En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 42 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 59 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 32 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 36 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 21 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 1 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 22 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 58 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 44 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 1 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 46 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 42 min
Politico scanner

Immigration, intégration, islam : là où le fossé gauche-droite se réduit, là où il se creuse dans l'opinion

Publié le 14 janvier 2015
Depuis les attentats perpétrés par les frères Kouachi et Medi Coulibaly au non de l'islam, la place de cette religion au sein de la république française suscite des débats, au point de remettre en cause des certitudes pourtant bien ancrées dans certains électorats.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les attentats perpétrés par les frères Kouachi et Medi Coulibaly au non de l'islam, la place de cette religion au sein de la république française suscite des débats, au point de remettre en cause des certitudes pourtant bien ancrées dans certains électorats.

Atlantico : En octobre 2013, un sondage de l'Ifop, réalisé pour le journal Valeurs Actuelles, rapportait que seuls 37% des Français considéraient l'immigration comme "une chance pour la France", soit une chute de 12 points par rapport à une enquête précédente, datée de février 2007. On peut se demander si une nouvelle enquête aujourd'hui ne verrait pas une chute encore plus grande, tant le débat sur cette thématique se crispe. Ces dernières années le positionnement des Français sur l'immigration évolue-t-il de plus en plus vers le rejet ?

Bruno Cautrès : Ces chiffres ne sont pas surprenants. Ils viennent en écho d’autres données disponibles. L’enquête de l’IFOP de 2013 montre en effet un recul important des opinions favorables à l’immigration : non seulement sur l’opinion selon laquelle l’immigration est une chance pour la France mais également sur l’opinion selon laquelle "on en fait plus pour les immigrés que pour les Français" : on passe de 40% qui pensent cela en avril 2006 à 67% en octobre 2013.

Les données de cette enquête IFOP sont d’ailleurs largement confirmées par une enquête annuelle réalisée par la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH). Les chercheurs qui travaillent sur les données de cette enquête sur plusieurs années montrent que la tolérance pour les minorités ethniques ou religieuses est en recul constant depuis ces dernières années. Dans l’édition 2013 de son rapport, ces chercheurs constatent que pour la quatrième année consécutive, "l’indice longitudinal de tolérance" qu’ils ont élaboré est en recul. La valeur de cet indice qui synthétise de très nombreuses mesures d’opinion est en recul de 12 points entre 2009 et 2013. Le retour des préjugés à l’encontre de ces minorités touche certains groupes davantage que d’autres. Dans les données de ces enquêtes, les évolutions vers moins de tolérance touchent plus particulièrement les musulmans et les Maghrébins. La tolérance à l’égard de ces deux groupes est la moins forte en 2013 (à l’exception des Roms). Sur dix indicateurs utilisés dans cette enquête pour construire une échelle de mesure de l’ethnocentrisme, tous connaissent entre 2009 et 2013 des évolutions fortes vers moins de tolérance : ainsi alors qu’en 2009 33% des personnes interrogées se déclaraient en désaccord avec l’opinion selon laquelle Il faudrait donner le droit de vote aux élections municipales pour les étrangers non européens résidant en France depuis un certain temps, ils sont 63% en 2013. De même est-on passé de 46% qui considèrent "qu’il y a trop d’immigrés aujourd’hui en France" à 75%. Cette évolution est d’ailleurs confirmée par les données du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF : l’opinion selon laquelle il y a trop d’immigrés en France est passée de 49% en décembre 2009 à 67% en décembre 2014 dans ce baromètre. Il faut noter que si l’évolution récente des dernières années vers moins de tolérance vis-à-vis des immigrés et des Maghrébins est importante, elle traduit également l’évolution générale vers moins de tolérance qui concerne également les juifs ou les autres groupes ethniques mais dans une moindre ampleur.

  1. Lors d'un sondage réalisé par BVA en octobre 2013 pour i>Télé et Le Parisien, 72% des Français affirmaient qu'il fallait réformer l'acquisition automatique de la nationalité pour un enfant né en France de parents étrangers, soit notre version du droit du sol. L'année d'avant avaient lieu les attentats de Mohammed Merah, un Français né de parents étrangers. Peut-on penser que cela influait sur les réponses ? Dans ce cas-là, on peut se douter des réponses après les récents attentats …

Il est vraisemblable que les mesures d’opinion vont enregistrer l’effet de l’onde de choc qui vient de se produire dans la conscience collective des Français. Ce que nous venons de vivre ne peut pas ne pas avoir d’effet en matière de perceptions subjectives et de représentations sociales. Le choc est profond, on peut parler d’un traumatisme national de grande ampleur, le type de séquence historique qui se traduit dans les mémoires et consciences collectives sur un moyen, voire long terme. Il faut néanmoins remarquer que les Français sont attachés à l’idée selon laquelle être Français c’est d’abord respecter le "pacte républicain". En 2008 (dans le monde de l’avant janvier 2015), l’enquête European Values Study réalisée en France montrait que si à peine la moitié des répondants déclarait important d'avoir des origines françaises pour être français, 98 % des personnes interrogées considéraient qu'être français c’était avant tout le respect la loi et des institutions françaises. En fait, seules des données longitudinales et donc répétées dans le temps vont nous permettre de comprendre si l’onde de choc dans l’opinion des attentats terroristes de janvier 2015 aura un effet durable ou pas et laissera sa trace dans les représentations collectives. Cette hypothèse ne me semble pas la moins probable.

  1. Le clivage gauche-droite n'existe plus aujourd'hui, c'est du moins une opinion répandue en France. On peut penser que certains sujets restent pourtant clivants, parmi eux l'immigration, l'intégration des étrangers, musulmans notamment. Dans un sondage de l'Ifop, réalisé début janvier pourAtlantico, on constate que 85% des électeurs de gauche affirment qu'il ne faut pas faire d'amalgames entre musulmans et islamistes. A droite le résultat est plus mitigé : près de la moitié des sondés pensent que l'islam représente une menace. Qu'est-ce que cela révèle ?

Le clivage gauche-droite perdure malgré les discours réguliers qui annoncent sa fin ou son dépassement. Sous le double effet de la crise économique durable et de l’ouverture internationale et européenne de nos sociétés, ce clivage a subi des évolutions mais il continue de fortement imprimer sa marque sur les opinions et attitudes politiques. Si l’on constatait il y a une vingtaine d’années une relative indépendance entre un clivage gauche-droite centré sur les questions économiques et un clivage culturel centré sur les questions de société et de tolérance, on a vu plus récemment ces deux dimensions se rapprocher : certes il existe bien des "ouverts" et tolérants de gauche comme de droite, mais on a constaté, comme les données de l’enquête IFOP que vous citez le montrent, que la tolérance culturelle est davantage partagée à gauche qu’à droite. Les sympathisants ou électeurs de la droite sont néanmoins beaucoup plus tolérants culturellement que ceux du FN. Les données que vous citez montrent que la question de l’immigration est une question qui travaille, divise en partie et préoccupe beaucoup l’électorat de la droite.

Il faut néanmoins prendre en compte d’autres effets. Une autre logique d’évolution des opinions vis-à-vis de l’immigration et des minorités ethniques consiste dans ce que les chercheurs dénomment  un effet "thermostatique", effet lié aux alternances entre la gauche et la droite. L’opinion réagit comme un thermostat au contexte politique : selon que le gouvernement est de gauche ou de droite, les évolutions des opinions en matière de tolérance sont à la hausse ou à la baisse. Lorsque c’est la droite qui gouverne, la tolérance augmente en moyenne et inversement lorsque c’est la gauche qui gouverne (comme aujourd’hui), la tolérance recule en moyenne.

  1. Le clivage est parfois flou, en janvier 2013, l'Ifop réalise un sondage pour Le Monde, où il apparaît que 74% des sondés pensent que l'islam n'est pas compatible avec la société française. Une réponse approuvée, sans surprise, par 94% des électeurs FN, 81% des électeurs UMP, mais également 59% des sympathisants PS, et 67% de ceux du Front de Gauche. La gauche "dure" est souvent très attachée au principe de laïcité. Avec la cristallisation du débat sur l'intégration autour de l'Islam, peut-on s'attendre à un nivellement de l'opinion ?

Effectivement, on constate que sur certains points la logique de la tolérance culturelle à gauche connait de nouvelles limites ou ambivalences. On constate certaines formes de recul des opinions favorables à la tolérance culturelle vis-à-vis des autres religions, l’islam notamment, dans certaines franges de l’électorat de gauche, où les valeurs de l’ouverture culturelle sont pourtant fortes. Le fort attachement des électeurs de gauche aux grands principes de la laïcité et de l’égalité hommes-femmes vient sans doute nourrir des représentations ambivalentes et contradictoires à propos de l’islam.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 14/01/2015 - 23:17
une étude danoise
une étude danoise récente démontre que, plus on s’éloigne des chaleurs (donc - soyons précis - plus on approche des froids de l’hivers), plus les gens tolèrent les doudounes et les anoraks. A l’inverse, plus on approche de l’équateur, moins on supporte les vêtements chauds. Voilà pour les faits, reste maintenant à trouver l’explication.
Enjoy
- 14/01/2015 - 22:17
Enjoy
Un rapide sondage lundi matin sur les manifestations dans le sud est faisait transparaitre de manière évidente le peu de musulmans présent dans ces défilés ..
Ces gens là ont un vrai problème d'intégration et représentent , de manière factuelle et prouvée (délinquance, éducation, repli sur soi, religion agréssive) une menace pour l'avenir du pays .
Se voiler la face ne sert à rien .
jmpbea
- 14/01/2015 - 17:45
La plupart des immigrés, de quelque génération qu'ils soient
c'est à dire depuis les années 50 où le boom,économique a aspiré l'immigration jusqu'à la période actuelle et son immigration socio-politico-militaire, n'ont pas et ne bénéficient pas de notre culture, voire de pas de culture du tout....c'est donc la religion, qui, au jour le jour, guide leur action dans un monde inconnu, étrange , parfois pervers....il n'est donc pas étonnant que des court-circuits se produisent et seuls les dirigeants peu informés qui nous dirigent s'en étonnent...un bon coup de Marseillaise..et ça repart!
Mais leur religion, c'est là où le bât blesse...les encourage à des actes et des pensées que nos démocraties n'acceptent pas....tue l'infidèle...
Seuls les plus intelligents surnagent, la masse coule...que faire?
Limiter drastiquement les entrées en choisissant les élus?
Mettre en place une justice rigidifiée et répulsive pour les réfractaires a la démocratie (retour au pays)?
Entamer une formation de ce qui peut être encore formé par un service militaire professionnel?
Creer à l'école une instruction civique digne de ce nom assurée par des gendarmes et des militaires?
..mais nos elus chantent la Marseillaise...on ne pense pas en chatant....