En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Attention

Grève à la SNCF : "la journée du bac se trouve être menacée" reconnaît Cuvillier, Hollande demande l'arrêt du mouvement

Publié le 13 juin 2014
Le secrétaire d'État aux Transports a estimé ce vendredi matin sur France Info que les espoirs d'une levée de la grève des cheminots se sont amenuisés.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le secrétaire d'État aux Transports a estimé ce vendredi matin sur France Info que les espoirs d'une levée de la grève des cheminots se sont amenuisés.

La fin de la grève à la SNCF ? Visiblement, ce n'est pas encore pour tout de suite. Frédéric Cuvillier l'a confirmé ce vendredi matin sur France Info. e secrétaire d'État aux Transports n'est pas très optimiste. Et ce blocage pourrait avoir des conséquences sur le baccalauréat qui débute lundi 16 juin. "Oui, je pense que, compte tenu des positions qui ont été prises, y compris la journée du bac se trouve être menacée par les positions de deux syndicats sur l'ensemble des syndicats de la SNCF" a-t-il indiqué.

Le secrétaire d'État aux Transports a estimé aussi que les espoirs d'une levée de la grève des cheminots se sont amenuisés. "Je regrette" cette décision a dit Frédéric Cuvillier pour qui le dialogue social n'est "pas terminé". "Je recevrai les syndicalistes qui le souhaitent, mais je suis déterminé à respecter aussi ceux qui ne font pas grève. La grève est voulue pour des raisons qui parfois m'échappent et qui peut-être sont assez éloignées du projet de loi lui-même" a-t-il affirmé.

Frédéric Cuvillier a également rappelé l'objectif de cette réforme ferroviaire : "rassembler tous les acteurs du secteur" et "préparer son ouverture totale à la concurrence". Mais la CGT-Cheminots et Sud-Rail ne voient pas le projet de cette manière. Le dénonçant fortement, ils ont appelé à "poursuivre et amplifier le mouvement". Les assemblées générales des grévistes se prononceront ce vendredi en fin de matinée sur la reconduction ou non de la grève.

Par ailleurs, François Hollande a réagi ce vendredi en disant "qu'il y a un moment où il faut savoir arrêter un mouvement". "La réforme, elle est faite pour qu'il y ait un meilleur service public, donc qu'il y ait des assurances qui peuvent être données aux cheminots c'est tout à fait légitime, elles ont été fournies. Maintenant, la réforme doit être présentée au Parlement et elle doit être votée et à un moment, et le moment est arrivé, un mouvement doit s'arrêter, ça ne veut pas dire que le dialogue ne puisse pas continuer" a expliqué le président de la République.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 14/06/2014 - 09:20
Privatisation de la SNCF
suppression du statut des régimes spéciaux et plus de grève pour un oui ou non. Le privé gagnera de l'argent quand la SNCF a empilé 44 milliards de dettes. Il suffit de comparer la SNCM et Corsica Ferry et tout est dit.
jmpbea
- 14/06/2014 - 00:00
On se plaint de le pen , ces gens là parlent mal.....
Mais on trouve normal que l'extrême gauche ( pas si extrême parfois...les oreilles du Bouffi doivent bien siffler) prenne en otage les français qui travaillent et les enfants qui veulent s'en sortir autrement qu'avec un drapeau rouge dans une main et une merguez dans l'autre....cette frange puante fait plus de mal à la France que toutes les outrances verbales .....
jmpbea
- 13/06/2014 - 17:48
Encore un aspect de la nullité de ceux qui nous gouvernent
Ils se font enc.....par les syndicats qui utilisent le moindre prétexte de chantage (l'accès des jeunes aux épreuves du bac est un chantage dégueulasse c'est de l'anti civisme, de la traîtrise au plus haut degré) pour peser avec leur extrême gauche politicienne, le pauvre Bouffi n'a pas besoin de cela pour se prendre les pieds dans le tapis....