En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Zone franche
Mais où sont donc nos 5,5 millions de fonctionnaires français ?
Publié le 08 février 2015
Hôpital, école, fac, police... Pour un pays dont 25 % de la main d’œuvre salariée appartient à la fonction publique nationale ou locale, c'est à se demander comment une situation de sous-effectifs est possible. Mais ce n'est pas tout : petit tour d'horizon des incongruités de la semaine.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hôpital, école, fac, police... Pour un pays dont 25 % de la main d’œuvre salariée appartient à la fonction publique nationale ou locale, c'est à se demander comment une situation de sous-effectifs est possible. Mais ce n'est pas tout : petit tour d'horizon des incongruités de la semaine.

« Ni-ni » au carré

On se fend la poire en assistant à l'embarras de l'UMP face à l'élection partielle du Doubs, ce « ni-ni » (ni PS, ni FN) rappelant surtout l'âne mourant de faim devant deux tas de picotin faute de pouvoir faire un choix, mais ça n'est guère charitable...

Le « ni-ni », de fait, est une authentique tradition française autrefois codifiée par François Mitterrand himself et consistant à ne pas choisir entre la peste et le choléra (c'est une image, ne vous vexez pas si vous vous sentez concernés) au risque d'attraper les deux en même temps. D'ailleurs, et pendant que Sarkozy décide, depuis Abou Dhabi, de ne rien décider du tout, François Hollande choisit de ne rien choisir du tout au sujet des Grecs qui lui demandent son numéro de Carte Bleue pour faire un tour au distributeur automatique de billets de Francfort – histoire de ne s'aliéner ni Valls ni les frondeurs.

Le « ni-ni », c'est l'art de ne jamais trancher sur rien, de louvoyer mollement, de s'en remettre à sa bonne étoile en espérant que les choses tournent bien. Ou alors pas trop mal. Mais c'est rarement le cas.

Mais où sont donc nos 5,5 millions de fonctionnaires ?

Nos « ni-ni » sont rigolos, ou flippants, ça dépend du point de vue de l'observateur et de son humeur du jour, mais nos « French paradoxes » sont encore plus l'un et l'autre. Ainsi, comment est-il possible d'avoir deux fois plus de fonctionnaires que la plupart des pays comparables et de n'entendre parler que de sous-effectifs ? A l'hôpital, à l'école, à la fac, dans l'armée, à la Poste, dans la police, dans la recherche, dans les bibliothèques, dans les douanes, aux Finances, bref, à peu près partout, il manque toujours du monde pour faire tourner la machine quand 25% de la main d’œuvre salariée gauloise (5,5 millions de personnes au dernier décompte) appartient à la fonction publique nationale ou locale. Big mystère.

Cette semaine, les exploitants d'auto-écoles bloquaient le périph' pour protester contre la réforme du permis de conduire, mais s'insurgeaient notamment contre l'idée de renforcer le corps des inspecteurs en faisant appel à des facteurs et des flics. Je ne sais pas si c'est une bonne idée au plan pratique, et je m'en fiche un peu en fait parce que mon permis, je l'ai déjà, mais je trouve amusant d'aller piquer des types qui se plaignent de n'être pas assez pour les mettre là où ils assurent déjà manquer de bras. Il doit exister, quelque part, une sorte de triangle des Bermudes du rond-de-cuir ou ils s'évanouissent dès leur réussite au concours. Tiens, on devrait en recruter quelques milliers en plus pour partir à la recherche de leurs collègues disparus...

Averroès ou Ramadan, il faut choisir...

Je n'ai pas d'opinion tranchée sur ce que raconte ce prof de philo des pratiques internes du lycée musulman de Lille (en gros, l'établissement serait un repaire d'intégristes et d'antisémites et on s'y laverait les pieds dans les lavabos).

Après tout, jusqu'à plus ample informé, c'est parole contre parole et il doit bien y avoir des bahuts cathos ou juifs où c'est aussi du grand n'importe quoi. Mais une chose me frappe dans la tribune publiée dans Libé juste après la démission de l'enseignant : à la bibliothèque d'un lycée qui porte le nom du grand philosophe musulman rationaliste Averroès (1126-1198), on ne trouve pas un seul de ses bouquins quand les œuvres complètes des Ramadan brothers, Tariq et Hani, sont, elles, largement disponibles...

Ces deux loustics-là, notoirement éloignés du concept d'un islam des Lumières, n'auraient probablement pas été très copains avec Averroès, connu pour ses difficultés relationnelles avec les théologiens radicaux et littéralistes. Ce qui manque à toute cette affaire, c'est certainement une tribune des fondateurs du lycée nordiste sur les raisons pour lesquelles l'auguste penseur de la tolérance musulmane leur sert de raison sociale. On y verrait peut-être plus clair.

Photo de classe à l’Élysée

Tout le monde a certainement déjà vu, à l'heure qu'il est, ce surprenant reportage photo de l'Obs présentant la jeune garde des conseillers de François Hollande rejouant The West Wing sous les lambris de l’Élysée. Pour une opération de com loupée, c'est une opération de com loupée ! En fait de photo de classe, on a plutôt l'impression d'une photo de classes (lutte des)...

Bien sûr, on ne va pas faire semblant de découvrir que les palais nationaux sont remplis de jeunes gens modernes formés par les mêmes moules et à peu près interchangeables d'une majorité à l'autre, mais il est étonnant de les jeter à la figure du public avec une telle désinvolture. « Quoi, qu'ouis-je, qu'entends-je, qu'acoustiquais-je ! s'exclameront les retraités de l'éducation nationale qui forment le gros des lecteurs de l'hebdomadaire de Jean Daniel : ce sont ces boutonneux en costume trop grands pour eux et à l'air satisfait qui conseillent le président de la République sur la manière de faire évoluer mon point d'indice et de gérer la négo avec les Grecs ? »

Punaise ! On comprend mieux le « ni-ni », du coup...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 09/02/2015 - 22:44
assougoudrel
malheureusement, je pense que vous avez bien raison sur tous les points que vous évoquez. Croyez bien que j'approuve tout ce que vous dites. Je crois même que je vous soutiendrais à partir de ce jour. Merci à vous d'avoir dit la vérité aux Français.
assougoudrel
- 09/02/2015 - 21:47
De plus ils sont mal répartis
Non seulement ils sont trop nombreux, comme l'explique Anguerrand, mais très mal répartis. Beaucoup trop près du "Bon Dieu" et ses Saints (l'Elysée, Matignon, Sénat, ministères, Bureaux d'Armes et Etats-majors dans les Armées), mais trop peu sur le terrain. Je ne parle même pas dans les municipalités où on voit 10 jardiniers sur 5 m2 et un effectif trop important dans les bureaux. Il y a des fonctionnaires, dans l'Armée comment dans le civil, qui sont submergés par le travail et qui ne voient pas passer le temps et d'autres, à coté, qui jouent au solitaire sur les ordinateurs et maintenant qu'il y a Internet...et ceci, de janvier à décembre. Il y a quelques années, on disait que rien que sur France2, il y avait 20% de trop qui se tournaient les pouces.
Anguerrand
- 09/02/2015 - 09:11
Les fonctionnaires c'est la " brigade des feuilles"
des Chevaliers du Fiel. Ou sont t ils? mais après 32 heures de dur labeur, ils sont en congé jusqu'à 9 mois dans l'Année, 1 jour sur trois pour les enseignants, rajoutez les " journées du maire" les intemperies les vendredis et lundis en absence non déclarés à l'administration et il ne faut pas s'étonner des carences de nos fonctionnaires. Lire " absolument débordé ou 35 heures en un mois" pour être édifié sur la réalité interne dans la fonction publique. Nous avons 1,5 million de fonctionnaires de trop par rapport à tous les pays développés. L'Angleterre s'est séparé de 500.000 fonctionnaires et à retrouvé grâce à ces économies une croissance à faire pâlir la France.