En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Justice

Ouverture du procès de Bernard Tapie dans le cadre de l'arbitrage

Publié le 11 mars 2019
L'homme d'affaires Bernard Tapie a de nouveau rendez-vous avec la justice ce lundi 11 mars dans le cadre de l'arbitrage qui lui avait accordé plus de 400 millions d'euros. Six prévenus sont convoqués devant la 11e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'homme d'affaires Bernard Tapie a de nouveau rendez-vous avec la justice ce lundi 11 mars dans le cadre de l'arbitrage qui lui avait accordé plus de 400 millions d'euros. Six prévenus sont convoqués devant la 11e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

Près de dix ans après l'arbitrage pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais, Bernard Tapie est jugé à partir de ce lundi 11 mars devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est accusé "d'escroquerie" et de "détournement de fonds" notamment.

Bernard Tapie s'est confié à la rédaction de RTL ce lundi 11 mars. 

"Je suis dans l'état d'esprit de quelqu'un qui va enfin rétablir un certain nombre de vérités. Ce n'est pas le plus beau jour de ma vie, mais c'est un jour indispensable".

Bernard Tapie souhaite profiter du procès pour défendre son honneur et pour donner sa version des faits : 

"On va apporter toutes les pièces qui étaient dans le dossier et que l’instruction n’a pas souhaité sortir. On va tout mettre sur la table. Et la justice décidera (...) J’ai plein de défauts, on n’a pas fait que des choses bien, mais atteindre mon honneur sur ce point-là, ça me dégoûte car j’ai toujours été allergique à ça".

Bernard Tapie a décidé d'arrêter son traitement médical le temps du procès. Il est atteint d'un cancer du pancréas. L'homme d'affaire est "toujours optimiste". Bernard Tapie est jugé aux côtés du patron d'Orange, Stéphane Richard et de quatre autres prévenus dans l'affaire de l'arbitrage annulé. Au total, quatre semaines d'audience sont prévues jusqu'au 5 avril. 

Après plus de cinq ans d'instruction, les juges Claire Thépaut et Serge Tournaire ont décidé de renvoyer six personnes devant le tribunal correctionnel : Bernard Tapie, Maurice Lantourne (son avocat), Stéphane Richard (PDG d'Orange et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances, au moment des faits), Pierre Estoup (ancien président de la cour d'appel de Versailles), Jean-François Rocchi (ancien président du Consortium de réalisation) et Bernard Scemama (ancien président de l'Etablissement public de financement et de restructuration). 

L'arbitrage a été annulé au civil pour "fraude" et Bernard Tapie a été condamné définitivement en mai 2017 à rembourser les sommes perçues. 

Le volet pénal de cette affaire s'ouvre donc en ce lundi 11 mars 2019. Bernard Tapie et les autres prévenus vont comparaître pour "complicité de détournement de fonds publics" et pour "escroquerie", soit en tant qu'auteurs, soit en tant que complices. Les juges d'instruction les soupçonnent de manœuvres frauduleuses (dont des démarches auprès de Nicolas Sarkozy) au profit de Bernard Tapie. Ils encourent jusqu'à dix ans de prison.

Vu sur : RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/03/2019 - 21:06
Tapie
Et la dinde à l'origine de cet arbitrage est tranquillement au FMI et continue à dire (car elle ne fait plus grand chose) n'importe quoi.
moneo
- 11/03/2019 - 15:42
justice à l'américaine?
si la justice ne peut prouver la culpabilité pénale de Tapie on aura une justice civile l'ayant condamnée définitivement sur une base non établie...ça rappellent affaire pénale américaine ayant fait grand bruit du côte de Los Angelés il y a une vingtaine d'années