© Jonathan Leibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
clap de fin qui fait le buzz

Buzzfeed France met la clé sous la porte

Publié le 08 juin 2018
La filiale française du média web pourrait disparaître après le licenciement de toute son équipe.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La filiale française du média web pourrait disparaître après le licenciement de toute son équipe.
Coup de théâtre pour Buzzfeed. Scott Lamb, dirigeant du média américain, a annoncé vouloir licencier les 14 employés de la filiale française, soit 100 % de l’équipe et cesser l’activité en France, selon les informations du Monde. Une surprise pour ce média en ligne fondé en 2006 à New York, et qui a débarqué en France il y a seulement 5 ans. "C’est extrêmement violent pour les équipes qui sont très impliquées dans ce projet, a confié au quotidien du soir Stéphane Jourdain, rédacteur en chef adjoint. C’est complètement inattendu, il n’y avait aucun signe annonciateur. C’est une décision incompréhensible."
 
Au départ orienté sur le divertissement et les sujets légers, Buzzfeed avait su se démarquer avec des enquêtes exclusives. Le 17 mai, le site publiait une série de témoignages accusant un restaurant parisien de racisme et de discrimination. Depuis le lancement de la filiale française en 2013, certains scoops ont connu un retentissement national, dont une enquête sur la campagne de Marine Le Pen et un article sur l’affaire du financement libyen de Nicolas Sarkozy.
 

Une incompréhension totale

"On est très déçu et surpris, on embauchait encore il y a dix mois, on a continué d’augmenter notre trafic et de sortir des gros scoops en 2018. On est extrêmement fiers du travail accompli depuis quatre ans", explique au Monde Cécile Dehesdin, la rédactrice en chef.
 
L’arrêt de Buzzfeed France s’inscrit après les licenciements de 20 personnes au Royaume-Uni et de 100 employés aux États-Unis en fin 2017, soit 8 % de ses effectifs. Cette cessation d’activité démontrerait le modèle économique fragile de ce genre de site d’information. Essentiellement présent sur les réseaux sociaux, il a du faire face à la nouvelle politique de Facebook qui a défavorisé la visibilité des contenus issus des médias...
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/06/2018 - 13:03
Aucun signe annonciateur, vraiment?...
Si, si! A l’approche de la loi de censure macroniste, de nombreux réseaux sociaux ont pris les devants, et se sont auto-censurés, afin de mieux coller à la pensée unique mondialiste. Les responsables sont, en partie Facebook et M.Zuckerberg, représentant fidèle du Bilderberg, et Macrouille, autre fidèle représentant du Bilderberg, et sa loi de censure des médias libres...le Bilderberg intensifie sa dictature, et c’était prévisible...