En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Thomas SAMSON / POOL / AFP
Vive la France, vive la République !
Allocution : Emmanuel Macron affirme vouloir maintenir le cap mais change de style
Publié le 16 octobre 2018
Dans une allocution enregistrée et diffusée sur les télévisions ce soir du 16 octobre, le Président a tenu à se présenter sous un nouveau visage, celui d'un Président concerné par les difficultés que connaissent la France et l'Europe.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une allocution enregistrée et diffusée sur les télévisions ce soir du 16 octobre, le Président a tenu à se présenter sous un nouveau visage, celui d'un Président concerné par les difficultés que connaissent la France et l'Europe.
 

Le Président de la République a diffusé sur les principales chaînes un message destiné aux Français. L'allucution est pré-enregistrée, au soir d'une journée marquée par un remaniement ministériel remarqué et commenté. Au moment de la diffusion, le Président est en fait à l'inauguration d'une exposition à l'Institut du Monde Arabe. 

L'allocution aura duré environ 13 minutes, et dénote par rapport aux autres interventions. Et ce dès le départ : une caméra montre le président assis devant une table, dos à une fenêtre de l'Elysée avec à sa gauche, accroché sur un mur, un tableau aux couleurs de la Nation. Sur celui-ci, on distingue la devise "Liberté, Egalité, Fraternité". Un effet de zoom recentre rapidement l'image sur le Président qui a déjà commencé à parler, mais le recentrage ne se fait pas totalement, de sorte qu'il est légèrement décalé sur la droite. S'agit-il de mettre en scène une forme de pas de côté ? De la même façon, devant lui, des feuilles de papier, raturées, ont été préférées au prompteur. Une scénographie qui voulait, peut-être, signifier que le Président était désormais prêt à revoir personnellement sa copie et à changer de style. C'est en tout cas ce que son discours semble sous-entendre : "je sais que cela exige de ma part et de la part de mon gouvernement plus d'écoute". 

Ses premiers mots sont pour les victimes des inondations de l'Aude, et sont prononcés avec beaucoup de solennité. Le reste du discours reste tout aussi grave, comme marqué par la pesanteur de temps qu'il juge "difficiles". Il y a d'ailleurs dans son allocution quelque chose comme un mea culpa : "Je sais que j'ai pu déranger ou choquer certains". Il fait référence aux affaires récentes, les rejetant comme des "mœurs anciennes", mais reconnaît qu'elles ont marqué les Français : "je sais toutes les blessures de notre vieux pays, ses doutes, ses peurs, ses colères aussi." Macron affirme comprendre l'"impatience" des Français, et déclare la partager, mais défend son gouvernement qui respecte les lenteurs des "institutions", lenteur nécessaire en démocratie, juge-t-il. 

Face à ces difficultés, pas un mot sur le remaniement : il n'y fait qu'allusion en déclarant que ce qu'il va mener ne sera "ni un tournant, ni un changement de cap". Emmanuel Macron a affirmé qu'il gardait comme seule boussole la "confiance" que lui avaient accordé les Français en 2017, et d'autre part à voulu défendre son bilan, considérant que son gouvernement s'était attaqué à la "racine des problèmes". 

Si son discours ne s'est pas tellement attaché aux mesures que compte défendre le gouvernement devant le pouvoir législatif prochainement, il a annoncé des "décisions vigoureuses", que ce soit sur les retraites (plus "égalitaires"), ou encore quand il a appelé à "une autre organisation des religions".

A quelques mois des élections européennes, le Président a enfin tenu à défendre une France forte au sein de l'Europe au moment où l'"Europe cède aux nationalismes" : "nous ne sommes plus au moment où l'on parlait de la fin de l'histoire." Face à la montée des extrêmes et au reflux des solutions multilatérales, il a critiqué les "somnambules", probablement en référence au livre éponyme d'Hermann Broch, qui raconte la déréliction de l'Autriche-Hongrie avant la Première guerre mondiale. Le ton est donné : ce sera l'Europe contre la guerre. 

Pour terminer sur une note plus positive, le Président en a appelé aux fameuses "énergies de la Nation", même si le ton, plus lent qu'à l'accoutumée, était toujours aussi emprunt de gravité : "je crois en vous, en nous, en la Patrie."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
07.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires