En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 10 heures 19 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 13 heures 19 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 21 heures 32 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 22 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 5 heures 2 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 21 heures 12 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 16 heures 27 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 22 heures 51 min
© REUTERS/Rob Griffith/Pool
Les négociations aux sommets ont un impact sur notre quotidien.
© REUTERS/Rob Griffith/Pool
Les négociations aux sommets ont un impact sur notre quotidien.
Et après ?

G20, sommets internationaux ou accord de libre-échange transatlantique : tout sur l'impact concret de ces mammouths de la négo sur notre quotidien

Publié le 24 février 2014
Avec
Dilma Roussef se rend ce lundi à Bruxelles pour discuter notamment d'avantages fiscaux dans le cadre du 7e sommet Brésil-UE. Mardi 25 février s'ouvrira la première réunion sur l'accord de libre-échange entre l'Europe et les États-Unis. Au programme : les OGM, la protection des données personnelles, l'emploi...
Michel Nesterenko est directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne et consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.Nicolas...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Nesterenko est directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne et consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.Nicolas...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dilma Roussef se rend ce lundi à Bruxelles pour discuter notamment d'avantages fiscaux dans le cadre du 7e sommet Brésil-UE. Mardi 25 février s'ouvrira la première réunion sur l'accord de libre-échange entre l'Europe et les États-Unis. Au programme : les OGM, la protection des données personnelles, l'emploi...
Avec

Atlantico : Dilma Roussef se rend lundi à Bruxelles pour discuter notamment d'avantages fiscaux. Dans la foulée, les négociations devraient reprendre à l'initiative de la présidente brésilienne entre l'UE et le Mercosur, principale zone commerciale d'Amérique du Sud. Quel serait l'impact d'un tel projet sur la vie économique du Vieux Continent au quotidien ?

Nicolas Goetzmann : Tout d’abord, il est fort probable que Dilma Roussef fasse part de son mécontentement. Les exportations de l’Union Européenne vers le Brésil ont augmenté de près de 3% en 2013, pour atteindre les 30.4 milliards d’euro. A l’inverse, les importations de l’Union Européenne en provenance du Brésil ont chuté de de 13.5% à 24.8 milliards. Le Brésil est ainsi directement et lourdement impacté par la stratégie commerciale européenne, qui consiste à déprimer sa demande intérieure pour éviter d’importer.

C’est sur cette base que la Commission européenne et le Conseil européen va se permettre de sermonner le Brésil pour avoir octroyé des subsides fiscales à la zone franche de Manaus. Alors que cette zone Franche existe depuis plus de 50 ans.

Concernant les impacts d’un accord de libre-échange, cela dépend bien entendu de ce qui ressort de la discussion. Ce type d’accords consiste avant tout à lever les barrières douanières, ce qui permet une baisse des coûts et une accélération des échanges. C’est un volet de la politique de l’offre qui peut être intéressant, mais chacun veut se protéger, ce qui est bien normal. Les Européens veulent éviter la concurrence de l’agriculture brésilienne, et les Brésiliens voudraient éviter de voir se développer la concurrence sur leurs marchés publics. Ce qui est désolant est que le Brésil et l’Union Européenne imaginent améliorer leur sort économique avec ces échanges. Enfin, et selon les derniers développements de la recherche économique, il me paraît utile de rappeler les travaux de Elsby, Hobijn, et Sahin, qui ont mis en avant la destruction des emplois les moins qualifiés dans les grands pays industrialisés, du fait de la mondialisation.

En parallèle, la première réunion d'un groupe de travail sur l'accord de libre-échange entre l'UE et Washington se tiendra dès demain et aura pour but de conseiller la Commission sur les conséquences du projet. Anticipé comme le plus grand accord commercial jamais conclu, ce futur traité va-t-il là aussi profondément modifier nos économies ? Dans quelles proportions ?

Nicolas Goetzmann : La Commission avait commandé un rapport d’étude qui a été publié en mars 2013. Ce rapport insistait sur la capacité d’un tel accord à générer croissance et emplois, à hauteur de 0.5% de PIB par an. Ce qui est assez réaliste en termes de potentiel, mais qui ne répond pas aux problèmes actuels de l’Union européenne. Un tel accord est un pur acte de politique de l’offre, le potentiel de développement économique est amélioré. Mais aujourd’hui en Europe, et encore aux Etats Unis, ce potentiel n’est déjà pas atteint. C’est ainsi que le rapport publie quelque chose d’absurde sur les salaires, car il anticipe des hausses de salaires pour tous, les salariés qualifiés et non qualifiés. Absurde car le rapport précise que ces calculs ont été réalisés en prenant une hypothèse ou les pays seraient en situation de plein emploi, ce qui est quand même loin d’être le cas.  Ces calculs sont donc plutôt « optimistes » et ils ne dépendent en fait que des actions des banques centrales. Les effets sur l’emploi et les salaires ne sont donc que secondaires, c’est-à-dire que ce n’est pas grâce à un tel accord que le problème du chômage européen va être réglé.

Partie non négligeable du futur traité transatlantique, la question des données personnelles inquiète l'Union Européenne qui estime que les États-Unis ne fournissent pas un cadre suffisant en termes de confidentialité alors que l'adoption du traité supprimerait le peu de barrières qui subsiste encore en la matière. Quels sont concrètement les enjeux sur ce dossier actuellement ?

Michel Nesterenko : Dans le contexte du Traité Transatlantique, la protection des données personnelles est un enjeu stratégique de tout premier ordre. Nos confrères du Monde Diplomatique, qui ne s'y sont pas trompés, parlent de Typhon qui menace les Européens.

Il s'agit de l'issue d'une guerre livrée sans champs de bataille, sans gloire et sans honneurs, mais dont les effets se feront ressentir pendant des décennies. Pour le Pentagone, il s'agit d'une question de domination militaire. De nombreux manuels de l'armée américaine décrivent, en détail, comment dominer et contrôler, amis, alliés et ennemis , tout le monde est dans le même sac, même le citoyen américain, par la désinformation, par le chantage, par les menaces et par la négociation, en utilisant tous les médias, internet, et les réseaux sociaux. C'est dans ce contexte, militaire, qu'il faut remettre l'espionnage tous azimuts de la NSA. Pour le Gouvernement américain, il s'agit de faire plier à sa volonté exclusive les soit disant alliés  par des pressions économiques, financières, diplomatiques, voire chantages divers et aussi de s'assurer d'une issue favorable des élections. Pour les entreprises américaines il s'agit d'imposer les normes technologiques décidées outre atlantique sur tous les consommateurs. Il ne faut pas s'y tromper le marché américain n'est pas ouvert aux étrangers qui ne se conforment pas au moule, ou pour ce qui est considéré comme stratégique par le complexe militaro-industriel. Pour témoin l'interdiction constante d'exportation de nouvelles inventions et technologies, même vers l'Europe. C'est le Pentagone qui décide si une nouvelle invention peut être commercialisée hors USA, ou même commercialisée tout court. Ou bien les extrêmes difficultés rencontrées par l'Européen EADS-AIRBUS pour fournir des systèmes d'armes au Pentagone. Où même l'achat d'organes de Presse, de Radio, de Télévisions, et de compagnies aériennes. Pour cela il faut être américain et de bon aloi.

C'est dans ce contexte de guerre invisible que le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault et la Chancelière Angela Merkel ont lancé une vaste contre-offensive européenne, pour s'assurer que toutes les communications numériques et données, y compris les données personnelles, intra européennes utilisent un réseau strictement européen et ne soient plus obligées de passer par Washington et le stockage dans les ordinateurs de la NSA. En plus du réseau et stockage européen, sécurisé, le Premier Ministre a aussi proposé d'imposer un cryptage hors du contrôle de la NSA, pour protéger les données numériques. C'est là un très bon début, encore faut-il s'assurer que le Traité Transatlantique ne va pas faire voler en éclat l'efficacité d'une solution technologique européenne.

Thiébaut Devergranne : En matière de protection des données personnelles, l’Europe est un moteur majeur, et s’il y a un vrai point de conflit entre les US et l’Europe ce sera bien celui-là ! Il est clair que les Etats-Unis n’ont pas un cadre juridique très protecteur sur le sujet, en fait même tout l’inverse, puisque leur politique est libérale : à quelques exceptions près, les données personnelles circulent librement, seules les lois du marché les régulent. Ce n’est pas totalement inefficace, comme on l’a vu dans l’affaire Snowden par exemple qui a coûté des sommes astronomiques aux géants de l’Internet en raison de l’importante perte de confiance qu’elles ont subie. Mais c’est très loin du carcan juridique complexe européen.
 
En fait leurs logiques sont très différentes des nôtres. L’Europe préfère privilégier les droits, alors que les Etats-Unis ont une chose en ligne de mire : la croissance de leurs entreprises, voyant tout ce qui peut les limiter comme un obstacle.
 
Dans ce domaine, les enjeux sont néanmoins très importants : l’Europe cherche a faire aboutir depuis 3 ans maintenant un projet de règlement européen (valable uniquement en Europe) qui met en place des sanctions considérables en particulier pour les grands acteurs de l’Internet ; les chiffres on changés, mais on oscille entre 2 et 5% du chiffre d’affaire global des groupes, soit plusieurs milliards d’euros en cas d’infraction pour les plus grands… Les pressions sont très importantes et il n’est pas dit que ce projet aboutisse.

Le thème des OGM est un thème particulièrement symbolique du traité de libre-échange avec les Etats-Unis, mais aussi avec le Brésil qui est l'un des premiers producteurs mondiaux (40,3 Mha de surfaces cultivées). En quoi l'adoption de ces traités pourrait bousculer la législation européenne, et tout particulièrement française ?

Marcel Kuntz : Comme je le montre dans mon dernier livre, le dossier des OGM est politique : ce n’est pas la mise en évidence d’impacts sanitaires des OGM ou de dommages pour l’environnement qui ont forgé les positions anti-OGM, mais au contraire les choix politiques qui amènent les groupes d’opposants et certains gouvernements à avancer de tels arguments. Autrement dit, le dossier est vide : à chaque fois l’agence européenne d’évaluation des risques a réfuté ces arguments qui sont sans base scientifique, et la Cour de Justice de l’Union européenne et le Conseil d’Etat ont annulé les interdictions du gouvernement français qui ne respectent pas la réglementation européenne. Les gouvernements anti-OGM sont donc en situation de faiblesse dans les négociations internationales, si l’on considère uniquement ces aspects.

Revenons en arrière. En 2003, l’Argentine, le Brésil, le Canada et les Etats-Unis avaient saisi l’OMC contre l’UE en raison d’un moratoire de fait, à la fin des années 90, sur les nouvelles autorisations d’OGM (moratoire qui handicapait les exportations de ces pays). L’argument des plaignants était que ce moratoire contrevenait aux accords de l’OMC (à la fois les accords SPS et TBT), car il n’avait pas de justification scientifique. L’OMC a donné raison aux plaignants en février 2006, sans se prononcer sur le fond du dossier de la sécurité des OGM, ni sur le principe de précaution, mais plus sur l’inaction de l’UE. Situation de faiblesse là encore de l’UE.

Cependant, qui dit dossier politique dit rapports de force complexes et marchandages faisant intervenir d’autres monnaies d’échanges. Ainsi, des négociations entre certains plaignants et l’UE ont permis des compromis (l’UE importe des OGM pour nourrir le bétail). Mais des différends subsistent (notamment sur le retard que prennent les dossiers de mise sur le marché en Europe par rapport aux pays producteurs) sans que les Etats-Unis n’aient cherché à imposer des sanctions. Il n’est donc pas certain que, dans les négociations en cours, les Etats-Unis adoptent une ligne intransigeante sur les OGM. Ils pourraient demander des contreparties dans d’autres dossiers plus importants que les OGM à leurs yeux.

De plus, ni l’OMC ni les négociations en cours n’ont vocation à s’immiscer dans les interdictions de culture d’OGM dans certains pays européens, sauf à démontrer qu’elles affectent le marché international des semences. D’ailleurs, pourquoi les Etats-Unis voudraient-ils changer une situation qui empêche les agriculteurs européens de bénéficier des technologies dont profitent leurs agriculteurs, et qui a déjà abouti à la délocalisation vers les Etats-Unis de laboratoires de recherche ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 24/02/2014 - 22:52
genre de traité qui ne merite que les barricades dans les rues
de tous les pays qui ne veulent retomber dans le féodalisme
les USA sont des prédateurs (nous ferions peu être de même a leur place)
réinstaurer la lutte des classes (si possible pacifique) dans nos pays et la lutte contre les colonisation des vieux empires en décomposition....chacun doit se situer et défendre ses droits primordiaux
tattoo
- 24/02/2014 - 15:03
US boufons
L’Europe pour les US ont leurs appartient ,ils vont nous la mettre profond et avec une poignée de sable en plus ,les US sont en total déclin,il ne le supporte pas ,autant en faire profiter ces petits européen.MITERAND nous avez prévenue,ce sont nos pire ennemie...Cette EUROPE nous menne tout droit a l'esclavage pour des banque US ....travaillez bien petit européenne,ne cherchez plus de vaseline il y a rupture de stock
EOLE
- 24/02/2014 - 10:23
Les amis
ne font pas nécessairement de bons alliés et vice versa.