En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Ironie du sort
Business France : des révélations gênantes pour Muriel Pénicaud
Publié le 19 décembre 2017
Le Canard enchaîné dévoile le nombre d'infractions au Code du travail constatées par l'inspection du travail chez Business France, au moment où cet organisme était dirigé par l'actuelle ministre du Travail.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Canard enchaîné dévoile le nombre d'infractions au Code du travail constatées par l'inspection du travail chez Business France, au moment où cet organisme était dirigé par l'actuelle ministre du Travail.

Dans son édition du 20 décembre, Le Canard enchaîné épingle la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Selon l'hebdomadaire satirique, l'inspection du travail a constaté 671 infractions au Code du travail chez Business France, au moment où cet organisme public, dépendant de Bercy et du Quai d'Orsay et chargé de faire la promotion des entreprises françaises à l'étranger, était dirigé par Muriel Pénicaud. Cette dernière a occupé ce poste de janvier 2015 à mai 2017.

Les infractions passibles d'une amende totale de 600.000 euros

En détails, les inspecteurs ont relevé 557 dépassements du plafond d'heures quotidiennes pour 92 salariés, relève Le Canard enchaîné. Et de préciser : sur la durée hebdomadaire, plafonnée légalement à 48 heures, "au cours des 200 jours sur lesquels a porté le contrôle, 15 salariés ont crevé le plafond à 55 reprises. Avec un record à plus de 55 heures".

En outre, des agents ont travaillé sans autorisation à des horaires de nuit, ou sans respecter le repos légal de 11 heures entre deux journées de travail, mais aussi en dépassant le plafond légal de jours travaillés pour les salariés au "forfait jour". Ces infractions portent sur la période de juillet 2016 à mai 2017, assure l'hebdomadaire, ajoutant qu'elles sont passibles d'une amende totale de 600.000 euros.

"La phase dans laquelle nous sommes est une phase contradictoire"

"On est dans une procédure avec l'inspection du travail", a confirmé auprès de l'AFP le directeur général de l'agence publique, Christophe Lecourtier. Toutefois, celui qui a été nommé à ce poste fin août dément l'information du Canard enchaîné concernant le procès-verbal définitif. Selon lui, il n'a pas eu lieu, mais seulement un "relevé d'observations". "La phase dans laquelle nous sommes est une phase contradictoire. On fait valoir toute une série d'observations qui nous paraissent prouver dans certains cas que les infractions relevées ne correspondent pas tout à fait à la réalité de l'entreprise et du contexte dans lequel travaillent les collaborateurs", a indiqué Christophe Lecourtier.

"Nous avons engagé une sensibilisation des salariés", a-t-il assuré. "On leur a rappelé qu'il est vraiment de leur devoir, comme du nôtre, de respecter de manière aussi scrupuleuse possible les temps de travail". De son côté, le ministère du Travail n'a de son côté pas souhaité commenter l'information. Les activités de Business France sont déjà dans le viseur d'une information judiciaire pour soupçons de favoritisme concernant un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en janvier 2016, préparé par l'organisme alors dirigé par Muriel Pénicaud.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/12/2017 - 09:08
c'est tout le système
qui est pourri.
Ganesha
- 20/12/2017 - 03:03
Démission et incarcération !
Mme Penicaud est donc aussi une patronne esclavagiste ! Ultra-libérale, elle pousse ses subordonnés au stress, burn-out, suicide, en les abrutissant de travail ! En plus d'autres malversations, sa perversité lui a permis d'accumuler des millions ! Une vraie ''salope'', une criminelle !
Anouman
- 19/12/2017 - 22:54
Nous avons engagé une sensibilisation des salariés
C'est sans doute des enragés du " travailler plus pour gagner plus" qui ont violé leur hiérarchie. Salauds d'employés...