En direct
Best of
Best Of
En direct
Violences
Depuis janvier 2016, plus de 500 policiers sont blessés en service chaque mois
Publié le 11 octobre 2016
Selon le ministère de l'Intérieur, ces agressions répétées s'expliquent par les "manifestations violentes contre la loi travail", mais aussi par les "heurts liés à la pression migratoire du Calaisis".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le ministère de l'Intérieur, ces agressions répétées s'expliquent par les "manifestations violentes contre la loi travail", mais aussi par les "heurts liés à la pression migratoire du Calaisis".

D'après le dernier bilan réalisé par la Direction générale de la police nationale, révélé ce mardi par Le Figaro, 3267 policiers ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions depuis le mois de janvier 2016, soit 544 policiers par mois en moyenne. 

Trois jours après l'agression de quatre policiers avec un cocktail molotov à Viry-Châtillon (Essonne), ces chiffres attestent d'une augmentation de 14% des violences contre les policiers par rapport au premier semestre de l'année 2015. 

Selon le ministère de l'Intérieur, ces agressions répétées s'expliquent par les "manifestations violentes contre la loi travail", mais aussi par les "heurts liés à la pression migratoire du Calaisis", note Le Figaro. 

L'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP) précise que parmi les fonctionnaires blessés en mission de police, 65 % assuraient des missions liées à la sécurité publique (soit 3684 personnels), et que 27 % étaient affectés au sein de la préfecture de police de Paris (1541 policiers). Enfin, six policiers ont perdu la vie en fonction depuis janvier 2016, dont trois faisant suite à l'usage d'une arme qu'elle soit à feu, blanche ou par destination.

>>>> À lire aussi : Nouvelle attaque de policiers à Viry-Châtillon : ces gangs auxquels l'État est incapable de répondre

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/10/2016 - 00:52
Ah, ces politiciens sauvageons gauchistes!
pires que les racailles qu'ils défendent... Malgré le management inepte que les gauchistes leur imposent, les forces de Police font leur boulot courageusement et professionnellement. Merci!
Texas
- 11/10/2016 - 17:27
Et comme Mr Cazeneuve...
.....ne fera jamais l' expérience du Cocktail Molotov dans sa berline , il lui est permis de parler de sauvageons , comme son prédécesseur Mr Chevènement à qui nous devons l' euphémisme .
langue de pivert
- 11/10/2016 - 17:10
Maudits socialistes !
Les moyens les effectifs : oui bien sûr ! Mais surtout les procédures. Vu la façon dont s'est engagée cette embuscade ça ne pouvait se terminer que par de gros dégâts corporels. Si la procédure avait été : "un bon flic est un flic vivant qui rentre chez lui le soir et revient au boulot le lendemain. Donc si votre vie est en danger tirez dans le tas !" Tant que la racaille ne repartira pas dans un body-bag on avancera pas ! Du personnel, de l'équipement, oui bien sûr ! Mais surtout revoir les procédures ! Allez faire les marioles aux States avec UN cops, fusil et lunettes de soleil la nuit : si il vous dit "coupez le contact, descendez de la voiture, mains sur le capot" ne faites pas de mouvements brusques ! Force doit rester à la loi ! Il faut toujours un cran au-dessus de la racaille ! Et les plus morts se calmeront ! Là la violence ne monte que d'un côté, le côté de la racaille ! La police est "menottée" par la vermine de gauche qui a harcelé 2 des leurs pendant des années pour avoir poursuivit 2 petits "sauvageons" ! Ils voulaient niquer la police : la loi d'homs les a niqués...pas de bol ! Il n'y a qu'en France qu'on voit ça. L'exécutif est responsable de ce qui arrive !