En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 2 heures 54 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 8 heures 1 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 9 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 14 heures 40 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 39 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 12 heures 13 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 13 heures 11 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Le poids des mots

"Egalité" : LE totem français fait son grand retour escorté de tentations dangereuses

Publié le 14 décembre 2014
L'égalité se trouvait au cœur du discours tenu par Manuel Valls devant la Fondation Jean Jaurès mercredi 10 octobre, ce qui n'a rien de très surprenant. Ce qui est plus inquiétant en revanche, ce sont toutes les dérives que le culte voué à ce principe peut entraîner.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'égalité se trouvait au cœur du discours tenu par Manuel Valls devant la Fondation Jean Jaurès mercredi 10 octobre, ce qui n'a rien de très surprenant. Ce qui est plus inquiétant en revanche, ce sont toutes les dérives que le culte voué à ce principe peut entraîner.

A une gauche en perte accélérée de repères, d’identité, et d’adhésion(s), la semaine passée semble avoir offert un répit, voire un ballon d’oxygène. Avec le discours de Manuel Valls à la fondation Jean Jaurès, voici qu’elle se ressource auprès de son totem tutélaire : l’Egalité. Discours conforté par l’étude de l’OCDE, peu suspecte de marxisme militant, sur les effets négatifs des inégalités sur la croissance, qui a été habilement sollicitée dans ce retour aux fondamentaux.

A première vue comment ne pas donner raison au Premier ministre sur la différence fondamentale entre la droite et la gauche sur le rapport à l’égalité ? La première ne privilégie-t-elle pas l’ordre comme valeur cardinale ? Et comment ne pas lui donner raison lorsqu’il constate les limites de la redistribution et prône une politique de « pré-distribution », c’est-à-dire de prévention et non de correction des inégalités ?

Sauf que c’est aller un peu vite en besogne : d’une part le saint graal de l’égalité pourrait bien être très difficile à conquérir pour le preux chevalier Manuel : peu de chances que la suppression des notes à l’école y contribue. Cette autre actualité de la semaine, dont Pierre Duriot, dans les colonnes d’Atlantico, vient de démontrer le caractère aussi hypocrite que contreproductif… D’autre part la politique du Premier ministre reste massivement une politique de redistribution, qu’il vient lui-même de renforcer en supprimant la première tranche de l’impôt sur le revenu !

Sauf encore que cette notion d’égalité est fondamentalement ambigüe, voire contradictoire : égalité des droits ? Mais celle-ci est un héritage du libéralisme (classique) de Locke à Hayek et non du socialisme. Egalité des opportunités ? C’est ce que semble recouvrir l’appel à la « pré-distribution » de Manuel Valls. Mais là encore un petit hic : cette « égalité des chances » est elle aussi un héritage du libéralisme (progressiste), de John Stuart Mill à John Rawls…Le « cas Valls » décidément s’aggrave et son libéralisme pourrait bien être une maladie (honteuse) encore plus grave que ne la diagnostiquent ses pires ennemis à gauche! Reste « l’égalité des conditions » : c’est-à-dire l’égalité des revenus, rêve bel et bien socialiste celui-là, marxiste même, et dont on connaît le résultat historique : la pauvreté pour tous, nomenklaturas exceptées !

Sauf, de plus, que la lecture dominante de l’étude de l’OCDE, sur fond de « Pikettisme » triomphant, traduit une inquiétante dérive de l’esprit critique, où les règles élémentaires de la logique et de l’analyse statistique sont bafouées : corrélation entre inégalités et croissance qui n’a rien de linéaire ; exceptions gênantes comme… la France précisément, aussi peu inégalitaire (eh oui !) qu’en panne de croissance ; rôle finalement modeste des inégalités sur le niveau effectif des taux de croissance (la Nouvelle-Zélande, le pire élève en matière de croissance des inégalités dans l’OCDE, est l’un des pays les plus dynamiques du monde !). Eh bien, tout cela n’empêche pas le chœur des commentateurs (sauf des Echos à Atlantico !) de décréter une causalité directe et unilatérale : les inégalités tuent la croissance ! Sans se demander si la causalité dominante ne jouerait pas exactement en sens inverse : le manque de croissance renforce les inégalités, par un mécanisme aussi simple que redoutable, le chômage de masse et de longue durée. Et c’est au passage ce que démontre le même rapport de l’OCDE : l’inégalité nocive est celle des plus pauvres, non par rapport aux plus riches, mais rapport aux classes moyennes.

Lire également : La croissance minée par l’aggravation des inégalités ? Ce que dit vraiment le rapport de l’OCDE quand on prend la peine de le lire jusqu’au bout

Sauf, enfin, que « ce grand retour à l’Egalité » fait l’impasse sur des enjeux capitaux, opportunément oubliés dans la démonstration : celui, par exemple de cette agaçante liberté : Valeur de droite ? Valeur de gauche ? Incertitude insupportable ! Or pas un mot de Manuel Valls sur le conflit lancinant entre égalité et liberté dans nos sociétés démocratiques, la première menaçant d’écraser la seconde sous un « despotisme doux », dont la France d’aujourd’hui pourrait bien être le meilleur exemple historique. A entendre tant de déclarations, punitives, menaçantes ou accusatrices des ministres eux-mêmes ; mais aussi à voir tant de réalités déprimantes, du délire fiscal au si pénible « compte de pénibilité », on ne peut que penser à ces lignes terribles de Tocqueville, dont j’invite le lecteur à méditer chaque mot :

« Au-dessus [des citoyens] s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. II est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. I1 ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. I1 travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre? (…)

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gène, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.

Aussi vrai que glaçant ! « La liberté, voilà l’ennemi ! » : tel serait donc le vrai consensus secret de notre pays ? Tant est forte la tentation liberticide de notre culture politique : au nom de « l’égalité », à gauche ; mais aussi à droite, au nom de « l’ordre » !

Et ce n’est pas la petite hirondelle de la « loi Macron » qui fera le printemps retrouvé de la liberté...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 16/12/2014 - 09:43
Pour conclure brièvement,
c'est tellement plus facile de gérer l'égalitude.
2bout
- 14/12/2014 - 16:03
Totalitarisme et égalitarisme
Pendant des siècles, les religions monothéistes se sont appuyées sur le mythe de l'égalité (accessible dans l'au-delà) pour nous imposer une morale régentant nos sociétés. Puis d'autres hommes ont détourné cette idée à des fins toutes aussi idéologiques, nous faisant croire que cette égalité pourrait devenir le dessein d'un système social abouti. Mais cela reste une illusion, malgré le nivellement organisé par les commissions ministérielles de l'EN, la captation par l'Etat des richesses pour la redistribution et malgré l'uniformisation d'une citoyenneté relayée par les médias subventionnés et donc systématiquement "bien-pensants" : une messe médiatique dont Polony est devenue agent (comme tous ceux de la Fonction Publique de manière générale), niant par exemple la réalité des chiffres, improvisant à l'occasion le rôle de Nabila chez Ruquier ... Pour assurer la cohésion d'un groupe d'individus, il faut établir un cadre et des règles. L'adhésion à un ensemble ordré correspond implicitement à une perte de liberté. Pour imposer l'utopie de l'égalité, on réduira l'individu au modèle adapté, jusqu'à rendre si nécessaire plus liberticide ce système.
vangog
- 14/12/2014 - 12:28
Le paternalisme d'état...voila ce que les gauchistes ont inventé
pour maintenir un peuple dans l'enfance et la soumission! Il est vrai que la droite archaïque ne fait pas mieux, suivant la voie tracée par la gauche, sans avoir aucun courage pour s'en écarter, ni revenir en arrière. Après avoir été trop loin dans ce parcours extrême, qui a écarté toute Liberté et créativité, les gauchistes et la droite archaïque n'ont plus le courage d'avouer leur erreur, et préfèrent continuer, coûte que coûte... Le plus terrible dans cette impuissance conjointe de la droite et de la gauche archaïques, c'est que d'autres pays ont traversé les mêmes errements spirituels, et ont trouvé la solution, eux! Les pays nordiques, qui avaient fait du paternalisme d'état la constante de leur politique, dans les années 80, ont su prendre le virage qui les a mené à l'équilibre. La France et les pays sudistes (à l'exception de l'Espagne qui semble vaincre le Zapaterisme) ne savent pas analyser le parcours des autres pays et donc, n'appliqueront jamais les solutions trouvées: des réformes à la Nordistes, conjuguées avec une relance monétaire à l'anglo-saxonne. La solution est délicate à trouver et elle sera le fruit d'un équilibre des valeurs et du temps.