En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 49 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 50 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 15 heures 11 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 41 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 54 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
+7 points en un mois

65% des Français se disent opposés aux ordonnances sur la "loi Travail"

Publié le 09 octobre 2017
Les Français de plus en plus hostiles vis-à-vis des ordonnances sur la "loi Travail" malgré un niveau d'information perfectible sur le sujet selon un sondage Harris Interactive pour LCP.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français de plus en plus hostiles vis-à-vis des ordonnances sur la "loi Travail" malgré un niveau d'information perfectible sur le sujet selon un sondage Harris Interactive pour LCP.

Selon une enquête Harris Interactive pour LCP, l'opposition est de plus en plus vive concernant les ordonnances sur la "loi Travail". Ils sont désormais près de 2 Français sur trois à s'y dire aujourd'hui opposés, soit une hausse de sept points depuis la fin du mois d'août quand Edouard Philippe venait d'en dévoiler le détail.

Dans le détail même les partisans d'Emmanuel Macron sont plus mesurés en la matière. Ils sont maintenant 71% à y apporter leur soutien contre 82% en août. Peu de mouvement du côté des électeurs de François Fillon, ils sont 52% à soutenir ces ordonnances contre 21% en août. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen sont eux toujours très hostiles avec 83% d'opposition dans les deux cas, dont une hausse de 13 points pour les électeurs du Front National par rapport à août.

Autre enseignement de ce sondage, plusieurs mesures font tout de même l'objet d'une approbation majoritaire. 7 Français sur 10 se déclarent ainsi favorables aux référendums d'entreprises dans les TPE de moins de 20 salariés (74%+4 points en un mois), ainsi qu'à l'augmentation des indemnités légales de licenciement (73% +7 points). D'un autre côté l'encadrement des indemnités prud'homales continue de recueillir une majorité de mécontents avec près de 6 Français sur 10 qui y sont opposés.

Plus de crainte quant aux conséquences

Cette opposition grandissante aux ordonnances est expliquée par le sondage Harris Interactive comme une crainte plus grande que par le passé des "conséquences de cette "loi Travail"". 76% des Français pensant que cette loi va "réduire le pouvoir des syndicats dans les entreprises" et 63 % (+9 points par rapport à août) estiment "qu'elle va détériorer les conditions de travail des salariés". En parallèle, seuls 44% pensent qu'elle va améliorer la compétitivité des entreprises et 37% seulement pensent qu'elle va améliorer la croissance du pays.

Des Français mal informés ?

De manière générale les sondés ne se sentent pas "bien informés" sur le contenu de ces ordonnances. Ils sont seulement 4 sur 10 à penser l'être. Dans le détail, 52% des électeurs d'Emmanuel Macron s'estiment l'être, 44% chez les soutiens de François Fillon, et 43% du côté des partisans de Jean-Luc Mélenchon. Un niveau d'information moindre que celui sur le projet de "loi Travail" porté par l'ancienne ministre Myriam El Khomri en 2016.

Le positionnement face aux grèves et manifestations

En plus d'être majoritairement opposés aux ordonnances sur la "loi Travail" 57% des sondés déclarent "soutenir les grèves et manifestations organisées contre ces ordonnances". Un soutient de principe pour la majorité, 35% ne souhaitent pas transformer ce soutien en "participation active" quand 22% d'entre eux déclarent qu'ils "pourraient y participer". Toutefois et peu importe leur opinion à l'égard des grèves et des manifestations, seulement 16% considèrent "que le point de vue des grévistes et manifestants sera pris en compte par le gouvernement". L'immense majorité (84%) pensent que cela sera sans effet.

 

Vu sur : Lu sur LCP
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 11/10/2017 - 11:05
Traduction :
65 % des Français se disent favorables au chômage de masse, à la dette abyssale, au déclin et à l'appauvrissement du pays ...
pandore
- 10/10/2017 - 09:08
ego surdimentionné
Petit marquis bien trop pressé d'arriver. A quoi sert-il d'avoir raison quand tout le monde pense que vous avez tort. Les Républicains vous chassent car votre zèle à les tuer les fait vomir Moi le premier. Et surtout petit jeune homme n'invoquez pas De Gaulle et ne le mettez pas à votre sauce comme tant d'autre font et ont fait. Vous êtes deux fois plus petit que lui et mille fois moins grand.....
gerint
- 10/10/2017 - 00:10
@ajm
Une partie des gens sont comme vous dites mais de loin pas tous. La réforme Macron n’est ni faite ni à faire car à mon sens elle sent le faux, le frelaté: les vraies raisons ne résident pas dans les quelques fragments d’explicaction avancés et c’est pour cela que la voie des ordonnances a été choisie, la pire façon de semer le doute sur la sincérité de la démarche