En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 14 heures 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 14 heures 21 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 15 heures 11 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 15 heures 29 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 15 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 16 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 9 heures 19 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 10 heures 39 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 13 heures 12 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 17 heures 19 min
© Reuters
L'emploi en France est largement dominé par le secteur tertiaire.
© Reuters
L'emploi en France est largement dominé par le secteur tertiaire.
Emploi d'avenir

Ce que seront les bons et les mauvais jobs dans 10 ans (et où ils se trouveront)

Publié le 04 mars 2014
Baisse du secteur industriel et des emplois moyennement qualifiés, hausse du tertiaire et de la précarité... Les tendances de l'emploi depuis 30 ans permettent d'entrevoir l'avenir. Et éventuellement de faire les bons choix.
Augustin Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Augustin Landier est un économiste.Il enseigne à la Toulouse School of Economics.Il est normalien en mathématiques et a obtenu un doctorat en économie au MIT (Massachusetts Institute of Technology) en 2002.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Baisse du secteur industriel et des emplois moyennement qualifiés, hausse du tertiaire et de la précarité... Les tendances de l'emploi depuis 30 ans permettent d'entrevoir l'avenir. Et éventuellement de faire les bons choix.

Atlantico : L'emploi en France est largement dominé par le secteur tertiaire (78% en 2012 Vs. 56% en 1975 selon l'INSEE), tandis que les autres secteurs (agriculture, construction, industrie) sont en net recul comparativement. Cette tendance générale va-t-elle se renforcer au cours des dix prochaines années ?

Augustin Landier : Oui, la désindustrialisation est une tendance lourde dans les économies développées, croire que l’on va inverser ou ralentir la vapeur est une grosse erreur. La France n’est pas un cas pathologique, cette tendance s’observe aux USA et même en Allemagne, bien que ce pays parte d’un niveau d’industrialisation plus élevé. C’est une des choses que nous montrons dans « 10 idées qui coulent la France » (Flammarion 2013) avec D, Thesmar. On peut trouver des graphiques parlant sur notre site.

C’est donc bien à une économie de l’immatériel qu’il faut réfléchir lorsqu’on imagine la France dans 10 ans.

Source : Banque mondiale

Quels secteurs seront les plus pourvoyeurs d'emplois dans 10 ans ?

Les services à la personne au sens large : hôtellerie, restauration, tourisme, santé, éducation, commerce ; c’est là que sont les gisements d’emplois. Ces emplois ne sont pas faciles à « robotiser », donc, en particulier pour les travailleurs les moins qualifiés, ces travaux où le contact humain est crucial sont les emplois d’avenir. En France, les emplois à faible productivité ont du mal à exister du fait des contraintes sur le marché du travail (salaire minimum, charges, rigidité) : si nous ne voulons pas rejeter les moins qualifiés en dehors de la sphère de l’emploi, tout en maintenant une certain niveau d’égalité, il va falloir envisager des dispositifs du type « impôt négatif » qui redistribuent la richesse sans désinciter l’emploi, aussi bien coté employeur qu’employé. C’était l’idée de la prime pour l’emploi, mais c’est un dispositif trop petit et complexe.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Source : Note d'analyse de la DARES "Les métiers en 2020"

Au sein du secteur tertiaire, la part des emplois à temps partiel et des contrats précaires ne cessent d'augmenter (16% en 2012 Vs. 7% en 1975 selon l'INSEE). Va-t-on assister, à terme, à une précarisation plus générale encore de l'emploi en France ? Quels sont les principaux secteurs concernés ?

Il y a deux questions distinctes dans la précarisation : l’insécurité (la peur du lendemain) et le fait de changer souvent d’employeur. Il reste un gros travail à faire en France pour permettre que des trajectoires professionnelles plus incertaines ne signifient pas des traumatismes ou des passages longs par le chômage. Si nous voulons faire de la France un pays plus entrepreneurial et expérimentateur, il faut accepter l’idée que l’avenir d’un emploi et son horizon ne peuvent pas toujours être fixés à l’avance : ils dépendent de la nature de projet auquel l’emploi est lié et de son succès ou de son échec.

Dans le même temps, on a pu noter une hausse importante de la part des emplois très qualifiés en France, passant de 39% en 1982 à 50% en 2012 (INSEE). La France délaisserait-elle les emplois qualifiés/intermédiaires, au profit des emplois très qualifiés donc et des emplois précaires ? Quelle conséquences sociales, notamment pour les classes moyennes ?

On observe effectivement une polarisation au sein des sociétés développées avec d’un coté des emplois très qualifiés, qui correspondent à des activités « high-tech ». Ces travailleurs sont très mobiles, très bien payés, sur des trajectoires de carrière internationales. Ils tirent parti de la révolution numérique : ils en sont en quelque sorte les pilotes. La France, qui produit de très bons ingénieurs généralistes est bien positionnée pour tirer parti de cette vague. Nous devons miser sur l’éducation et le système universitaire pour devenir un pays clé dans le numérique, mais il faut rester conscient que ces emplis hyper-qualifiés ne peuvent pas constituer une majorité. Et c’est là qu’il y a une inquiétude, car les emplois moins qualifiés sont de plus en plus en concurrence avec les robots : toutes les taches qui sont de nature « routinière » sont en train d’être progressivement effectuées par les machines. Cette polarisation fragmente les classes moyennes et génère une hausse des inégalités, d’autant plus forte que le secteur « high-tech » est au total peu créateur d’emplois : les géants de la Silicon Valley changent nos modes de vie mais ont finalement peu d’employés. La grande mobilité des travailleurs du secteur high-tech limite la possibilité de les taxer pour redistribuer massivement. Dans un pays qui n’aime pas les inégalités comme la France, cette évolution pose des questions fondamentales. Elles ne sont pas insurmontables, mais vont nous obliger à recalibrer notre système de transferts sociaux.

Face à l'activité des grandes villes françaises, les villes moyennes peuvent-elle rivaliser en termes de création d'emplois ? La création de pôles de compétitivité à proximité peut-elle y contribuer ?

Le secteur high-tech se développe typiquement autour de grands campus universitaires scientifiques. Aux USA, les clusters entrepreneuriaux ne sont pas créés par un Etat planificateur, mais ils émergent organiquement autour des grands centres de recherche universitaires, qui façonnent le bouillonnement technologique et déversent chaque année sur le marché de l’emploi des milliers de diplômés scientifiques venus de tous les pays du monde et remplis d’idées disruptives. Pour une ville moyenne, la politique universitaire scientifique est la clé d’entrée de l’entrepreneuriat high-tech. Il y a de forts effets de masse critique : les start-ups ne s’installent dans une ville que s’il y a un marché de l’emploi suffisamment « liquide » qui permet d’embaucher des jeunes spécialisés dans les domaines concernés rapidement.



Dans la mesure où les salaires des pays émergents rattrapent ceux des pays développés (une tendance qui se confirme jusqu'à l'horizon 2030, selon cette étude PwC sur l'évolution des salaires), quel impact peuvent avoir les relocalisations d'emploi sur la structure et la répartition des emplois à l'échelle du territoire français ? Puisqu'il s'agit généralement d'emplois de production peu qualifiés, cela va-t-il accélérer le mouvement de précarisation de l'emploi en France ?

Même s’il redevenait rentable (du fait de la hausse des salaires des pays émergents ou des couts de transport), d’ « imprimer » des T-shirts ou des voitures en France, il faut être conscient que ce sera dans des usines ultra-robotisées. Il ne faut pas s’attendre à une renaissance de l’emploi ouvrier. Le lieu d’impression des objets n’est plus une question-clé, ni pour l’emploi ni pour la création de valeur : la valeur ajoutée d’un objet comme un smart-phone n’est pas capturée par « l’imprimeur » mais en amont par la conception et l’utilisation de la plateforme. De la voiture à l’énergie, on assiste au basculement d’industries centrées sur le matériel vers l’économie de services : la voiture devient une plateforme de capteurs qui dialoguent avec un data center etc.

Face aux évolutions de l'emploi en France au cours des dix prochaines années, où les jeunes Français ont-ils intérêt à s'installer ? Pour quels types d'emplois ?

Par définition, tout le monde ne doit pas (et ne peut pas) faire la même chose ! Je recommande évidemment d’établir un contact fort avec la technologie pendant les études,  même quand on fait des études commerciales, que ce soit via l’analyse statistique des données, la programmation ou l’ingénierie plus classique ; cela permet de mieux appréhender l’armature de l’économie numérique. Et bien sur de voyager pendant ses études et en début de carrière. Mais c’est un peu un lieu commun : les jeunes le savent déjà très bien. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
avenir, travail, Emploi, chômage
Thématiques :
En savoir plus
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 04/03/2014 - 22:35
@un_lecteur............je partage totalement votre vision
ces courbes sont comme celles du GIEC
Place au nouveau siècle du servage
un_lecteur
- 04/03/2014 - 21:32
Prolonger les courbes
Bien gentil tout cela, mais en ne faisant que prolonger les courbes.
Des ruptures pourraient tout changer, et j'ai l'impression que des ruptures pourraient bien arriver.
La crise de 2008 n'est toujours pas réglée, et les gouvernants ne mettent que des rustines pour que les choses continuent tant bien que mal (dans le cas des USA, des rustines de 80 milliards de dollars par mois, tout de même).
Personne ne sait comment en sortir.
Dans le domaine politique, depuis la chute de l'URSS les USA et leurs satellites ont dominé. Nous vivons en ce moment le passage de cette société unipolaire à une société multipolaire. Tout cela ne se fait pas sans secousses.
On pourrait très bien avoir la fin de l'euro, le retour aux monnaies nationales, retour du protectionnisme, des guerres...
Dans ce cas il faudrait produire beaucoup plus en France. Par exemple Peugeot qui est actuellement handicapé par le fait d'avoir beaucoup de production en France, deviendrait avantage.
Renault aurait bonne mine avec les dacia.
Je pense que les bons jobs seront dans tous les cas ceux qui correspondent à une véritable offre utile.
Il sera l'imprudent de devenir fonctionnaire (voir grece, espagne...)
antoinem
- 04/03/2014 - 17:40
Et la comptabilité-Gestion ?
Citez-moi une entreprise qui ne nécessite pas une main-d'œuvre qualifiée dans la Comptabilité-Gestion ? Je pense que c'est une très bonne voie pour un jeune qui cherche un métier avec une insertion facile ! Avec bien sûr une pratique de l'informatique.