En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Atantico bourse

Qui achète encore des emprunts d’État français (et quelles sont leurs raisons) ?

Publié le 03 novembre 2014
Alors que les taux d'emprunts d’État français devraient monter au vu de l'explosion de la dette du pays, ils baissent : ils étaient à près de 5% en 2008 et s’établissent à 1,18% à fin octobre.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les taux d'emprunts d’État français devraient monter au vu de l'explosion de la dette du pays, ils baissent : ils étaient à près de 5% en 2008 et s’établissent à 1,18% à fin octobre.

En mai 1980, la dette de l’État Français ne représentait que 10% du PIB. En 2014, le passage au-dessus de 100% n’est désormais plus qu’une question de mois. La dette française s’élève désormais à 2023 Mads d’euros, la charge de la dette atteint 45Mads et l’Etat devra trouver 180Mads sur les marchés en 2015.

Les taux devraient donc monter… or, ils baissent : ils étaient à près de 5% en 2008 et s’établissent à 1,18% à fin octobre.

Beaucoup voient une aberration, voire une manipulation dans ce fait.

Qui peut bien acheter à ce prix là ? Et Pourquoi ?

Les particuliers sont absents. Il n’y a plus de "grand emprunt" qui leur soient destinés. Par contre, ils sont indirectement porteurs d’emprunts d'Etats français via leur assurance-vie.

Il n’y a donc plus que des institutionnels : français à 36% et étrangers à 64%.

Les assureurs français et étrangers restent très présents et trouvent dans les obligations d’Etat français un support intéressant : une liquidité parfaite, un rendement longtemps suffisamment rémunérateur et surtout une garantie indispensable pour eux. De plus, les contraintes règlementaires et prudentielles les incitent, ainsi que les banques, à se placer dans des emprunts d’états bien notés, et la France fait encore partie de ce club.

Croissance faible en zone euro, taux courts à 0% et injections massives de liquidités ont largement bénéficié aux emprunts d’Etat français et fait oublier les problèmes spécifiques français.

Enfin et surtout, les banques centrales, les fonds souverains et les fonds de pension du monde entier ont vu leurs réserves croitre fortement ces dernières années et diversifient progressivement avec de la dette d’Etats de la zone Euro. Les 400 principaux "investisseurs publics internationaux" gèrent 29000 Mads de $ (40% du PIB mondial). Ils étaient jusque là essentiellement investis en dettes américaines libellées en dollars.

Même si cela peut choquer et interpeler, cette situation de taux bas en France pourrait donc en partie s’expliquer par un "excès d’épargne mondiale" : surplus d’épargne combiné à l’absence d’opportunités d’investissement productives, entraînant une baisse des taux d’intérêts.

Cette logique implacable tire les taux vers le bas depuis plusieurs années.

Qu’est-ce qui pourrait faire évoluer les choses ?

On peut toujours craindre un scénario catastrophe spécifique à la France mais les enjeux sont tels que l’on voit mal la zone euro laisser la deuxième économie de la zone s’effondrer  après avoir soutenu la Grèce et beaucoup d’autres pays.

Par contre, à un moment ou un autre, on peut s’attendre à ce que la France subisse au moins une pression externe pour rester attractive et continuer à trouver des investisseurs pour financer ses dépenses. Il faut garder à l’esprit que ces investisseurs peuvent investir partout dans le monde…

Plus positif par contre : les grands institutionnels renforce leur poids en action et en actif "réels" : étant donné que les obligations ne rapportent plus rien, il faut investir ailleurs même si c’est plus risqué. Ce mouvement est engagé mais ses effets seront très progressifs. Cela aidera à installer un peu plus fortement la croissance mondiale au-dessus de 3%, ce qui devrait inverser la tendance et pousser les taux plus haut pas seulement en France d’ailleurs.

Que faire ?

Comme les grands investisseurs : alléger le poids des obligations ou au moins ne plus acheter ; en particulier les obligations d’Etat à plus de 7 ans en France. Il n’y a plus rien à gagner !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zeliclic
- 04/11/2014 - 11:04
Qu'adviendra t'il des assureurs ?
Au 31/12/2012 une société comme Aviva Vie présentait une provision pour participation aux excédent de 0,53% et une réserve de capitalisation de 1,32%. Pour info, la sensibilité du portefeuille de l'AFER était de 4,5 au 31/12/2013 (3,7 l'année précédente)...
AlainPitous
- 03/11/2014 - 23:32
Que faire?
Nous sommes d'accords, les épargnants n'ont pas encore réalisé que les placements obligataires vont immanquablement décevoir.
Il faut prendre un minimum de risque pour valoriser un peu son épargne.
2bout
- 03/11/2014 - 18:12
Que faire ?
Proposer des rendements négatifs sur l'épargne, et la rente du capital se convertira en locatif immobilier, avec ses particularités fiscales bien françaises (en surévaluant son coût, payé par le locataire), parce qu'au pays de la charentaise, l'épargnant ne conçoit pas de prendre des risques dans l'investissement productif.