En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

06.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

07.

Libye : cette responsabilité française qu’Emmanuel Macron ne doit pas oublier quelles que soient celles de la Turquie aujourd’hui

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 3 min 2 sec
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 36 min 37 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 3 heures 35 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 16 heures 12 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 17 heures 39 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 20 heures 44 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 15 min 9 sec
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 3 heures 19 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 3 heures 50 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 16 heures 53 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 20 heures 27 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 22 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
L'Atlanti-question du lundi

Les icônes de la pop font-elles avancer ou reculer le féminisme ?

Publié le 17 novembre 2014
Elles affichent haut leurs seins et leurs fesses et se proclament "féministes". Les Beyoncé, Miley Cyrus & Co ont-elles inventé une autre manière de s'affirmer en tant que femme ? Font-elles avancer la cause ? Ont-elles au contraire intégré les codes du sexisme ordinaire ? Nous avons posé la question à l'universitaire Françoise Picq qui a participé au Mouvement de libération des femmes.
Françoise Picq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Picq est universitaire (science politique, université Paris-Dauphine). Elle a participé au mouvement de libération des femmes depuis 1970 et au développement des études féministes. Ses travaux portent notamment sur l'histoire du féminisme....
Voir la bio
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elles affichent haut leurs seins et leurs fesses et se proclament "féministes". Les Beyoncé, Miley Cyrus & Co ont-elles inventé une autre manière de s'affirmer en tant que femme ? Font-elles avancer la cause ? Ont-elles au contraire intégré les codes du sexisme ordinaire ? Nous avons posé la question à l'universitaire Françoise Picq qui a participé au Mouvement de libération des femmes.

Barbara Lambert : Partout, on nous le dit : les nouvelles icônes de la pop – Beyoncé, Miley Cyrus, etc. - feraient avancer le féminisme… Peut-on être star et féministe ? Dans la mesure où une star dépend du regard de l’autre, n’est-ce pas incompatible ?

Françoise Picq : Pas du tout. Rappelez-vous le Manifeste des 343 : des stars de l’époque ont été sollicitées pour signer le manifeste déclarant qu’elles avaient avorté.

>>>>>>>> A lire également : Like a Virgin : de Madonna à Sœur Christina, la chanson qui était tellement révolutionnaire qu’elle en est devenue banale

Il s’agissait de « stars » intellectuelles...

Il y avait aussi beaucoup d’actrices : Catherine Deneuve, Françoise Fabian, Delphine Seyrig évidemment, puisqu’elle était une féministe engagée. Elle était dans le noyau central du mouvement. Il y avait trois personnes importantes : Simone de Beauvoir, Delphine Seyrig et Christiane Rochefort qui ont récolté les signatures des célébrités.

Etre star, cela oblige aussi à « se vendre », ce qui n’est pas forcément très féministe…

Etre star, c’est être effectivement constitué comme objet, par le regard de l’autre. Delphine Seyrig, qui était une star et une féministe engagée, a fait un film sur le sujet : « Sois belle et tais-toi ». Il y était question des stars et de leur rapport à l’image : elle le comparait à la prostitution. Les stars peuvent prendre part au mouvement, mais ne peuvent pas en créer un à elles toutes seules. Au départ du MLF, il y avait un certain nombre de femmes connues. Parmi la dizaine de femmes qui, le 26 août 1970, réalisent la première action du Mouvement de libération des femmes en déposant une gerbe à la femme du soldat inconnu, il y avait deux écrivains stars : Christiane Rochefort et Monique Wittig. Mais elles n’étaient pas seules.

Les Beyoncé et Cie sont des femmes d’affaires, des entreprises à elles toutes seules. Faire de l’argent, est-ce féministe ?

Ce n’est pas féministe, mais ce n’est pas incompatible non plus.

Vous avez un exemple de femme riche ou de femme d’affaires féministe ? Il y avait la créatrice des éditions des femmes, Antoinette Fouque…

Ah non ! Antoinette Fouque n’est pas une femme d’argent qui a promu la cause, c’est une femme qui a fait de l’argent sur la cause. Au départ, elle n’avait pas d’argent du tout.

Mais l’argent, pour y revenir, n’est-ce pas un attribut masculin ? La femme peut-elle s’en emparer pour se libérer ?

Bien sûr. Aux Etats-Unis, Helena Rubinstein, par exemple, a lancé une fondation pour venir en aide aux femmes.

Peut-on se servir de son corps, de ses attributs sexuels, comme le font Beyoncé ou Miley Cyrus, et en même temps promouvoir la cause féministe ?

La contradiction n’est pas interdite. Nous vivons chacune avec nos contradictions. Dans le mouvement féministe, il y a eu, par exemple, des débats pour savoir si on peut être féministe et mariée, ou féministe et hétérosexuelle…

Tout en se disant féministe, Beyoncé est mariée et mère de famille, elle n’oublie jamais de nous le rappeler…

Son féminisme ne l’empêche pas d’être complètement dans les stéréotypes.

Afficher ses seins, ses fesses, se servir de son corps, n’est-ce pas du sexisme inversé ou intégré ?

Cette question a été largement débattue au moment de l’apparition des Femen. Ces jeunes femmes, belles, blondes, qui transforment leurs seins en armes, posent une question très complexe. A l’intérieur du mouvement féministe, il y a toujours eu des oppositions très fortes, entre des femmes très féminines et des femmes qui pensaient que, pour se libérer, il fallait se masculiniser. Au début du XXe siècle, déjà, on trouve deux grandes figures du féminisme qui incarnent cette opposition : d’un côté, Marguerite Durand, qui était une actrice blonde, magnifique, très riche, qui avait fondé le quotidien « La fronde » et, de l’autre, Madeleine Pelletier, qui était la première femme médecin, qui portait les cheveux courts et s’habillait en homme. Elle faisait profession de ne pas avoir de relation avec des hommes, mais elle n’était pas homosexuelle, elle était pour l’abstinence.

Dans un autre genre, aujourd’hui, nous avons Miley Cyrus qui se frotte l’entrejambe comme un homme…

Se frotter l’entrejambe comme un homme et s’habiller en homme, ce n’est pas tout à fait pareil… Il y a des comportements qui ne correspondent pas à l’image que je me fais du féminisme. Mais je reste très ouverte aux différentes façons de l’exprimer (sourire).

Karl Lagerfeld qui fait défiler des mannequins avec des pancartes pour vendre sa nouvelle collection, c’est féministe ?

La mise en scène de manifestations, ça s’est déjà fait dans la couture, ça n’est pas nouveau. Là, on peut parler de récupération.

Pensez-vous que la culture populaire, en l’occurrence la pop, puisse promouvoir la cause féministe de manière plus efficace que l’activisme ou la théorie ?

Plus efficace, sûrement pas. On peut être féministe de manière individuelle, choisir une façon particulière d’exprimer son engagement, comme le fait par exemple Beyoncé. Mais en tant que mouvement social, le féminisme ne peut pas se fonder sur la culture pop. Du point de vue médiatique, cela peut marcher, mais, politiquement parlant, ça n’a pas de sens. Quant au rapport du féminisme à la théorie, il faut rappeler que le point de départ du féminisme, c’est une rupture avec la théorie. Dans les années 70, la théorie marxiste du changement social était prédominante. Or les féministes ont décidé de parler d’elles, de leur vécu, pas de théorie. Aujourd’hui, une partie du mouvement féministe évolue vers la théorie. Je pense à ces jeunes chercheuses qui se rangent du côté du queer et de Judith Butler, qui se consacrent à la théorie de la différence des sexes. D’un autre côté, il y a des femmes qui travaillent sur le terrain, qui, à partir de leur vécu, mènent des actions contre le viol, le harcèlement sexuel, etc.

Et quelle est la place d’une Beyoncé ou d’une Miley Cyrus, dans tout ça ?

Les stars ne sont pas au départ des choses : elles n’interviennent qu’en réaction, a posteriori. Leur place dans la société les oblige à prendre position par rapport à ce qu’elles sentent monter chez les gens. Si, aujourd’hui, les vedettes de la pop mettent en scène le féminisme, c’est qu’elles ont entendu des arguments féministes qui les ont touchées.

Cela veut dire que la question féministe se pose aujourd’hui de manière plus aiguë ?

Plus aiguë qu’il y a dix ou vingt ans, certainement. Nous sommes dans une phase de montée du féminisme. Le féminisme des années 70 s’est essoufflé dans les années 80. Dans les années 2000, une nouvelle génération de féministes est apparue, qui partage certaines des convictions défendues par leurs aînées, mais qui est aussi beaucoup plus diverse, beaucoup plus éclatée. Ces nouvelles féministes ont comme autre particularité d’être beaucoup plus organisées, beaucoup plus réactives, parce qu’elles savent se servir des réseaux sociaux. On l’a bien vu au moment de l’affaire DSK… Les nouvelles icônes de la pop n’ont pas inventé un nouveau féminisme, mais leur action est un écho à la montée d’un nouveau féminisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 18/11/2014 - 11:54
Rondeurs
De toute évidence, ces femmes sont ''anti-féministes'' : elles assument leur corps et recherchent le désir des hommes !