En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Rebondissement judiciaire
Alexandre Benalla placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur ses passeports diplomatiques
Publié le 17 janvier 2019
L'ancien chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla est en garde à vue. L'enquête a été étendue aux infractions de "faux" et "usage de faux" à la suite d'un signalement de la présidence de la République.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla est en garde à vue. L'enquête a été étendue aux infractions de "faux" et "usage de faux" à la suite d'un signalement de la présidence de la République.

Nouveau rebondissement judiciaire dans l'affaire Benalla. Au lendemain de la reprise des auditions au Sénat de Patrick Strzoda, de Christophe Castaner et de Jean-Yves Le Drian, l'ancien chargé de mission de l'Elysée est au cœur d'une nouvelle enquête. 

Selon des informations du Parisien, Alexandre Benalla a été placé en garde à vue, ce jeudi 17 janvier, dans le cadre de l'enquête sur ses passeports diplomatiques, utilisés après son licenciement de l'Elysée. Cette enquête a été confiée à la Brigade de répression de délinquance à la personne (BRDP). Elle avait été initialement ouverte le 29 décembre dernier pour abus de confiance, usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle et exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice de la fonction publique. 

L'enquête a été étendue le 16 janvier dernier aux infractions de faux, usage de faux et obtention indue d'un document administratif.

Dans le cadre des nouvelles auditions cette semaine au Sénat, Patrick Strzoda, directeur de cabinet du chef de l'Etat, a évoqué une possible falsification de document de la part d'Alexandre Benalla afin de pouvoir obtenir un passeport de service. Il avait indiqué avoir saisi la justice. 

Alexandre Benalla aurait utilisé son passeport une vingtaine de fois pour des voyages en Afrique selon les dernières révélations des récentes auditions. 

Vincent Crase et Alexandre Benalla doivent être auditionnés lundi prochain par la commission d'enquête sénatoriale.  

 

Vu sur : Le Parisien
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 18/01/2019 - 10:07
la question :
va-t-il balancer ? ( Il semble coriace ) . Va-t-on avoir la satisfaction de constater que la Justice est finalement impartiale, que la police fait son travail,, ainsi que la presse. Va -t-on savoir, ou bien est-ce que ce sera encore "on nous cache tout, on nous dit rien" ?
J'accuse
- 18/01/2019 - 09:38
Macron sacrifie un bouc (-émissaire)
"On" s'efforce de tout rejeter sur Benalla pour protéger Macron: s'il a pu détenir et utiliser des passeports, c'est obligatoirement avec l'accord de l’Élysée, du président en personne.
Le sort de cet individu n'intéresse personne: c'est ce que le président a fait et pourquoi qui concerne les citoyens.
La macronie veut en rester à "l'affaire Benalla", et la presse évite soigneusement de parler de BenallaGate ou d'affaire Macron-Benalla, alors qu'elle avait immédiatement qualifié les soupçons sur la femme de Fillon de PenelopeGate...
Les relations de Macron avec Benalla, que l'on occulte soigneusement, et celles de celui-ci avec des personnages plus que louches, sont une affaire d’État: non pas parce que Macron aime les hommes bien musclés, mais parce que le rôle de Benalla est contraire aux lois, à la demande du président de la République.
Bérurier74
- 17/01/2019 - 20:40
Garde à vue ? Suite.
C'est pas de bol, en fait.

Si Benalla est mis en examen, il risque une détention provisoire. Mais s'il est en taule, pour l'entendre le 21, et en tous cas avant le 24, ça va être coton. Dommage car la Commission du Sénat faisait honnêtement son travail, contrairement à la Commission de l'assemblée nationale, "présidée " par la honteuse Braun-Pivet.

En plus, Alex va avoir le temps de se calmer...

Mais je suppose que dans ces conditions, il doit y avoir moyen de prolonger la durée de la mission de la Commission Sénatoriale...

Nous sommes devenus une république bananière.