En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 5 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 2 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 33 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 18 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 34 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 7 heures 54 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 21 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 46 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 20 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 30 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 43 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 16 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 15 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 8 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Comment l’Éducation nationale organise la mort de l'école

Publié le 12 septembre 2014
Les débats autour des rythmes scolaires ou l'enseignement des "études de genre" ne font que masquer le véritable problème qui mine l'école française et ses méthodes.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats autour des rythmes scolaires ou l'enseignement des "études de genre" ne font que masquer le véritable problème qui mine l'école française et ses méthodes.

Ce qui est peut être l'aspect le plus frustrant du débat politique français est que, bien trop souvent, le problème n'est pas tant les réponses à poser aux questions que les questions elles-mêmes et les prémisses qui les sous-tendent. Les débats autour de l'Education nationale sont particulièrement symptomatiques.

Prenons le débat autour des rythmes scolaires. Vaut-il mieux avoir cours le mercredi matin ou pas ? Je continue de refuser de répondre à cette question, parce que la prémisse absolument absurde et destructrice est l'idée qu'il puisse y avoir une réponse à cette question qui s'appliquerait également à tous les enfants de France et de Navarre. Le problème de la question n'est pas la réponse - cours le mercredi matin ou pas - mais la prémisse - l'idée que tous les enfants de France doivent rentrer dans le même moule et être éduqués de la même manière.

Une phrase que j'aime beaucoup est “Les débats entre universitaires sont si furieux parce que les enjeux sont si petits.” La phrase est en apparence paradoxale, mais en réalité non : si tout ce que vous avez c'est un quignon de pain, vous vous battrez jusqu'à la mort pour le garder. Si vous avez échoué dans vos ambitions de jeune universitaire d'être un grand intellectuel qui révolutionnera son domaine, tout ce qui vous reste c'est de pouvoir faire des petites contributions dans des journaux lus par trois autres universitaires tout aussi jaloux de leur quignon de pain. De la même manière, de nombreux débats publics semblent refléter un désaccord profond, mais ce désaccord profond cache un accord plus profond encore sur quelque chose que tout le monde sait mais que personne ne peut s'avouer, et qu'on cache donc en inventant des débats.

C'est le cas du débat autour de l'enseignement des “études de genre” à l'école. Faut-il enseigner les études de genre aux petits enfants ? Personne ne semble plus farouchement adverses, avec des visions du monde plus diamétralement opposées, que les partisans et les opposants des études de genre à l'école. Pourtant ils sont en accord fondamental sur le point qui sous-tend le débat : les deux camps sont d'accord pour penser que l'école de la République est capable de transmettre de la culture et transmet de la culture. Les partisans des études de genre sont partisans des études de genre parce qu'ils pensent que si on enseigne les études de genre à l'école, ça changera la manière de vivre et de penser des élèves - ce sur quoi les opposants sont parfaitement d'accord, ce qui est pourquoi ils s'y opposent si furieusement.

Il me semble que l'évidence, que tout le monde sait et que personne ne veut admettre, est que depuis au moins cinq ou six décennies, l'école est en réalité tout à fait incapable de transmettre de la culture, et que quoi qu'on mette au programme, ça ne changera pas fondamentalement la manière de vivre et de penser des élèves. Les élèves aujourd'hui sont bien plus formatés par (par exemple) la télé que par l'école. C'est la réalité que tout le monde sait mais que personne ne veut admettre, parce que personne ne sait comment y répondre, donc on invente des débats pour la nier.

Tous ces débats de pacotille sont des fourmis qui masquent la montagne que tout le monde voit mais dont personne ne veut admettre l'existence : l'école n'enseigne plus et ne transmet plus.

C'est dans le cadre de ces prolégomènes que je voudrais parler de Céline Alvarez. Céline Alvarez est une jeune enseignante. Céline Alvarez est une idéaliste. Céline Alvarez a rejoint l'Education nationale, et a créé une classe avec une méthode pédagogique innovante au sein d'une école de ZEP. Céline Alvarez a donc été contrainte à la démission de l'Education nationale.

Cest ça qui tue l'école, et c'est donc ça dont personne ne veut parler. Le modèle de l'enfant sur lequel les méthodes d'éducation de l'Education nationale reposent (et également de l'enseignement privé sous contrat, obligé de suivre les méthodes de l'Education nationale) est un modèle parfaitement décrédibilisé par tous les travaux scientifiques sérieux. C'est un modèle cartésien, fondé sur la dualité entre corps et esprit, et qui dissocie corps et esprit dans l'apprentissage. C'est un modèle lockéen, qui voit l'enfant comme un “vase vide” qui n'apporte rien et que l'enseignant remplit. C'est enfin et surtout un modèle issu de l'ère industrielle, qui voit les écoles comme des usines, où une matière première indifférenciée entre et est transformée en des produits standardisés.

Historiquement, le concept de sonnerie à l'école a été inventé, explicitement, en imitation de la sonnerie qui annonce le début et la fin des travaux à l'usine. L'idée que les enfants vont de classe en classe cours après cours est issue du concept de travail à la chaîne, ou l'ouvrier (l'enseignant) reste à son poste et le produit (l'enfant) avance à la chaîne.

Ce modèle est un échec complet et nous en voyons les désastres tout autour de nous. Céline Alvarez a fondé sa classe sur la méthode Montessori, qui fait ses preuves depuis un siècle. Maria Montessori, première femme médecin en Italie, appelait sa méthode “la méthode scientifique” : contrairement à toutes les autres méthodes de l'éducation, elle n'est pas fondée sur un modèle abstrait de l'enfant, mais sur une examination scientifique et expérimentale de ce qui permet à l'enfant d'apprendre et de s'épanouir. Et c'est pour ça que la méthode Montessori, qui a commencé avec les enfants les plus pauvres de Rome, fait ses preuves partout où elle est appliquée. Les enfants Montessori lisent plus tôt et sont meilleurs en maths et, ce qui est peut être plus important, sont heureux tous les matins d'aller à l'école.

Mais l'idée qu'il faut expérimenter avec de nouvelles méthodes remet en cause trop de prémisses. C'est pour ça qu'il faut éliminer le plus discrètement possible les Céline Alvarez, et continuer à faire tourner un système qui a montré son échec depuis des décennies.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas V
- 04/10/2014 - 11:24
Volonte politique
Illettrés, aculturés, choix politique : destruction. Préparation de masses sans jobs (assistanat ) abrutis par Tv, consommateurs et "votant bien ". Un lumpen prolétariat à la botte (Allemagne /jobs précaires ) tt baigne ! Elle est pas belle, la vie ? Savoir et culture sont source d'émancipation , d'esprit critique, au moins, alors : que nenni.
artesan
- 13/09/2014 - 17:28
Une analyse à affiner
Le constat de l'échec de l'école en France est, aujourd'hui, de + en + compris et admis. L'Education Nationale est un morceau d'Union Soviétique dans une France où l'idéologie socialiste atteint, mais pour l'heure dans une moindre mesure, l'ensemble du corps économique et social.
Je suis enseignant et je partage en grande partie l'analyse de M. Gobry. Je souhaite juste compléter ici sa réflexion pour dire qu'il faut se méfier des méthodes pédagogiques miracle. Le désastre actuel du système éducatif est lié à son centralisme, à son immobilisme, à son incapacité à mesurer ses résultats réels et à s'adapter. Seule une plus grande autonomie des établissements scolaires pourrait permettre d'améliorer les méthodes de travail et les résultats. Si une telle autonomie leur était donnée, nous verrions fleurir une grande diversité de projets et de méthodes pédagogiques adaptées à la grande diversité des publics d'élèves. Mais pour cela nous devons nous libérer de l'idéologie égalitariste et de la mainmise des syndicats et des corporations qui, dans l'organisation actuelle, dirigent et profitent du système. Il s'agit là d'un enjeu essentiel pour notre pays.
Pirarucu
- 13/09/2014 - 17:13
Ecole parentale
Beaucoup de parents sont déjà passés à l'école parentale. Les enfants lisent et écrivent parfaitement sans avoir à subir des idéalismes philosophiques divers ou des idéologies religieuses. Tout est au choix des parents. Car je rappelle que ce sont NOS enfants, pas les enfants de l'Etat.