En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 15 min 4 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 50 min 4 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 1 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 55 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 28 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 38 min 21 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 4 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 26 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 14 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 7 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 43 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 23 heures 12 min
© Francois Mori / POOL / AFP
© Francois Mori / POOL / AFP
Hommage national

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

Publié le 21 octobre 2020
Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage au professeur d’histoire Samuel Paty, assassiné lors de l’attentat à Conflans-Sainte-Honorine. L’hommage national s’est déroulé à la Sorbonne. 400 personnes, dont une centaine d’élèves d’Ile-de-France, étaient présents.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage au professeur d’histoire Samuel Paty, assassiné lors de l’attentat à Conflans-Sainte-Honorine. L’hommage national s’est déroulé à la Sorbonne. 400 personnes, dont une centaine d’élèves d’Ile-de-France, étaient présents.

La Légion d’honneur a été décernée par Emmanuel Macron à titre posthume à Samuel Paty, l’enseignant assassiné lors de l’attentat commis à Conflans-Sainte-Honorine, dans le cadre d’un hommage national rendu ce mercredi dans la cour de la Sorbonne.

Samuel Paty était âgé de 47 ans. Il a été décapité vendredi près du collège du Bois-d’Aulne où il enseignait, par un réfugié d’origine tchétchène de 18 ans, pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

Plusieurs textes ont été lus lors de cette cérémonie d’hommage ce mercredi. Le président de la République a pris la parole afin de rendre hommage au professeur assassiné.

Emmanuel Macron a commencé son discours en hommage à Samuel Paty, en précisant qu'il se refuse à parler des terroristes dans le cadre de cette cérémonie particulière :

"Ce soir, je ne parlerai pas du cortège de terroristes, de leurs complices et de tous les lâches qui ont commis et rendu possible cet attentat. Je ne parlerai pas de ceux qui ont livré son nom aux barbares. Ils ne le méritent pas. Ce soir, je veux parler de votre fils. Je veux parler de votre frère, de votre oncle, de celui que vous avez aimé, de ton père. Ce soir, je veux parler de votre collègue, de votre professeur, tombé parce qu'il avait fait le choix d'enseigner, assassiné parce qu'il avait décidé d'apprendre à ses élèves à devenir citoyens".

Le chef de l’Etat a évoqué les passions et le goût de la transmission de Samuel Paty :

"Samuel Paty aimait les livres, le savoir plus que tout. Son appartement était une bibliothèque. Ses plus beaux cadeaux étaient des livres pour apprendre. Il aimait les livres pour transmettre à ses élèves comme à ses proches la passion de la connaissance, le goût de la liberté. Ne pouvait-on trouver meilleur endroit que la Sorbonne, notre lieu de savoir universel depuis plus de huit siècles, le lieu de l'humanisme, pour que la nation puisse lui rende cet hommage ?".

Le chef de l’Etat a rendu hommage au professeur qu’était Samuel Paty :

"Nous avons tous, ancré dans nos cœurs, dans nos mémoires le souvenir d'un professeur qui a changé le cours de notre existence. Vous savez, cet instituteur qui nous a appris à lire, à compter, à nous faire confiance. Cet enseignant qui ne nous a pas seulement transmis un savoir, mais nous a ouvert un chemin. Samuel Paty était de ceux-là, de ses professeurs que l'on n'oublie pas, de ces passionnés capables de passer des nuits à apprendre l'histoire, un professeur qui se remettait mille fois en question, comme pour un cours sur la liberté d'expression et la liberté de conscience qu'il préparait depuis juillet. Samuel Paty incarnait au fond le professeur dont rêvait Jaurès, dans cette lettre aux instituteurs qui vient d'être lue : la fermeté unie à la tendresse, celui qui montre la grandeur de la pensée, enseigne le respect".

Emmanuel Macron a défendu et salué la mission qui animait Samuel Paty :

"Faire des républicains, c'était le combat de Samuel Paty. Et c'est cette tâche, aujourd'hui, qui peut paraître titanesque, notamment là où la violence, l'intimidation, parfois la résignation, prennent le dessus. Elle est plus essentielle, plus actuelle que jamais. Ici, en France, nous aimons notre nation, sa géographie, ses paysages et son histoire. (…) Alors oui, dans chaque école, chaque collège, dans chaque lycée, nous redonneront aux professeurs le pouvoir de faire des républicains".

Emmanuel Macron a tenu à défendre et à rassurer les enseignants :

"Nous les protégerons autant qu'il le faudra, dans l'école comme hors de l'école. (…) Alors, pourquoi Samuel Paty fut-il tué ? Vendredi soir, j'ai cru à la folie aléatoire, à l'arbitraire absurde. Une victime de plus du terrorisme gratuit. Après tout, il n'était pas la cible principale. Il n'était pas l'ennemi de la religion dont ils se servent. Il avait lu le Coran et respectait ses élèves, quel que soit leur croyance. Il s'intéressait à la civilisation musulmane. Non, tout au contraire, Samuel Paty fut tué précisément pour tout cela, parce qu'il incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe. Samuel Paty fut tué parce que les islamistes veulent notre futur et qu'ils savent qu'avec des héros tranquilles comme lui, ils ne l'auront jamais".

Le président a tenu à défendre les valeurs de la République en rendant hommage à Samuel Paty :

"Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République, de notre volonté de briser les terroristes. Nous défendrons la liberté que vous enseignez si bien et nous porterons haut la laïcité. Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins. Nous rappellerons que nos libertés ne tiennent que par la fin de la haine et de la violence, par le respect de l'autre. Nous continuerons ce combat pour la liberté et pour la raison, dont vous êtes désormais le visage, parce que nous vous le devons. Parce qu'en France, professeur, les Lumières ne s'éteignent jamais".

Vu sur : Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 22/10/2020 - 10:39
Qu'il se taise
Ce discours, un étalage d'hypocrisie, est une insulte à la mémoire de ce professeur assassiné par un barbare islamique.
Une insulte à tous les français de coeur victimes à des dégrés divers de ce racisme anti blancs qui progresse sous le regard bienveillant des médias, de la justice et de la gauche de "progrès".
Taisez vous scélérat.
Nicolas59
- 22/10/2020 - 08:55
Hypocrisie
Les progressistes considèrent que la France c’est du passé. Pour eux c’est une région , un territoire de l’Europe qui est leur seul crédo.
L'économie et la marchandisation de tout est l’alpha et l’omega des progressistes, Macron en tête.
Augmenter la taille de la population à tout prix et la surface de lUnion Européenne est le seul objectif. Tout le reste est du détail ou pire du mal nécessaire pour eux.
Une démographie en hausse a tout prix et des territoires en plus quitte a avoir des massacres et des guerres n’est pas un obstacle pour les oligarques Europeistes et globalistes. Le gouvernement mondial est a ce prix et pour eux c’est le sens de l'histoire donc silence dans les rangs.
Nicolas59
- 22/10/2020 - 08:46
Toujours pas clair
Macron a des difficultés à revenir sur son idéologie même en tenant des discours éplorés. Il faut rappeler son crédo et celui de ses soutiens avant d’y croire.
La France c’est un idée ( Hollande) .
Il n’y a pas de culture Française ( Macron)
La colonisation de l'Algérie était un crime contre l'humanité (Macron) pour mémoire cette notion date de 1946 en face de l’extermination de plusieurs millions de juifs dans les camps de la mort. La France se serait rendu coupable de ce type de massacre en Algérie. Pourrait on visiter les camps de la mort en Algérie. Peut être Monsieur Stora pourrait nous les montrer ?
La notion de patriotisme européen (pas français c’est du nationalisme) Macron
On peut craindre que tout cela soit de l’enfumage pour calmer le jeu. Macron a l'hôpital public sur le dos, la police qui bafouille, il ne manquerai plus que l'éducation nationale entre aussi en dissidence.
Avec la crainte des conséquences du Covid sur l'économie et la crise énorme qui vient’ Macron devrait faire stationner un hélicoptère pour filer si c cela tourne au vinaigre.