvent plus le risque que la gauche de faire face à des mouvements sociaux massifs dans l’éducation que la gauche. A l’inverse, cette dernière se heurte parfois à des représentations, du côté des Français et des parents d’élèves, qui attendent de l’école désormais : l’accent mis sur l’autorité, la priorité à l’apprentissage des savoirs basiques (lire écrire compter) et donc de l’instruction au détriment de l'éducation, tendent à faire resurgir l’idéal d’un "âge d’or de l’école", désormais perdu avec lequel il conviendrait de renouer est probablement plus difficile à manier pour la gauche.

Alors que Gilles de Robien était ministre de l’Education nationale, en septembre 2006 un sondage HL2 pour 20 minutes montre que 50% des sondés estiment que "la carte scolaire est une bonne chose" alors que le même mois le sondage IFOP pour Valeurs Actuelles expliquait que 73% des sondés étaient favorables à la suppression de la carte scolaire "afin que les parents puissent inscrire leurs enfants dans l’établissement de leur choix". Comment peut-on expliquer cette différence de résultat ? Les Français sont-ils indécis en matière de réforme scolaire ?

Richard Etienne : Il y a toujours un biais dans la manière dont les questions sont formulées : si vous montrez que la carte scolaire (mesure de droite faite afin de réaliser des économies) est propice à la réussite du plus grand nombre d'élèves, tout le monde (ou du moins 50% des personnes interrogées) va trouver que c'est une bonne chose. Mais si vous dites aux personnes interrogées qu'on les prive d'une liberté, alors elles seront favorables à une inscription dans l'établissement de leur choix. Les recherches menées par Robert Ballion ont montré que cette inscription et cette liberté ne sont pas absolues mais relatives à des valeurs mais aussi à des conditions matérielles (éloignement, réputation, objectifs de l'établissement). En bref, on peut dire que les Français répondent à des questions dans des sondages mais qu'ils ne savent pas très bien ce que pourrait être une réforme scolaire. Du coup, ils réagissent en fonction de valeurs : dans le premier cas, l'égalité et, dans le second, la liberté. En France, le dernier grand débat sur l'école date de 2005. Organisé par Claude Thélot, il a réuni 1 000 000 de personnes dont 500 000 enseignants et a produit des résultats remarquables dont la loi d'orientation sur l'école de 2005. Depuis, les Français sont en quelque sorte privés de débat et dont dans des oppositions plus idéologiques que fondées sur la réalité de l'école.

Bruno Jeanbart : Ils sont d’autant plus indécis que l’on néglige souvent la complexité de ces sujets et le temps qu’ils mettent à infuser dans l’opinion. Si l’on prend l’exemple de la carte scolaire, il faut bien comprendre que ce concept, jusqu’au débat qu’il a suscité dans les années 2000, était souvent abscons pour les Français. Si le terme bénéficiait d’une certaine notoriété, le sens exact de ce que recouvre la carte scolaire n’était pas forcément maîtrisé dans l’opinion.

Dès lors, la manière d’aborder ce sujet pèse énormément sur les opinions et les représentations. D’un côté, la possibilité de rendre la liberté de choix de l’établissement scolaire aux parents est très populaire, comme le montre les enquêtes et les pratiques (l’évitement scolaire est la conséquence de cette aspiration). De l’autre, l’idéal d’une école qui cherche à gommer les inégalités est également très fort, d’où les distorsions entre les enquêtes qui peuvent expliquer ces écarts. L’indécision de l’opinion sur les sujets d’éducation est donc souvent lié à la difficulté de poursuivre des objectifs souvent contradictoire dans ce domaine : concilier liberté et égalité est loin d’être simple. Mais de même que les Français n'arbitrent pas uniquement pour l’une ou l’autre de ces valeurs, sur ces sujets, il convient de s’intéresser davantage à la hiérarchie entre ces deux objectifs qu’à leur opposition. Dès lors, la bataille pour rallier l’opinion s’organise autour de la capacité à convaincre de l’effet majeur de la réforme, sur ces différents enjeux. C’est le rôle et la fonction du débat politique dans le fond.

En pleine réforme des rythmes scolaires, 71% des personnes interrogées répondaient oui à la mise en place d’un nouveau rythme avec des cours le matin et du sport l’après-midi, comparable à ce qui se fait en Allemagne (sondage Metro/LH2 en juin 2011, voir ici). Luc Chatel était au ministère de l’Education nationale à cette époque. L’opinion des Français est-elle toujours aussi tranchée en matière de réforme scolaire ? Y a-t-il eu une évolution de l’opinion des Français sur le sujet ?

Richard Etienne : C'est étonnant : les Français rêvent de l'Allemagne mais elle a vécu le drame des premiers résultats de PISA qui la classait après la France. De nombreux colloques ont eu lieu. L'opinion publique s'est émue et l'école a été réformée pour que les élèves apprennent davantage. Le sport l'après-midi n'est plus une réalité dans les écoles allemandes et tout le monde s'est mis sérieusement au travail. Les résultats récents confirment un bond en avant. On peut donc réformer l'école en Allemagne sur la base de résultats devant être améliorés mais la France reste dans une vision dépassée de ce qui se fait. Sans doute par manque d'émissions et de médias sur l'école : il y a plusieurs années que le Monde de l'éducation a disparu. Donc, il n'est pas étonnant que parfois les Français donnent l'impression de vouloir réformer l'école sur la base de tout et son contraire. En conclusion, on pourrait faire comme au Québec ou en Finlande et détacher l'école des alternances politiques pour la penser sur de longues périodes puisque plus de 80% des élèves y passent 20 ans (de 3 à 23 ans). L'école a fait des progrès mais les réformes n'ont pas entamé l'ADN sélectif du second degré (collège et lycée).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 21/05/2015 - 08:56
@Vincennes
Ce sera le passage en force avec mépris; une expérience "mariage pour tous" pour l'électorat de gauche. Que c'est bon pour 2017 tout cela!
Vincennes
- 20/05/2015 - 11:23
Sondage du POINT.....hier = 79,9% des Français approuvent
et soutiennent la manifestation des Enseignants ce qui présage d'un très fort mouvement de mécontentement pour la manifestation nationale prévue; La façon de faire aussi bien de VALLS/BEN KACEM/TAUBIRAT/TOURRAINE et bien sur leur Chef est digne d'une dictature
.
zouk
- 20/05/2015 - 10:24
Reformes de l'enseignement
Réformes impossibles, quel que soit le gouvernement? Sommes nous sûrs qu'elles ont été bien expliquées, avec un nombre suffisant de débats, explications, recueil de suggestions... dans le corps enseignant d'abord, dans le public ensuite en tenant compte des résultats du débat dans le corps enseignant? A condition bien sûr de ne pas déboucher sur la sempiternelle exigence des syndicats d'enseignants: toujours plus de moyens, alors que la France consacre déjà des budgets supérieurs à ses homologues, avec en prime des résultats inférieurs, et de beaucoup!