En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Justice

Michel Neyret : l'ex-super flic de Lyon comparaît devant le conseil de discipline

Publié le 04 septembre 2012
L'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon a été mis en examen dans une affaire de trafic d'influence et de stupéfiants.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon a été mis en examen dans une affaire de trafic d'influence et de stupéfiants.

L'affaire Michel Neyret se poursuit. L'ancien numéro 2 de la police judiciaire (PJ) de Lyon comparaît en effet ce mardi à Paris devant le conseil de discipline de la police, composé à parts égales d'une trentaine de membres issus de l'administration et des organisations syndicales. L'ex-super flic a été mis en examen dans une affaire de trafic d'influence et de stupéfiants. Michel Neyret, qui risque révocation sans droit à la retraite pour une "série de faits" et de "manquements" comme la violation du secret professionnel selon une source policière, se présentera donc ce mardi vers 15 heures devant l'instance disciplinaire rue Nélaton dans le XVe arrondissement de la capitale. L'un de ses avocats, Yves Sauvayre, a confirmé ce qu'indiquaient des sources policières, notamment qu'on reproche à Michel Neyret une "cascade" de faits "en rapport" avec ses démêlés judiciaires.

Michel Neyret, qui a été mis en examen le 3 octobre 2011, a concédé des "imprudences", en acceptant notamment des cadeaux et faveurs en échange de renseignements comme des fiches de police, mais a toujours nié un quelconque enrichissement personnel.

Après avoir été mis en examen en octobre 2011 pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs mais aussi trafic de stupéfiants, Michel Neyret avait été remis en liberté en mai après huit mois de détention provisoire.

Lors de l'audience, l'ancien numéro 2 de la PJ devrait être accompagné de quatre anciens patrons de la PJ – Michel Richardot, Christian Jalby, Gérard Girel et Bernard Trenque - présents pour prendre sa défense.  

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Comme Richard Ferrand, nous appelons à un « sursaut collectif contre la violence ». Oui, mais contre toutes les violences !

06.

Pourquoi le ralentissement économique occidental n'a que peu de liens avec la guerre commerciale sino-américaine

07.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decrauze
- 04/09/2012 - 16:17
L’antienne de Neyret
"Flic à l’ancienne" : voilà l’extrême onction appliquée à Neyret par une partie du gratin de la police judiciaire. Est-ce vraiment cela que la justice lui reproche ? N’y a-t-il pas une tendance à rajouter ce label, qui sent bon l’Audiard mis en son et en gestes par les Gabin et Ventura, sur une dérive délinquante de la pratique du métier ? C’est vrai que l’homme semble sympathique, convivial, choisissant même de rester à Lyon plutôt que de chercher les promotions lointaines, mais on peut justement se demander s’il n’avait pas intérêt à rester dans la capitale des Gaules pour faire fructifier son capital clandestin. Pour les vrais atouts de Lyon : http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Lyon
ghislfa
- 04/09/2012 - 09:39
L'intéressé
n'est sûrement pas tout blanc mais l'opération ressemble un peu à un règlement de compte.
D'autres poulets ayant fait bien autre chose s'en sont tirés.