En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 12 heures 13 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 15 heures 26 sec
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 17 heures 11 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 18 heures 30 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 11 heures 46 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 12 heures 35 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 18 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 18 heures 31 min
Totem et Tabou

Compte pénibilité : la véritable raison pour laquelle le gouvernement devait faire compliqué plutôt que simple

Publié le 07 décembre 2014
C’est entendu, les « vilains patrons » qui protestent à coups de sifflet contre le compte pénibilité sont les même qui ne veulent pas assumer leur « responsabilité » (du pacte du même nom). Comment osent-t-ils donc se rebeller contre une loi si évidemment conforme à la justice sociale… et à la justice constitutionnelle, comme en a jugé notre « Cour suprême » elle-même...
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est entendu, les « vilains patrons » qui protestent à coups de sifflet contre le compte pénibilité sont les même qui ne veulent pas assumer leur « responsabilité » (du pacte du même nom). Comment osent-t-ils donc se rebeller contre une loi si évidemment conforme à la justice sociale… et à la justice constitutionnelle, comme en a jugé notre « Cour suprême » elle-même...

De fait, les arguments du gouvernement semblent forts. Prendre en compte la dureté des métiers pour l’âge de la retraite : quoi de plus légitime ? Poursuivre dans le sens - ce n’est pas si courant - de la majorité précédente qui avait introduit (loi Woerth) le principe de la pénibilité : comment s’en offusquer ? Réduire la différence de traitement entre public et privé, puisque dans le premier secteur les « catégories actives » (sic) ont déjà de grands avantages en matière de retraite : comment mieux servir l’égalité?

Mais voilà : c’est exactement pour ce genre de « bonnes raisons » que l’enfer économique est pavé de bonnes intentions sociales... Davantage, c’est exactement comme cela que l’on manque l’objectif social allégué.

Et cela pour différentes raisons :

1. Le compte de pénibilité envoie un signal exactement contraire à la politique proclamée du gouvernement : la simplification règlementaire.

Car l’effet immédiat de la loi est de rajouter un chapitre à notre code du travail, dont on connaît l’exemplaire concision. Certes, mais affirme la ministre des Affaire Sociales sur RTL, tout cela n’est pas bien compliqué : cocher une case une fois par an sur le bulletin de salaire, ce n’est tout de même pas la mer à boire pour un patron...

A ceci près qu’avec les 4 critères de pénibilité qui entrent en application dès le mois prochain, toute la question pour les patrons va être de savoir quelle case cocher : combien d’entre eux suceront longuement leur stylo avant que d’inscrire la croix fatale ? Pour ne rien dire de ce qui les attend en 2016 lorsque les 10 critères (simplification, puisqu’on vous le dit !) de pénibilité entreront en vigueur : cela risque de faire plus d’une case à cocher !

On reste donc un peu interdit à la lecture du paragraphe de la décision du Conseil Constitutionnel, par lequel celui-ci rejette précisément l’argument d’une trop grande complexité du dispositif :

« Considérant que les dispositions de l'article 7 relatives à la « fiche de prévention des expositions » précisent et complètent un dispositif existant et prévoient qu'un décret doit définir des facteurs de risques professionnels ainsi que des seuils d'exposition aux risques professionnels ; que, pour la mise en œuvre de ces dispositions, il est fait référence aux conditions de pénibilité résultant des facteurs de risques professionnels auxquels le travailleur est exposé, à la période au cours de laquelle cette exposition est survenue ainsi qu'aux mesures de prévention mises en œuvre par l'employeur pour faire disparaître ou réduire l'exposition à ces facteurs durant cette période ; que les dispositions de l'article 7 prévoient également qu'un accord collectif étendu peut caractériser l'exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels au-delà des seuils mentionnés à l'article L. 4161-1 ; que le législateur, en adoptant ces dispositions qui ne sont ni imprécises ni inintelligibles, n'a pas méconnu sa compétence ; que ne sont pas davantage imprécises ou inintelligibles les dispositions de l'article 10 relatif au « compte personnel de prévention de la pénibilité » qui renvoient à la fiche mentionnée ci-dessus ; que le grief tiré de la méconnaissance de l'objectif de valeur constitutionnelle d'accessibilité et d'intelligibilité de la loi doit être écarté. »

Comment en effet faire plus simple ?

2. Le compte pénibilité crée par là même une insécurité juridique supplémentaire dans un pays qui en meurt.

Car, ce qu’on oublie de dire, c’est que les déclarations patronales seront évidemment exposées à contrôle et à contestation. Voilà du pain béni pour l’Inspection du Travail et autres Prudhommes.

Dans une société de défiance généralisée, où tout est matière à mise en demeure et à mise en procès, soyons sûrs que la croix, cochée à tort ou à raison par le patron, deviendra bien vite une autre croix : celle qu’il devra porter.

Il y avait en fait une solution bien plus simple pour répondre à cette aspiration légitime : moduler l’âge du départ en retraite selon la durée d’espérance de vie des différentes catégories de Français : car y a-t-il pire inégalité que celle devant la mort ? Mais il aurait alors fallu admettre et briser pas moins de quatre grands tabous, particulièrement chers à la gauche (mais pas seulement).

1. L’inégalité majeure entre hommes et femmes qui voient ces dernières l’emporter largement (de 5 ans en moyenne) en espérance de vie à la retraite, sur les premiers, non seulement à l’intérieur de toutes les catégories socio-professionnelles, mais de l’une à l’autre. Comment reconnaître ce fait aussi inavouable qu’attesté : une ouvrière vit plus longtemps que son patron, avec 4 ans de retraite en plus.

2. L’inégalité entre public et privé : 3,4 ans en moyenne séparent la durée de vie à la retraite entre les deux secteurs. Certes, on objectera que la loi, uniquement applicable aux contrats privés, pourra en partie corriger ce hiatus. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Conseil Constitutionnel a rejeté le motif d’atteinte à l’égalité des citoyens.

Sauf que les grandes catégories de l’INSEE regroupent désormais salariés du public et du privé selon le niveau de leur emploi : voilà vingt ans que nous n’avons plus de statistiques sur l’espérance de vie des instituteurs, recordmen (et women !) toutes catégories jusque-là… Pur hasard, sans doute.

Mais nous pouvons encore déceler cette inégalité au sein des « professions intermédiaires », où se trouvent instituteurs et professeurs du secondaire, professions très féminisées : or c’est là que l’on trouve le record absolu de longévité à la retraite : 30,6 ans chez les femmes du secteur public. Il nous manque encore la ventilation entre public et privé des bénéficiaires du retour de la retraite à 60 ans pour les carrières longues (première mesure de la Présidence Hollande, ne l’oublions pas). Là encore, pur hasard.

3. Le travail salarié, par définition « exploité » et « aliéné », n’est pour autant pas synonyme de vie abrégée : la catégorie qui a l’espérance de vie la plus faible est en effet celle des inactifs hommes, c’est-à-dire pour l’essentiel des chômeurs de longue durée. Les voilà largement exclus, et pour cause, des avantages du compte pénibilité. Vous avez dit « justice sociale » ? Il est vrai qu’ils sont tout aussi largement exclus de la formation professionnelle…Tout comme les agriculteurs, catégorie également fort mal lotie selon tous les indicateurs.

4. Le compte pénibilité va dans le sens, au nom du « progrès social », d’un abaissement de l’âge de la retraite : c’est-à-dire à contre sens de nos (pauvres) comptes sociaux et de l’exemple réussi de tous nos partenaires. Car c’est la direction exactement inverse qu’il fallait prendre : la hausse progressive, seule tenable à moyen et long terme, de la durée d’activité et d’abord dans le secteur public. Et c’est cette hausse qu’il convenait d’assortir de mesures d’équité, voire d’annuler pour les travailleurs vraiment défavorisés.

Décidément, une politique se comprend et se juge à ses priorités... Avant même que de l’être à ses résultats, si prévisibles.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/12/2014 - 00:59
Le compte pénibilité des Français augmenté dangereusement...
et ils vont bientôt cocher la case "licenciement" de Flamby et sa clique de pieds nickelés mené par l'Hidalgo de prisunic...
Anouman
- 08/12/2014 - 21:05
Pénibilité
Peut-être serait-il intéressant que les gens qui font des travaux pénibles pendant assez longtemps puissent se reclasser dans des travaux moins pénibles pour leur fin de carrière. Ainsi certains emplois publiques pourraient être donnés en priorité à des gens ayant un peu brulé la chandelle, dès lors qu'ils en ont les capacités évidemment, mais pour beaucoup d'emplois ils l'auraient. Peut-être faut-il aussi penser à automatiser ces emplois pénibles quand c'est possible.
Enfin, la pénibilité du travail est-elle la seule cause de différence d'espérance de vie?
kiki08
- 07/12/2014 - 20:36
chaumage
la courbe du chaumage est pas prête de s’inverser .