En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 24 min 15 sec
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 3 heures 5 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 6 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 9 heures 41 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 2 heures 46 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 3 heures 51 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 6 heures 23 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 6 heures 45 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 11 heures 19 min
Atlantico Green

Les dangereux effets secondaires des produits chimiques qui aident à préserver la couche d’ozone

Publié le 30 novembre 2014
Certains composés chimiques destructeurs de la couche d’ozone, présents dans des produits utilisés au quotidien, ont été remplacés par d'autres moins nocifs. Or, ces nouveaux produits (tels que les fluides frigorigènes présent dans les réfrigérateurs ou le liquide de refroidissement d'une voiture) sont surtout des gaz à effet de serre néfastes pour le climat.
Patricia Martinerie est chargée de recherche au CNRS au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement de l’université Joseph Fourier à Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Martinerie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Martinerie est chargée de recherche au CNRS au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement de l’université Joseph Fourier à Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains composés chimiques destructeurs de la couche d’ozone, présents dans des produits utilisés au quotidien, ont été remplacés par d'autres moins nocifs. Or, ces nouveaux produits (tels que les fluides frigorigènes présent dans les réfrigérateurs ou le liquide de refroidissement d'une voiture) sont surtout des gaz à effet de serre néfastes pour le climat.

Atlantico : Quels sont les composés chimiques, présents dans des produits d'usage du quotidien, qui ont encore un impact sur la couche d'ozone ? Concernant ceux supposés préserver la couche d'ozone, présent-ils d'autres risques pour l'environnement ?

Patricia Martinerie : Les principaux gaz destructeurs de la couche d’ozone sont les CFC : les chlorofluorocarbures ont été utilisés dans les réfrigérateurs et climatiseurs, dans les bombes aérosol comme les déodorants, la fabrication de mousses.

Depuis 1987, leur utilisation a été progressivement réduite puis interdite par le Protocole de Montréal. Cependant, j’ai participé à une étude qui a montré qu’un CFC : le CFC-113a est encore produit au XXIème siècle. Les Halons, utilisés dans les extincteurs sont aussi proscrits par le Protocole de Montréal.

Ces gaz restent dans l’atmosphère pendant plusieurs décennies avant d’être détruits par les rayons ultra-violets. Ce sont aussi des gaz à effet de serre qui réchauffent l’atmosphère. Leurs substituts de première génération, principalement les HCFC : hydrochlorofluorocarbures détruisent beaucoup moins la couche d’ozone et sont en cours de remplacement par les HFC : hydrofluorocarbures qui ne la détruisent pas. Cependant, les HCFCs et HFCs sont aussi des gaz à effet de serre. Un article scientifique paru cette semaine a montré que deux de ces gaz les plus abondants : le HCFC-22 et le HFC-134a sont émis vers l’atmosphère deux à trois fois plus pendant l’été que pendant l’hiver.

Ceci est probablement dû à leur utilisation dans les réfrigérateurs et climatiseurs, plus sollicités pendant l’été et qui ont des fuites plus importantes quand il fait chaud. Le Protocole de Montréal a permis de limiter le trou d’ozone et il commence à se combler, mais la surveillance des gaz destructeurs d’ozone reste nécessaire. Par exemple, la source des émissions de CFC-113a vers l’atmosphère doit être identifiée, et les émissions de HCFC-22 et de HFC-134a pourraient être réduites par l’utilisation de circuits frigorifiques plus étanches.

Ces composés existent-ils à l'état naturel ou sont-ils le fait des activités humaines ? 

Ces composés,n’existent pas dans l’atmosphère naturelle, ils sont produits uniquement par les activités humaines. Cela a été mis en évidence par leur mesure dans l’air piégé dans les neiges et glaces des régions polaires, qui permettent d’accéder à de l’air ancien.

Les émissions des CFCs ont débuté dans les années 1930, ils ont connu un développement important à partir des années 1950 et ils se sont accumulés dans l’atmosphère. Leur lente destruction par le rayonnement ultra-violet libère les atomes de chlore qu’ils contiennent. Ce sont ces atomes de chlore qui détruisent la couche d’ozone.

Et leurs effets néfastes ne sont découverts que maintenant ?

Le « trou dans la couche d’ozone » a été découvert en 1985. Comme il se produit principalement dans les régions polaires (avant d’être dispersé par les vents) où les observations de l’atmosphère sont rares, il aurait pu être détecté plus tardivement et les conséquences auraient été plus graves.

La cause du trou d’ozone a été identifiée très rapidement et des mesures de replacement des CFCs par des gaz moins nocifs pour la couche d’ozone ont été mises en place dès 1987 avec le protocole de Montréal. Depuis, il a été révisé et ratifié par un nombre croissant de pays. Aujourd’hui, ce sont les substituts des CFCs qui s’accumulent dans l’atmosphère et c’est surtout leur impact sur le réchauffement du climat qui est préoccupant.

L'Agence américaine de protection de l'environnement estime que les composés (type HFC) pourraient représenter l’équivalent de 19% des émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, d'ici 2050 si rien n'est fait. Quels sont les moyens mis en œuvre pour lutter contre la propagation de ces émissions ? 

La mise en place de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique est beaucoup plus difficile que dans le cas du trou d’ozone.  En effet, le principal gaz à effet de serreproduit par l’homme : le dioxyde de carbone (CO2) a des utilisations beaucoup plus étendues que les CFCs, HCFCs et HFCs.

Cependant, l’utilisation croissante des HFCs, en particulier pour la réfrigération et climatisation, pourrait conduire ces gaz à avoir un impact climatique important. Comme ils sont utilisés dans des circuits fermés, il est assez facile de limiter leurs émissions dans l’atmosphère en renforçant l’étanchéité des circuits, et en recyclant les réfrigérateurs et climatiseurs en fin de vie.

Ces mesures sont beaucoup plus faciles à prendre que de stopper les émissions de CO2 vers l’atmosphère lorsqu’on brûle du pétrole pour produire de l’énergie ou dans les moteurs de voiture par exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires