En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 36 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 49 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 26 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 25 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 40 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 4 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 39 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 1 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 1 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 26 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Revue de blogs

Twitter, ennemi politique numéro un : comment contourner la censure

Publié le 25 mars 2014
La Turquie, à la veille des élections municipales du 30 mars, a bloqué Twitter. Le réseau social, devenu le poumon de l'opposition dans de nombreux pays, est l'ennemi politique numéro un.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Turquie, à la veille des élections municipales du 30 mars, a bloqué Twitter. Le réseau social, devenu le poumon de l'opposition dans de nombreux pays, est l'ennemi politique numéro un.

illustration du blog Yolar

Le Premier ministre turc Erdogan, qui n'est pas à une énormité près, a bloqué Twitter pour que des enregistrements et révélations sur des affaires de corruption un peu trop proches ne fassent pas surface, en soulignant bien qu'il se fichait de ce que dirait la communauté internationale.

L'Europe a tonné et même Hollywood a donné de la voix : Mia Farrow, Russel Crowe et d'autres stars se sont indignés sur le même Twitter. Rien n'y a fait : la Turquie a encore renforcé le blocage pour que les tentatives de contournement échouent et songerait même à bloquer Facebook et d'autres réseaux sociaux. Un coup de poing d'autant plus bizarre que, selon le blog d'universitaire L'observatoire de la vie politique turque, "beaucoup de ministres et de collaborateurs du premier ministre sont des utilisateurs assidus de Twitter où ils se sont faits encore remarquer récemment.(...) Depuis l’interdiction de Twitter, des responsables gouvernementaux de premier plan continuent à utiliser le réseau social. Abdullah Gül, le président de la République (turque), l’a fait quant à lui pour dire son désaccord, en affirmant : Comme je l’ai dit plusieurs fois, vu le niveau atteint par les technologies actuelles, il est impossible de bloquer un réseau social international comme Twitter. J’espère que cette affaire ne durera pas." Elle dure. Et le pouvoir turc n'est pas le seul schizophrène .

Caricature publiée sur le site Tekiano

Dans un premier temps, le siège de Twitter a donné publiquement le code informatique DNS permettant de reparamétrer un navigateur et d'échapper à ce blocage et Google a également tendu la main aux Turcs. Des DNS alternatifs ont vite circulé sur les réseaux sociaux. Ils ont été à leur tour bloqués par les FAI (fournisseurs d'accès) turcs, sur ordre du gouvernement. Ne reste plus pour l'heure aux twittos turcs que l'option officielle "Twitter par SMS", peu commode et coûteuse. 

A la suite des éléphants de la cybercensure, la Chine et l'Iran, une multitude de gouvernements, après s'être montré enthousiastes à propos des réseaux sociaux pour leur communication personnelle, montrent les dents contre ce qu'ils ne parviennent plus à juguler : le pouvoir de diffusion mondiale et d'organisation des réseaux sociaux. Tout récemment, le Venezuela a frappé pour tenter de bloquer l'organisation des manifestations populaires. Les pays du Golfe se font une spécialité de la peine de prison lourde pour un unique tweet. Le Mexique se durcit, au nom de la "sécurité nationale". La Russie, en mode belliqueux dans le monde réel, l'est également dans le cybermonde. Hackers, arrestations, piratages, capture de mots de passe sont devenus le lot quotidien des internautes un peu trop bavards et repérables sur le territoire national. 

L'oppression a cependant provoqué une réaction technologique pour contourner la censure. 

Le vétéran des outils d'anonymisation et de contournement de la cyber-censure, TOR, est pris d'assaut, même si le téléchargement n'est pas toujours simple depuis les pays à qui il est utile. Un graphique montre l'explosion des téléchargements et utilisations du logiciel depuis la Turquie.

Rojbas donne également la marche à suivre pour utiliser un VPN (Virtual private network), un réseau crypté très utilisé dans tous les pays censurés.

BRG signale le lancement d'une alternative parmi d'autres, Twister, créée d'abord pour échapper au contrôle de la NSA aux Etats-Unis mais qui pourrait être comme d'autres un QG de résistance. Il permet un échange de pair à pair sur un réseau crypté avec la plateforme Bitcoin comme ombrelle protectrice et anonyme.

Gliph propose également une option de tchat crypté et d'adresses mail "jetables" pour augmenter la sécurité. 

La tendance étant aux messageries sur mobile de style Whatsapp, la tendance "sécurité" et "confidentialité" a aussi ses spécialistes sur ce front, comme Text Secure. 

Mais jusqu'à quel point ces réseaux sont-ils vraiment sûrs ? Un blog du New York Times se pose la question. Difficile en tout cas d'y retrouver le même pouvoir de diffusion que sur Twitter.

 

 




Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
34groutcho
- 25/03/2014 - 11:37
Que dire ?
Que dire d'une personne que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam qui voulait sur face de bouc me compter parmi ses "amis" pour, enfin, totaliser plus de 1000 contacts "Ami". Je lui ai répondu qu'il n'y avait aucune pour que, simplement, nous nous rencontrions. Qu'elle ne savait pas une broquille de renseignement sur moi et moi ? sur cette personne sans doute très bien, au demeurant. Ce que je ne saurais jamais. Ceci pour dire que mes amis (les vrais et ils sont suffisamment nombreux pour m'avoir offert un voyage magnifique en cargo) ne passent pas leur temps à m'espionner. Ce que font ces sites dits "de rencontre". Mais je ne veux rencontrer personne. Aussi je fais tout pour tenter de m'enlever de ces bidules qui ne servent qu'à se prétendre utiles. Mais, en fait veulent tout savoir de vous, consommation et autres habitudes.
Sniper
- 25/03/2014 - 10:44
Uitlisez
un DNS allemand:85-214-20-141 et le tour est joué
anakyn
- 25/03/2014 - 10:03
Et dire
que certains, à l'UMPSEELV, veulent que la Turquie entre dans l'UE.
Et dire que les contribuables européens (malgré eux) versent quelques 350 millions d'euro à la Turquie pour (dixit les eurocrates) "l'aider à son développement économique"
Et dire qu'un pays qui se dit garant des libertés individuelles et religieuses (les USA pour ne pas les citer) cautionne les agissements de Erdogan