En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Nouvelle réaction

Rupture Hollande-Trierweiler : Marine Le Pen critique la "répudiation"

Publié le 27 janvier 2014
La présidente du Front national y voit une raison de s'interroger sur le personnage du chef de l'Etat.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente du Front national y voit une raison de s'interroger sur le personnage du chef de l'Etat.

Tout a déjà été dit ou écrit sur la séparation entre François Hollande et Valérie Trierweiler. Tout ? Pas encore. En effet, Marine Le Pen ne s'était pas toujours exprimée sur le sujet. C'est désormais chose faite depuis ce dimanche. En effet, la présidente du Front national s'est montrée très critique à ce sujet, qualifiant cette rupture de "répudiation" de Valérie Trierweiler par François Hollande.

"On peut être frappés par la brutalité avec laquelle Mme Trierweiler a été répudiée, la méthode utilisée, qui finit d'ailleurs par engendrer de la sympathie à son égard", a affirmé Marine Le Pen lors d'une conférence de presse."On en apprend un peu plus sur l'homme. Il est beaucoup moins bonhomme, beaucoup plus brutal, beaucoup moins imprégné des valeurs de courtoisie française que certains ne le pensent", a poursuivi la présidente du parti d'extrême droite.

Interrogée sur la nécessité d'un statut de conjoint du chef de l'Etat, elle a déclaré que c'était "un statut envisageable lorsqu'il y a un lien juridique". "Quand il n'y a pas de lien juridique, il n'y a aucune raison qu'un conjoint s'installe à l'Elysée et puisse avoir des moyens payés par les Français", a encore estimé Marine Le Pen. 

De son côté, l'ancienne compagne de François Hollande est arrivée dans la nuit de dimanche à lundi à Bombay en Inde pour un voyage humanitaire. Valérie Trierweiler doit visiter lundi un hôpital, assister à une séance de formation du personnel médical, puis à un déjeuner de levée de fonds avec des femmes de chefs d'entreprises locaux. Un dîner de charité est prévu à l'hôtel Taj Mahal. "Compte tenu de la présence importante de médias, les choses étaient plus compliquées à gérer, ce qui nous a obligés à revoir l'organisation", a cependant expliqué la porte-parole de l'ONG ACF avant son départ. Selon son entourage, Valérie Trierweiler reste "en bons termes" avec François Hollande.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires