En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 12 heures 36 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 13 heures 31 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 17 heures 59 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 21 heures 49 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 13 heures 7 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 14 heures 34 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 15 heures 25 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 17 heures 51 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 21 heures 54 min
Totem et Tabou

Compte pénibilité : la véritable raison pour laquelle le gouvernement devait faire compliqué plutôt que simple

Publié le 07 décembre 2014
C’est entendu, les « vilains patrons » qui protestent à coups de sifflet contre le compte pénibilité sont les même qui ne veulent pas assumer leur « responsabilité » (du pacte du même nom). Comment osent-t-ils donc se rebeller contre une loi si évidemment conforme à la justice sociale… et à la justice constitutionnelle, comme en a jugé notre « Cour suprême » elle-même...
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est entendu, les « vilains patrons » qui protestent à coups de sifflet contre le compte pénibilité sont les même qui ne veulent pas assumer leur « responsabilité » (du pacte du même nom). Comment osent-t-ils donc se rebeller contre une loi si évidemment conforme à la justice sociale… et à la justice constitutionnelle, comme en a jugé notre « Cour suprême » elle-même...

De fait, les arguments du gouvernement semblent forts. Prendre en compte la dureté des métiers pour l’âge de la retraite : quoi de plus légitime ? Poursuivre dans le sens - ce n’est pas si courant - de la majorité précédente qui avait introduit (loi Woerth) le principe de la pénibilité : comment s’en offusquer ? Réduire la différence de traitement entre public et privé, puisque dans le premier secteur les « catégories actives » (sic) ont déjà de grands avantages en matière de retraite : comment mieux servir l’égalité?

Mais voilà : c’est exactement pour ce genre de « bonnes raisons » que l’enfer économique est pavé de bonnes intentions sociales... Davantage, c’est exactement comme cela que l’on manque l’objectif social allégué.

Et cela pour différentes raisons :

1. Le compte de pénibilité envoie un signal exactement contraire à la politique proclamée du gouvernement : la simplification règlementaire.

Car l’effet immédiat de la loi est de rajouter un chapitre à notre code du travail, dont on connaît l’exemplaire concision. Certes, mais affirme la ministre des Affaire Sociales sur RTL, tout cela n’est pas bien compliqué : cocher une case une fois par an sur le bulletin de salaire, ce n’est tout de même pas la mer à boire pour un patron...

A ceci près qu’avec les 4 critères de pénibilité qui entrent en application dès le mois prochain, toute la question pour les patrons va être de savoir quelle case cocher : combien d’entre eux suceront longuement leur stylo avant que d’inscrire la croix fatale ? Pour ne rien dire de ce qui les attend en 2016 lorsque les 10 critères (simplification, puisqu’on vous le dit !) de pénibilité entreront en vigueur : cela risque de faire plus d’une case à cocher !

On reste donc un peu interdit à la lecture du paragraphe de la décision du Conseil Constitutionnel, par lequel celui-ci rejette précisément l’argument d’une trop grande complexité du dispositif :

« Considérant que les dispositions de l'article 7 relatives à la « fiche de prévention des expositions » précisent et complètent un dispositif existant et prévoient qu'un décret doit définir des facteurs de risques professionnels ainsi que des seuils d'exposition aux risques professionnels ; que, pour la mise en œuvre de ces dispositions, il est fait référence aux conditions de pénibilité résultant des facteurs de risques professionnels auxquels le travailleur est exposé, à la période au cours de laquelle cette exposition est survenue ainsi qu'aux mesures de prévention mises en œuvre par l'employeur pour faire disparaître ou réduire l'exposition à ces facteurs durant cette période ; que les dispositions de l'article 7 prévoient également qu'un accord collectif étendu peut caractériser l'exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels au-delà des seuils mentionnés à l'article L. 4161-1 ; que le législateur, en adoptant ces dispositions qui ne sont ni imprécises ni inintelligibles, n'a pas méconnu sa compétence ; que ne sont pas davantage imprécises ou inintelligibles les dispositions de l'article 10 relatif au « compte personnel de prévention de la pénibilité » qui renvoient à la fiche mentionnée ci-dessus ; que le grief tiré de la méconnaissance de l'objectif de valeur constitutionnelle d'accessibilité et d'intelligibilité de la loi doit être écarté. »

Comment en effet faire plus simple ?

2. Le compte pénibilité crée par là même une insécurité juridique supplémentaire dans un pays qui en meurt.

Car, ce qu’on oublie de dire, c’est que les déclarations patronales seront évidemment exposées à contrôle et à contestation. Voilà du pain béni pour l’Inspection du Travail et autres Prudhommes.

Dans une société de défiance généralisée, où tout est matière à mise en demeure et à mise en procès, soyons sûrs que la croix, cochée à tort ou à raison par le patron, deviendra bien vite une autre croix : celle qu’il devra porter.

Il y avait en fait une solution bien plus simple pour répondre à cette aspiration légitime : moduler l’âge du départ en retraite selon la durée d’espérance de vie des différentes catégories de Français : car y a-t-il pire inégalité que celle devant la mort ? Mais il aurait alors fallu admettre et briser pas moins de quatre grands tabous, particulièrement chers à la gauche (mais pas seulement).

1. L’inégalité majeure entre hommes et femmes qui voient ces dernières l’emporter largement (de 5 ans en moyenne) en espérance de vie à la retraite, sur les premiers, non seulement à l’intérieur de toutes les catégories socio-professionnelles, mais de l’une à l’autre. Comment reconnaître ce fait aussi inavouable qu’attesté : une ouvrière vit plus longtemps que son patron, avec 4 ans de retraite en plus.

2. L’inégalité entre public et privé : 3,4 ans en moyenne séparent la durée de vie à la retraite entre les deux secteurs. Certes, on objectera que la loi, uniquement applicable aux contrats privés, pourra en partie corriger ce hiatus. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Conseil Constitutionnel a rejeté le motif d’atteinte à l’égalité des citoyens.

Sauf que les grandes catégories de l’INSEE regroupent désormais salariés du public et du privé selon le niveau de leur emploi : voilà vingt ans que nous n’avons plus de statistiques sur l’espérance de vie des instituteurs, recordmen (et women !) toutes catégories jusque-là… Pur hasard, sans doute.

Mais nous pouvons encore déceler cette inégalité au sein des « professions intermédiaires », où se trouvent instituteurs et professeurs du secondaire, professions très féminisées : or c’est là que l’on trouve le record absolu de longévité à la retraite : 30,6 ans chez les femmes du secteur public. Il nous manque encore la ventilation entre public et privé des bénéficiaires du retour de la retraite à 60 ans pour les carrières longues (première mesure de la Présidence Hollande, ne l’oublions pas). Là encore, pur hasard.

3. Le travail salarié, par définition « exploité » et « aliéné », n’est pour autant pas synonyme de vie abrégée : la catégorie qui a l’espérance de vie la plus faible est en effet celle des inactifs hommes, c’est-à-dire pour l’essentiel des chômeurs de longue durée. Les voilà largement exclus, et pour cause, des avantages du compte pénibilité. Vous avez dit « justice sociale » ? Il est vrai qu’ils sont tout aussi largement exclus de la formation professionnelle…Tout comme les agriculteurs, catégorie également fort mal lotie selon tous les indicateurs.

4. Le compte pénibilité va dans le sens, au nom du « progrès social », d’un abaissement de l’âge de la retraite : c’est-à-dire à contre sens de nos (pauvres) comptes sociaux et de l’exemple réussi de tous nos partenaires. Car c’est la direction exactement inverse qu’il fallait prendre : la hausse progressive, seule tenable à moyen et long terme, de la durée d’activité et d’abord dans le secteur public. Et c’est cette hausse qu’il convenait d’assortir de mesures d’équité, voire d’annuler pour les travailleurs vraiment défavorisés.

Décidément, une politique se comprend et se juge à ses priorités... Avant même que de l’être à ses résultats, si prévisibles.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/12/2014 - 00:59
Le compte pénibilité des Français augmenté dangereusement...
et ils vont bientôt cocher la case "licenciement" de Flamby et sa clique de pieds nickelés mené par l'Hidalgo de prisunic...
Anouman
- 08/12/2014 - 21:05
Pénibilité
Peut-être serait-il intéressant que les gens qui font des travaux pénibles pendant assez longtemps puissent se reclasser dans des travaux moins pénibles pour leur fin de carrière. Ainsi certains emplois publiques pourraient être donnés en priorité à des gens ayant un peu brulé la chandelle, dès lors qu'ils en ont les capacités évidemment, mais pour beaucoup d'emplois ils l'auraient. Peut-être faut-il aussi penser à automatiser ces emplois pénibles quand c'est possible.
Enfin, la pénibilité du travail est-elle la seule cause de différence d'espérance de vie?
kiki08
- 07/12/2014 - 20:36
chaumage
la courbe du chaumage est pas prête de s’inverser .