En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Alkis Konstantinidis
Tic tac tic tac

Grèce : La BCE maintient les prêts ELA jusqu'au 30 juin, Tsipras pris au piège par le référendum et Hollande convoque un conseil restreint

Publié le 28 juin 2015
Selon un sondage réalisé par un média grec, le "oui" à la proposition faite par les créanciers (si telle était la question) l'emporterait au référendum à 47,2%.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage réalisé par un média grec, le "oui" à la proposition faite par les créanciers (si telle était la question) l'emporterait au référendum à 47,2%.

Alors que les négociations avec les ministres des Finances de la zone euro  étaient en cours, le Premier ministre Alexis Tsipras a annoncé samedi, qu'un référendum se tiendrait le 5 juillet prochain, afin que le peuple définisse lui-même si "oui ou non", la proposition de ses créanciers est acceptable. Une décision jugée agaçante pour les ministres qui ont signé un communiqué dénonçant l'interruption des négociations par la Grèce. Ce dimanche, Berlin a été clair et a recommandé aux Allemands se rendant en Grèce de "prévoir suffisamment d'argent liquide".

Où en est la Grèce aujourd'hui ?

A l'issue d'une réunion d'urgence, les gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont décidé ce dimanche de maintenir les prêts d'urgence ELA dont bénéficie la Grèce. Une décision surprenante mais légitime, ces prêts étant la seule source de financement des banques et de toute l'économie du pays. Mais le temps presse et le mandat de la BCE lui interdit de financer l'économie grecque au-delà du 30 juin comme le souhaitait le gouvernement grec. Passé ce délai, la Grèce sera officiellement en défaut de paiement et s'apprêtera à vivre une crise économique sans précédent, entrainant sa sortie de la zone euro.

Quel impact aurait un défaut de paiement sur l'économie Française ?

Si la Grèce est en défaut de paiement et qu'elle ne peut plus régler ses échéances de dette, "ça ne veut pas dire qu'on va demander un chèque aux Français la semaine prochaine" rassure Agnès Benassy-Quéré, économiste à l'École d'économie de Paris. Une théorie appuyée par Fabien Tripier, professeur d'économie à l'Université Lille 1 cité, qui a expliqué à l'AFP que l'économie grecque était trop moindre "pour avoir un effet direct" sur celle de la France.

Tsipras pris au piège par le référendum

Selon un sondage réalisé par un média grec, le "oui" à la proposition faite par les créanciers (si telle était la question)  l'emporterait au référendum à 47,2%. En outre, le gouvernement grec élu principalement sur la promesse de réhausser les charges sociales, alors que ses créanciers lui demandaient le contraire, semble s'est obstiné pour rien et pourrait avoir pris une désicion le desservant auprès de son peuple. 

Christine Lagarde a affirmé que le FMI restait "prêt à apporter son aide" à la Grèce. François Hollande a de son côté, convoqué un conseil restreint demain à l'Elysée à 9 heures pour évaluer la situation.  Il reste deux jours pour maintenir la Grèce dans la zone euro, de nouvelles négociations sont prévues demain en urgence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/06/2015 - 00:17
Les technocrates européens préparent un troisième plan d'aide
pour compenser la sortie du FMI de cette pyramide de Ponzi grecque ( on sait que lorsque les acteurs de la pyramide commencent à fuir, l'écroulement est proche!)...tout cet argent qui pourrait servir à des investissements productifs, et à combattre le chômage européen, ne fait que rembourser les banquiers vautours pour la gabegie grecque...quelle pitoyable UE! Son 3eme plan de sauvetage ne servira à rien qu'à reculer l'échéance: dérisoire et inutilement coûteux!
AlainAFZ
- 28/06/2015 - 22:14
température ?
47,2 c'est la température en grèce après le grexit ?
cloette
- 28/06/2015 - 21:25
Tout le monde le sait
il vaudrait mieux pour les Grecs qu'ils sortent de la zone Euro , ils dévalueront massivement et relanceront leur économie , c'est faisable mais ils faudrait qu'ils se débarrassent de leur drogue au crédit et soient prêts à assumer une rigueur qui si elle est consentie passe mieux ! A moins que ce soit fichu l'Europe et son idéal mercantile et vide les ayant contaminés à jamais