En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 4 min 4 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 28 min 32 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 31 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 31 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 37 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 3 heures 55 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 14 min 50 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 41 min 5 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 1 heure 51 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 28 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 8 min
© wikipedia.org
© wikipedia.org
Le Nettoyeur

La France de 1934 peut-elle faire son come-back ?

Publié le 18 juillet 2014
C'est le marasme économique profond et prolongé qui donne l'engrais des révolutions. Comme celle de 1934, la France de 2014 pue la colère et risque fort de ne pas échapper à la règle.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est le marasme économique profond et prolongé qui donne l'engrais des révolutions. Comme celle de 1934, la France de 2014 pue la colère et risque fort de ne pas échapper à la règle.

Cette année est le centième anniversaire de la Grande guerre, la der des der. Nous avons eu droit à des commémorations pendant la célébration du 14 juillet. Et il faut commémorer, se souvenir, se rappeler.

Mais 2014 est aussi l'anniversaire d'une autre date : 1934, cette année où la France a failli sombrer dans le fascisme.

Et il y a eu un goût si amer à voir, dans le même moment, les réjouissances du 14 juillet et l'attaque de la synagogue de la rue de la Roquette, dans ce qu'il est difficile de ne pas voir comme une tentative de pogrom. Avant cela, un cocktail molotov fut lancé sur la synagogue d'Aulnay-sous-Bois et la synagogue de Belleville fut attaquée. Nous sommes en France.

En 2014.

Car pour si nécessaires et louables qu'elles soient, on ne peut s'empêcher de penser que les commémorations de 1914 ont quelque chose de facile : grâce notamment à la construction européenne, les chances de guerre entre la France et l'Allemagne, et a fortiori de guerre pan-européenne, sont aujourd'hui quasi nulles. Depuis 2014, commémorer 1914 c'est se permettre un sentiment de supériorité sur le passé : eux, c'étaient les fous, qui se sont laissés emporter par leur folie meurtrière ; nous, nous sommes les raisonnables, qui ne feront plus leurs erreurs.

Peut-on s'autoriser la même certitude quant à la perspective d'une redite des années 1930 ? C'est, on le sent, bien moins sûr. La France pue de colère sourde, chacun le sait.

Cette chronique est une chronique économique, pas politique, mais ça tombe bien, parce que les révolutions et autres changements brutaux de régimes ont presque toujours des causes économiques. Ce n'est pas la seule cause, mais c'est presque toujours le déclencheur.

1789 a eu lieu après des décennies de stagnation économique de la France, empêtrée dans trop de dette du fait de ses aventures américaines, et la surimposition du Tiers-état - créateurs de la richesse - à cause des privilèges. Ce qui a transformé un mouvement de réforme politique en une révolution populaire qui a, au final, mis le feu à l'Europe entière et au monde, ce n'était pas des idées, c'était la faim du peuple.

Ce qu'on appelle le Printemps arabe est moins dû à Twitter ou Facebook qu'à l'augmentation brutale dans les années précédant cette crise du coût de la nourriture dans ces pays, du fait de la pression sur les prix des matières premières exercée par la croissance des émergents. Le Printemps arabe, c'était surtout un peuple qui pour la première fois avait plus faim que peur.

Evidemment, on ne peut trouver d'explication à la montée du nazisme en Allemagne sans parler de la Grande dépression et de la politique d'austérité monétaire pratiquée à travers le monde dans les années 30, qui a transformé une crise bancaire et une récession temporaires en dépression mondiale.

Les grandes masses populaires, celles qui transforment les réformes en révolutions, ne sont pas des idéologues. Ce sont des gens normaux, qui veulent surtout un emploi et un niveau de vie correct. C'est le marasme économique profond et prolongé qui donne l'engrais des révolutions.

Toute ressemblance avec la situation économique actuelle n'est que coïncidence, bien sûr...

La BCE crée les mêmes conditions d'austérité monétaire qui ont fait le lit d'Hitler, les politiques d'austérité budgétaire imposées de Berlin plombent la croissance et la France n'a jamais fait les réformes de structure qui pourraient enfin abolir les privilèges de notre système de castes économiques.

Que faire, alors? Dans ce genre de conditions, ce qui doit primer, c'est le courage politique, courage des élites de la société pour enfin lire les signes des temps et se montrer à la mesure de l'Histoire.

On est mal parti...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/07/2014 - 00:11
D'accord avec Yeneralobregone!
Gobry a toujours été empêtré dans ses contradictions, incapable de voir que le problème n'ait de ces mêmes contradictions: la peur des réformes qui n'ont pas été faites, soi-disant créatrices d'austérité et la peur d'une austérité qui n'est pas encore là...bouh!
yeneralobregone
- 18/07/2014 - 21:46
j'ai du mal à comprendre la logique de l'auteur
qui dans le mème paragraphe, nous dit que c'est " l'austérité " de la BCE qui est responsable du marasme et que la france n'a jamais eu le courage de faire des vrais réforme. rappelons que cette dernière, précisément, n'est pas capable d'équilibrer un budget depuis 40 ans , il n'y a donc jamais eu d'austérité en france ....
borissm
- 18/07/2014 - 18:17
Excellent article
Article mesuré, juste et pertinent.
Oui, 1914 est facile (d'où son appropriation par nos politiques qui n'ont peur de rien, surtout de ce qui ne présente aucun danger) et 1934 est une horreur, d'autant plus horrible que nous n'avons toujours pas les outils (intellectuels et autres) pour vraiment la comprendre.
Et oui, non seulement nous sommes très mal partis, mais nous sommes encore loin d'être arrivés !