En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Clarification

Édouard Philippe : "Un ministre qui serait mis en examen devrait démissionner, il n'y a aucune ambiguïté là-dessus"

Publié le 30 mai 2017
Le Premier ministre a répondu aux questions de David Pujadas sur le plateau du journal de 20 heures de France 2 mardi soir.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre a répondu aux questions de David Pujadas sur le plateau du journal de 20 heures de France 2 mardi soir.

À mesure que la pression s'accroît sur les épaules du ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le Premier ministre a clarifié sa position en matière de moralisation de la vie publique, ce mardi soir sur France 2. 

Face à David Pujadas, Édouard Philippe a tout d'abord estimé que Richard Ferrand pouvait rester au gouvernement, malgré les récentes révélations du Canard Enchaîné sur les Mutuelles de Bretagne. 

>>>> À lire aussi : Sarnez, Ferrand: la démoralisation de la vie politique est En Marche

"Un ministre qui serait mis en examen devrait démissionner, il n'y a aucune ambiguïté là-dessus", a toutefois souligné le Premier ministre, qui rappelle la volonté du gouvernement de "limiter les choses qui ne sont pas illégales, mais ne sont pas acceptables", et de faire entrer la France "dans un nouveau monde, un monde de règles précises qui rétablissent la confiance dans les acteurs publics."

"Nous allons insérer des dispositions assez innovantes et c'est assez compliqué à écrire", a également expliqué Édouard Philippe, justifiant un retard d'une semaine dans la présentation de la loi sur la transparence de la vie politique. 

Également interrogé sur le code du travail, le Premier ministre a rappelé l'agenda du gouvernement pour les prochaines semaines : Nous donnerons, en début de semaine prochaine, un cadre à la discussion [avec les organisations syndicales] (...) Nous présenterons en juillet devant le Parlement une loi d'habilitation et nous publierons avant la fin de l'été des ordonnances qui intégreront le fruit de nos discussions".

"La pénibilité, c'est un droit qui a été reconnu et qui est justifié (...) Il ne s'agit pas de remettre en cause ni le principe ni les droits acquis (...) Mais sur un certain nombre de critères, c'est difficile à mettre en œuvre", a ajouté le Édouard Philippe. 

 
Vu sur : Vu sur France 2
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 31/05/2017 - 20:23
C'est très bien mais pour etre logique
Il faut qu'un tiers des ministres soient virés ayant des casseroles au c.. et ce n'est certainement pas fini. Macron, avait un point positif dans son programme , c'était la démission immédiate des pas nets...la ministre musulmane avait meme écrit un livre sur la façon de frauder les organismes sociaux. On croit rêver, Hollande revient...non je deconne.
Orchidee31
- 31/05/2017 - 19:56
Poussard Gerard
D'accord avec vous -
clint
- 31/05/2017 - 13:16
Quelle confiance accordée à Philippe ?
Déjà que je n'appréciais pas quand il se prenait pour le PM de Juppé, ce n'est pas sa "trahison" qui me le rend sympathique !