En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
"Pas d'ennemi intérieur"
Marseille : Manuel Valls refuse catégoriquement d'envoyer l'armée
Publié le 30 août 2012
Le ministre de l'Intérieur a désavoué la sénatrice socialiste Samia Ghali qui avait demandé l'intervention de l'armée pour lutter contre les trafics.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Intérieur a désavoué la sénatrice socialiste Samia Ghali qui avait demandé l'intervention de l'armée pour lutter contre les trafics.

Manuel Valls a tranché : pas question de faire appel à l'armée pour ramener le calme dans la ville de Marseille. La sénatrice-maire PS Samia Ghali avait demandé de recourir à une présence militaire pour enrayer les règlements de comptes et les trafics qui troublent la ville de Marseille. Deux nouvelles fusillades ont en effet fait deux morts en moins d'une semaine dans la cité phocéenne.

Mais le ministre de l'Intérieur, s'est opposé ce jeudi à toute idée d'intervention militaire : "Il est hors de question que l'armée puisse répondre à ces drames et à ces crimes. Il n'y a pas d'ennemi intérieur" à Marseille, a-t-il affirmé devant plusieurs journalistes, ajoutant qu'il préférait "une réponse globale, en profondeur et particulièrement forte" contre la criminalité. «L'armée n'a pas sa place dans ces quartiers», a assuré le ministre. Le premier ministre a annoncé un comité interministériel sur le sujet le 6 septembre.

Cependant, pas question pour Manuel Valls d'ignorer le problème : "je comprends l’appel au secours des élus de cette ville", qui "a été d’une certaine manière laissée à l’abandon», a remarqué le ministre. Marseille est «une priorité qui mérite une réponse dans tous les aspects» parce que «cette ville, la deuxième ville de France, a besoin du soutien et de la protection de l’Etat», a-t-il affirmé.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 31/08/2012 - 08:41
Il n'a rien compris ....
"Il n'y a pas d'ennemi intérieur" à Marseille, a affirmé VALLS !!!
Aliénordaquitaine
- 30/08/2012 - 20:57
Qu'ils se tuent entre eux!
Et en attendant ce n'est certainement pas la Police qui va faire la loi, sinon ça se saurait...
BOUM
- 30/08/2012 - 20:00
L'arroseur arrosé...
1/ Certes, cela n'appartient pas aux missions normales de l'armée de terre (on ne parle pas des aviateurs ou des marins, ce sont avant tout des techniciens).
2/ Cependant, cas d'évènements graves (état d'urgence) et sur ordre du pouvoir républicain l'armée pourrait très bien être déployée (sur réquisition elle soutient parfois les forces de l'ordre dans les enquêtes ou dans le cadre de Vigipirate).
3/ Mais avant tout il revient aux fonctionnaires de Police (dont les effectifs sont tout de même pléthoriques comparativement à ceux de l'armée de terre!) et à leurs camarades syndicalistes de la Justice de faire ce pourquoi ils sont payés: traquer les méchants et assurer la sécurité publique (et non la paix sociale).
C'est bien cela qui rend ombrageux Mr VALLS. A travers ces déclarations locales, c'est lui qu'on villipende. Et oui la réalité ne se gave pas de mots, elle.